En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Hestika : MPM persiste et signe avec les machines-outils Citizen

Publication: 23 janvier

Partagez sur
 
« Montages rapides et petites séries : avec le tour BNJ 42/51, ça match ! »...
 

L’entreprise MPM, située dans la Vallée de l’Arve à Saint Pierre en Faucigny, est une entreprise de décolletage. Elle fait partie du groupe ACI, consortium industriel spécialisé dans le décolletage (sociétés MPM, MPR), la mécanique de précision (MDV, MPH) et de services (SOMER, PAYRAUD). La stratégie du groupe, déclinée sur l’ensemble de ses sites, lui permet de proposer une offre complète de prestations de décolletage, de tournage et de fraisage allant d’un diamètre de barre de 0 à 1200 mm et de tôlerie, soudage. ACI évolue dans les secteurs de la maintenance Aéronautique (rang 1), de l’automobile, de la Défense, de l’énergie et du médical.

En 2020, le groupe compte dix PME, réalise 43 M€ de chiffre d’affaires pour un effectif de presque 400 personnes et 2,8 M€ d’investissements. Ses perspectives pour 2023 sont ambitieuses : un chiffre d’affaires de 100 M€, un effectif de 800 personnes, 10 M€ d’investissements et l’intégration de deux PME complémentaires. Le Groupe ACI est dirigé par M. Riviere et M. Rives.

75 personnes travaillent dans l’entreprise MPM qui réalise un chiffre d’affaires d’environ 12 millions par an. Les clients de MPM sont issus des secteurs des loisirs, de l’énergie, de l’aéronautique et majoritairement de l’automobile.

L’atelier de l’entreprise MPM ne compte pas moins de dix tours à poupée mobile Citizen-Cincom et trois tours à poupée fixe Citizen-Miyano. Les premiers investissements en Citizen-Cincom datent de 2000. Lorsqu’il s’est agi d’usiner des diamètres plus importants, l’entreprise s’est équipée d’une machine Miyano, puis d’une seconde. La crise de 2008 a stoppé les investissements puis le marché a changé.

Habituée à des séries de plusieurs milliers de pièces, MPM a vu les clients réduire les quantités, avec une mutation vers des petites séries de 200 à 800 pièces, de plus en plus précises.

Le besoin d’une nouvelle machine pour passer des moyennes aux petites séries

En 2018, pour s’adapter à cette mutation, MPM se doit d’investir dans une machine adaptée et compacte pour l’ajouter dans l’atelier. Mais investir sans avoir de nouveaux marchés, s’avère délicat, il convenait donc de gagner impérativement en compétitivité.

La proposition d’Hestika France concernant un tour Citizen-Miyano BNJ 42/51 apparaît intéressante, tout comme le positionnement de cette machine. Hybride, car équipé d’une tourelle principale et d’une tourelle de reprise, le tour Citizen-Miyano BNJ 42/51 est moins onéreux qu’un tour bi-tourelle, semble disposer de capacités équivalentes et d’un encombrement inférieur. Mais l’architecture de la machine surprend. Que pourrait faire MPM avec cette machine à 1,5 tourelles ?

Simon HETIER, responsable du Pôle Production du site de Saint Pierre en Faucigny, et son équipe hésitent entre cette machine et un modèle d’un autre constructeur.

Dans le cadre du processus de sélection, la visite d’une entreprise de décolletage, équipée des deux machines, valide le choix de MPM d’investir dans le tour Citizen-Miyano BNJ42/51. L’entreprise visitée a du recul et parfaitement identifié les avantages de cette machine. Notamment la facilité de montage et la tenue de cote, atouts de premier ordre, surtout quand le marché glisse vers la petite série.

Comme tous les tours Miyano, le BNJ est doté d’un bâti en fonte monobloc, de glissières prismatiques grattées sur tous les axes, synonymes de rigidité et de précision. Au démarrage, grâce au système de compensation thermique, la machine est rapidement opérationnelle.

Le tour Citizen-Miyano BNJ42/51 : facilité de montage, fiabilité, rigidité et précision

Une fois la décision prise, MPM souhaite exploiter les capacités du tour le plus vite possible. Hestika France forme les utilisateurs sur le tour BNJ, ceux-ci connaissaient déjà l’environnement FANUC. La formation est rapide. Deux personnes travaillent sur plusieurs machines, dont le tour BNJ. La première est parfaitement opérationnelle, la seconde traite les opérations simples de réglage. Avec une équipe particulièrement légère, il était important que la mise en œuvre soit rapide pour faire le maximum de montages.

« Nous étions déjà convaincus par la robustesse et la fiabilité des machines Citizen, » explique Simon Hétier. « En 15 ans, nous n’avons jamais eu de grosses pannes. Sur le tour Citizen-Miyano BNJ 42/51, l’interface a été améliorée rendant l’expérience utilisateur plus efficace. En comparaison avec nos machines qui ont environ dix ans et pour les même pièces (précision < 20 microns), nous constatons des gains de temps de 20 % en montage et de 20 à 30 % en usinage grâce aux tourelles et à la diminution des mouvements non productifs. Et nous pouvons aller encore plus loin et réduire le nombre de secondes dans les temps d’usinage. De plus, le tour fait preuve d’une grande fiabilité et nécessite moins de contrôle. »

Il ajoute : « le tour Citizen-Miyano BNJ 42/51, c’est 80% du travail d’un tour bi-tourelle pour 70 % du budget. Pour les petites séries, grâce à la rapidité de montage, c’est la machine idéale ».

La performance d’une machine et une relation de partenariat avec Hestika France

Au-delà du tour BNJ qu’il juge très performant, Simon Hetier apprécie particulièrement les services apportés par Hestika France, notamment en termes d’accompagnement technique et de SAV : « Nous travaillons véritablement en partenariat avec Hestika France. En cas de difficultés de notre service Méthodes, nous les contactons et ils nous apportent des réponses pour savoir, par exemple, comment programmer une pièce. Ou encore pour retrouver le niveau de précision en cas de collision. Ils sont à notre écoute et répondent toujours rapidement. »

Et Simon Hetier de conclure « Nous sommes ravis des machines Citizen que nous utilisons, elles correspondent bien à nos marchés et aux demandes des clients en termes de précision. Citizen et Hestika France étaient notre premier choix il y a 10-15 ans. Nous ne nous sommes pas trompés. Aujourd’hui nous souhaitons rester sur la même dynamique, faire monter en compétence nos équipes, continuer dans ce cercle vertueux. Nous envisageons d’investir prochainement dans un second tour BNJ. »

http://www.hestika-citizen.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: