En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

L’architecture d’entreprise, ou comment s’adapter au monde post-COVID19

Par Gabriel Gomane, Senior Product Marketing Manager, MEGA International

Publication: 11 février

Partagez sur
 
Avec le démarrage de la campagne de vaccination, le bout du tunnel de la crise sanitaire est en vue. Toutefois, l’impact économique et sociétal du COVID19 sur le PIB, la technologie et le mode de vie sera durable...
 

Dans un récent podcast, Bill Gates pronostiquait un monde post-covid19 où "le e-learning, la télémédecine et le travail à distance feront partie intégrante de nos vies". Tandis que la digitalisation devrait encore s’accélérer et les organisations optimiser leur présence et leurs transactions en ligne, avec les risques de cybersécurité que cela implique. Des défis que l’architecture d’entreprise se propose de relever. Trois étapes pour se lancer dans la démarche.

Étape n°1 : comprendre l’expérience client pour accélérer la digitalisation

Pour un architecte d’entreprise, la digitalisation de l’entreprise se concrétise par l’alignement des actifs informatiques avec la nouvelle expérience client, telle que définie par l’entreprise. Pour ce faire, il s’agit de concevoir un mapping du parcours client. Celui-ci doit croiser les phases d’achat sensibilisation/découverte, recherche/considération, décision/achat et les canaux à la disposition du client site web de l’entreprise, application mobile, magasin physique, etc. Ce qui permet de définir des points de contact, correspondant aux intersections d’une phase et d’un canal. L’assemblage des points de contact constitue le parcours du client.

Ce qui est intéressant, c’est qu’il est possible de relier chaque point de contact aux capacités métier de l’entreprise afin de comprendre comment elles soutiennent ce point de contact. Comme chaque capacité est liée aux applications et aux composants technologiques sous-jacents, l’entreprise peut alors planifier ses ressources informatiques en fonction du parcours du nouveau client, et offrir la meilleure expérience utilisateur possible.

Un autre outil d’aide à la planification des capacités métier, et donc des technologies sous-jacentes, est la chaine de valeur : en mesurant les besoins de l’entreprise sur chacun de ses maillons, il est alors possible de déterminer les capacités métier qui font défaut.

Ainsi, les capacités métier sont la pierre angulaire entre les métiers et les technologies. En les évaluant par rapport à leur criticité, leur complexité ou leur performance, il est alors possible de déterminer et prioriser les projets agiles pour mettre en place les capacités demandées par les métiers et satisfaire l’expérience client.

Etape N°2 : travailler avec des équipes agiles pour développer de nouvelles fonctionnalités produit

Sur la base de l’analyse précédente, mixant chaines de valeur, parcours client et capacités métier, il s’agit de lancer la création de nouvelles epics, qui représentent un corpus de tâches importantes pouvant ensuite être découpées en "stories" afin d’être développées selon les méthodes agiles. Bien entendu, la définition de ces éléments n’est pas un effort isolé, c’est un travail de collaboration entre les équipes métier et les responsables des epics. Les parcours client, les chaines de valeur et la cartographie des capacités métier sont également communiqués avec les équipes de développement afin qu’elles puissent avoir une meilleure vision des objectifs métier.

À ce stade, le rôle de l’architecte d’entreprise consiste également à s’assurer auprès des équipes concernées de l’existence ou de l’évolution à prévoir du socle architectural des nouvelles fonctionnalités : infrastructure, architecture logicielle et conformité. On parle alors « d’epics enablers ». Objectif, selon les recommandations de SAFe : Scaled Agile Framework® : garantir que les fonctionnalités développées soient déployées en toute sécurité.

Concrètement, les « epics enablers » comprennent les cartographies applicatives et infrastructurelles, les exigences réglementaires et les recommandations technologiques. Ils sont gérés et planifiés à l’aide d’un tableau Kanban, au même titre que les epics fonctionnelles, ce qui garantit que les exigences en matière d’architecture seront mises en œuvre par les équipes de développement.

Etape N°3 : créer une architecture sécurisée

Un trafic en hausse (c’est l’objectif !) est généralement synonyme de risques cyber en hausse. Or, c’est le rôle de l’architecte d’entreprise de définir les normes technologiques afin d’éviter que les équipes de développement n’utilisent des technologies défaillantes ou obsolètes, qui pourraient présenter des vulnérabilités.

Ce qui passe par un suivi précis du cycle de vie des technologies sous-jacentes, à l’aide de bibliothèques en ligne qui répertorient toutes les vulnérabilités possibles afin d’identifier et évaluer les risques qui menacent les actifs informatiques. Il est alors facile de planifier les futures mises à jour, et ainsi réduire les risques d’exposition aux vulnérabilités.

De la même façon, des modèles d’architecture de référence intégrant les exigences réglementaires et de politique d’entreprise permettent de fournir des lignes directrices aux équipes de développement. Au même titre que des cartographies d’infrastructure comprenant des éléments de sécurité, tels que des pares-feux par exemple.

Pour aller plus loin, les normes et réglementations peuvent être automatiquement importées dans votre référentiel d’architecture d’entreprise en utilisant l’UCF : Unified Compliance Framework. Celui-ci permet de disposer d’une vision d’ensemble des actifs IT pouvant être impactés par ces réglementations. L’UCF couvre des normes telles que NIST, SOX et ISO 27001, et offre la possibilité de mettre en place des contrôles et d’examiner le statut de conformité par règlement et par actif critique (Fail/Pass).

En conclusion, et afin de préparer l’organisation à l’après-crise, les architectes d’entreprise ont un rôle clé à jouer pour traduire les besoins des entreprises en projets informatiques concrets, agiles, pertinents et sécurisés.

https://www.mega.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: