En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Quelles tendances pour le “monde d’après” du PLM ?

Par Stéphane Guignard, Directeur France et Europe du Sud d’Aras

Publication: 2 avril

Partagez sur
 
A quoi ressemblera le monde post-Covid pour les DSI des entreprises industrielles ?!...
 

Difficile, après l’année que l’on vient de passer, de continuer à se prêter au jeu des pronostics, tant 2020 a déjoué les prédictions des meilleurs experts. Malgré tout, dans le monde du PLM, comme dans beaucoup d’autres domaines, cette crise semble agir comme un puissant accélérateur de changements déjà amorcés depuis quelques années. Arrêtons-nous sur deux tendances clés du PLM en 2021.

Performance VS agilité : de l’optimisation des processus à la résilience

Autrefois, les industriels scrutaient principalement leurs procédés de fabrication pour produire à moindre coût. Les mouvements de mondialisation et de délocalisation de l’industrie manufacturière reposent d’ailleurs sur cette optimisation du profit et sont à l’origine de nouvelles puissances économiques comme la Chine. L’idée était que la production sans réglementation du travail et de l’environnement dégagerait une économie supérieure au coût de transport du produit fini.

Mais la combinaison de guerres commerciales plus intenses, de droits de douane plus élevés et enfin de cette pandémie imprévisible, a donné lieu à un nouveau mouvement de relocalisation, ou de rapprochement géographique, de certaines installations de production critiques, associé à plus d’automatisation et de méthodes de fabrication juste-à-temps.

Ce mouvement devrait malgré tout avoir une portée limitée et il est très peu probable d’assister à un exode majeur de retour des sites de fabrication vers des pays comme les États-Unis, l’Allemagne, ou la France. Les grandes sociétés industrielles mondiales vont donc plutôt se concentrer sur la flexibilité et la résilience de leurs opérations manufacturières et investir dans la continuité numérique qui les relie.

Le Smart Manufacturing, ou l’usine intelligente, ne consistera pas, dans les années à venir, à automatiser un procédé de façon rigide, mais plutôt à accélérer la vitesse à laquelle une entreprise peut s’adapter pour produire maintenant quelque chose qu’elle ne fabriquait pas le trimestre dernier.

Technologies de rupture VS innovation pragmatique : la continuité numérique au cœur de la transformation digitale

Il y a un an, les DSI avaient de grandes attentes pour la transformation numérique de leurs entreprises, avec des plans pour tirer parti des technologies émergentes, telles que l’Intelligence Artificielle, le Machine Learning, la Réalité Augmentée, et bien d’autres. Toutes les entreprises déployaient des logiciels pour devenir plus numériques et, théoriquement, plus compétitives.

Et puis, la pandémie est venue perturber ces plans, mettant au sommet des priorités la capacité à assurer la sécurité des employés, réduire les coûts, travailler à distance et se recentrer uniquement sur ce qui permet de sauvegarder la santé de l’entreprise.

Désormais appauvries en budgets et en ressources, les entreprises vont intensifier la rationalisation de leurs écosystèmes avec pour objectif une continuité numérique intégrale, sans se laisser distraire par les gadgets technologiques associés à l’industrie 4.0, ou d’investir de nouveau dans leurs systèmes existants obsolètes.

Elles élimineront les technologies les plus anciennes et les plus chères, pour adopter des solutions plus agiles, leur permettant d’améliorer la qualité de leurs processus, d’accélérer leur vitesse d’innovation et de renforcer les synergies entre leur chaîne d’approvisionnement, leurs clients et leurs ressources, sur l’ensemble du cycle de vie de leurs produits.

Plus que jamais, dans ce « monde d’après » que nous appelons tous de nos vœux, le PLM tiendra plus d’une approche stratégique de la valeur d’une entreprise et de sa chaîne de production, que d’une seule technologie logicielle. Une approche qui devra être portée au plus haut niveau de l’entreprise, par des dirigeants aussi visionnaires que pragmatiques dans leur vision de l’innovation.

https://www.aras.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: