En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

La Commission européenne approuve une seconde indication de Sarclisa® (isatuximab)

Publication: 19 avril

Partagez sur
 
Approbation fondée sur les résultats de l’étude IKEMA de phase III ayant démontré que l’ajout de Sarclisa à un traitement standard par carfilzomib et dexaméthasone réduit de 47 % le risque de progression de la maladie ou de décès chez les patients en rechute après un à trois traitements antérieurs...
 

La Commission européenne (CE) a approuvé aujourd’hui Sarclisa® (isatuximab) en association avec le carfilzomib et la dexaméthasone (association Kd), pour le traitement des adultes atteints d’un myélome multiple en rechute ayant reçu un à trois traitements antérieurs. Il s’agit de la deuxième approbation de la CE concernant Sarclisa en association avec un traitement standard en moins de 12 mois.

« Il n’existe aucun traitement curatif pour le myélome multiple et les patients présentent souvent des rechutes. Nous devons donc persister et continuer de rechercher d’autres options thérapeutiques. Près de 30 % des patients traités par Sarclisa en association avec le carfilzomib et la dexaméthasone ont présenté une réponse profonde, caractérisée par des taux indétectables de cellules du myélome multiple », a précisé le Dr Philippe Moreau du Département d’hématologie du CHU de Nantes en France. « Ce schéma thérapeutique a le potentiel de devenir le traitement de référence pour les patients présentant un myélome multiple en rechute et leur donnent accès à une nouvelle option thérapeutique dès les premiers signes de progression de la maladie. »

L’approbation de la Commission européenne suit de près celle que la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a délivrée à Sarclisa dans la même indication en mars dernier. En juin 2020, Sanofi a annoncé que Sarclisa avait été approuvé par la CE en association avec un autre traitement standard (pomalidomide et dexaméthasone ou pom-dex), pour le traitement des patients adultes atteints d’un myélome multiple en rechute et réfractaire, ayant reçu au moins deux traitements antérieurs incluant le lénalidomide et un inhibiteur du protéasome (IP) et dont la maladie a progressé lors du dernier traitement.

« Avec l’approbation de Sarclisa en association avec le carfilzomib et la dexaméthasone, les patients atteints d’un myélome multiple en Europe peuvent désormais recevoir Sarclisa en association avec deux schémas thérapeutiques standards », a souligné le Dr Peter C. Adamson, Responsable Monde, Développement, Oncologie et Innovation en pédiatrie de Sanofi. « L’association carfilzomib-dexaméthasone est un traitement standard important en Europe ; l’approbation de la CE est essentielle et repose sur les résultats de l’étude IKEMA de phase III ayant montré que l’ajout de Sarclisa à cette association thérapeutique permet de réduire de près de moitié le risque de progression ou de décès. »

Profil d’efficacité et de tolérance de Sarclisa chez les patients difficiles à traiter

L’approbation de la CE repose sur les données de l’étude IKEMA de phase III, un essai clinique randomisé, multicentrique, en ouvert, ayant inclus 302 patients présentant un myélome multiple en rechute dans 69 centres répartis dans 16 pays différents. Le critère d’évaluation principal de l’étude IKEMA était la survie sans progression (SSP). Bien que la SSP, définie par le délai pour observer une progression de la maladie ou le décès, se soit établie à 19,15 mois pour les patients traités par l’association Kd seulement, la SSP médiane des patients traités par Sarclisa combiné à l’association Kd (n=179) n’avait pas encore été atteinte au moment où l’analyse intermédiaire planifiée a été réalisée. L’association KD + Sarclisa a réduit de 47 % le risque de progression de la maladie ou de décès (hazard ratio 0,531, IC à 99 % 0,318-0,889, p=0,0007) comparativement au traitement standard (association Kd seulement), chez les patients atteints d’un myélome multiple.

Les critères d’évaluation secondaires de l’essai IKEMA concernaient la profondeur de la réponse au traitement combinant Sarclisa à l’association Kd, comparativement à l’association Kd seulement, en particulier les taux, respectivement, de réponse globale, de réponse complète, de très bonne réponse partielle et de maladie résiduelle minimale (MRD) négative. Aucune différence statistiquement significative n’a été observée dans les taux de réponse globale, qui restent similaires dans chaque groupe de traitement et s’établissent à 86,6 % pour Sarclisa combiné à Kd, comparativement à 82,9 % pour Kd seulement. Le taux de réponse complète s’est établi à 39,7 % dans le groupe Sarclisa combiné à Kd et à 27,6 % dans le groupe Kd seulement. Le taux de très bonne réponse partielle s’est établi à 72,6 % pour les patients traités par Sarclisa combiné à Kd, comparativement à 56,1 % pour ceux traités par Kd seulement. Des taux de maladie résiduelle minimale négatifs ont été observés chez 29,6 % des patients du groupe Sarclisa combiné à Kd, contre 13 % des patients du groupe Kd, ce qui signifie que près de 30 % des patients traités par Sarclisa et l’association Kd présentaient une maladie résiduelle minimale indétectable confirmée par une méthode de séquençage nouvelle génération avec une sensibilité minimale de 10-5. Au moment de la réalisation de l’analyse intermédiaire, les données sur la suivie globale n’étaient pas encore matures.

Les réactions indésirables les plus fréquentes (observées chez 20 % des patients ou plus) ont été les suivantes : réactions à la perfusion (45,8 %), hypertension artérielle (36,7 %), diarrhée (36,2 %), infections des voies respiratoires supérieures (36,2 %), pneumonie (28,8 %), fatigue (28,2 %), dyspnée (27,7 %), insomnie (23,7 %), bronchite (22,6 %) et dorsalgie (22,0 %). Des événements indésirables graves ont été observés chez 59,3 % des patients traités par Sarclisa et l’association Kd et chez 57,4 % des patients traités par l’association Kd seulement. La réaction indésirable grave la plus fréquente a été la pneumonie (21,5 %). Les réactions indésirables ont motivé l’arrêt définitif du traitement chez 8,5 % des patients traités par Sarclisa plus Kd et chez 13,9 % des patients traités par Kd seulement. Des événements indésirables mortels ont été signalés chez 3,4 % des patients traités par Sarclisa plus Kd et chez 1,6 % des patients traités par Kd seulement.

Le myélome multiple : un cancer incurable malgré les traitements disponibles

Le myélome multiple est le deuxième cancer hématologique le plus fréquent1, avec plus de 130 000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année dans le monde2. En Europe, environ 39 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année3. Malgré les traitements disponibles, cette maladie reste incurable et représente un fardeau significatif pour les patients. Dans la mesure où il n’existe pas de traitement curatif, la plupart des patients atteints d’un myélome multiple présentent des rechutes. Le myélome multiple en rechute s’entend d’un myélome qui réapparait après un traitement ou une période de rémission. Le myélome multiple réfractaire désigne un myélome qui ne répond pas ou ne répond plus au traitement.

https://www.sanofi.fr/

https://www.clinicaltrials.gov/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: