En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Quel impact de la conjoncture actuelle sur la transformation numérique en Europe ?

Par Hugues Heuzé, Country Manager France, Pure Storage

Publication: 15 janvier

Partagez sur
 
Les nouveaux défis posés par le COVID-19 ont révélé la nécessité d’adopter de nouvelles mesures, en termes d’infrastructures et de services numériques. Si la notion de transformation numérique n’a rien de nouveau, elle n’en a pas moins été accélérée par le besoin généralisé de services accessibles en ligne...
 

Actuellement, les directeurs de service informatique (DSI) se trouvent à un tournant décisif. Les moyens qu’ils emploient et les choix qu’ils font en matière d’investissements sont examinés à la loupe, comme jamais auparavant, tandis que les employés, les clients et les partenaires attendent tous une réponse technologique aux défis qui se présentent à eux. Cela étant, innover pour innover mènerait probablement à des dépenses inutiles et des retours sur investissement insuffisants. Or à une période où tous s’évertuent à surmonter des défis complexes, sur le plan environnemental comme économique, éviter les mauvais investissements est essentiel.

Un petit pas pour un grand bond en avant

De bien des manières, la crise a transformé les attentes actuelles et à venir en termes de « normalité ». La manière dont fonctionnent les entreprises a profondément changé ces derniers mois. Au cours de cette période, les technologies de l’information, ainsi que leur capacité à s’adapter et à prospérer, ont occupé le devant de la scène. De nos jours, les employés vivent, travaillent et interagissent les uns avec les autres au sein d’environnements inédits et doivent faire face à des responsabilités nouvelles, comme celles de s’occuper de leurs enfants ou de les accompagner dans leurs progrès scolaires tout en continuant à travailler.

Ces changements doivent s’accompagner d’une nouvelle stratégie IT adaptée à la conjoncture actuelle. Pour les DSI, cela signifie qu’il faut repenser le cahier des charges. Les cycles de budgets d’acquisitions qui reposaient sur un modèle d’investissement (CAPEX) et de mises à niveau par remplacement complet du système IT sont inadaptés au contexte actuel, où les plans changent rapidement à mesure que surgissent des besoins aussi nouveaux qu’inattendus. Pour remplacer les anciens systèmes, l’investissement devrait s’appuyer sur des modèles de consommation flexibles et des architectures aussi adaptables et modulables que possible pour permettre un déploiement rapide des nouveaux projets et une meilleure agilité du système d’information en global.

De surcroît, alors que l’incertitude économique s’installe, les budgets vont devenir de plus en plus restreints. Cela peut poser un dilemme pour les DSI lorsqu’ils tenteront d’obtenir l’approbation de leur directeur financier afin de mettre en place de nouvelles infrastructures et lancer de nouveaux projets. Or opter pour un modèle de consommation souple permet aux entreprises d’éviter le pari risqué que représentent ces transformations à fort investissement par vagues. Elles peuvent ainsi mener des politiques agressives de modernisation en limitant les risques d’augmentation des coûts, de déficit budgétaire ou de dépendance aux fournisseurs.

Il ne faut pas enterrer les infrastructures locales

Pendant cette période volatile, les défis liés à la planification des dépenses en matière de technologies et d’infrastructures IT deviennent de plus en plus ardus. Les services IT peuvent être amenés à sous- ou à sur-budgétiser, ou encore à se concentrer sur des solutions qui ne sont pas adaptées à la transformation de leur entreprise. Si la conjoncture actuelle a accéléré l’adoption du cloud, celui-ci n’est cependant pas la seule option disponible. Les entreprises demandent des solutions simples, agiles et flexibles, des caractéristiques du cloud que l’on retrouve également dans les infrastructures sur site. Plus que jamais, la nécessité d’une approche hybride des systèmes d’information se fait sentir.

S’il est vrai qu’une architecture cloud permet aux entreprises d’élargir leurs stratégies IT, de développer rapidement des applications et de disposer de larges bases de données, les ressources sur site ont toujours un rôle essentiel à jouer dans l’activité des entreprises. Pour les dirigeants clairvoyants qui souhaiteraient intégrer des technologies émergentes à leurs stratégies, telles que l’intelligence artificielle ou le deep-learning, le fait de disposer d’équipements sur site présente un avantage inestimable. Cela leur permettrait de tirer parti de leurs données pleinement et plus efficacement, tout en supportant des applications critiques qui ne peuvent pas être utilisées dans le cloud, comme celles qui nécessitent une très faible latence couplée à un très haut débit.

En réorganisant leurs infrastructures sur site de la même manière qu’un cloud, les clients peuvent tirer avantage des clouds privés et publics, ainsi que de leurs ressources stockées sur site, tout en s’adaptant à la charge de travail et aux objectifs de l’entreprise. L’adoption d’un modèle de consommation souple leur permet de satisfaire des besoins en constante évolution.

Il est important de noter qu’une stratégie hybride ne pèse pas lourdement sur les budgets. L’ensemble des coûts de propriété est réduit grâce à un modèle de consommation flexible qui permet aux DSI de mettre à niveau leur infrastructure à la demande. Des technologies essentielles deviennent soudain abordables et accessibles pour toutes les entreprises, quels que soient leur taille ou leur bilan, tout en leur permettant de dégager des capitaux d’investissement pour financer d’autres pans de leur activité.

Le nouvel ordre mondial

Qu’il s’agisse des secteurs du commerce, de la construction, de la finance ou du secteur public, tous les dirigeants se trouvent aujourd’hui dans l’obligation d’adapter leur stratégie d’entreprise à leur stratégie IT. Or cette transformation s’opère plus facilement lorsque les bénéfices sont garantis et la prise de risques faible. Les dirigeants portent toujours une attention scrupuleuse aux dépenses financières et à la réduction des coûts lorsqu’elle est possible. Le nouvel ordre mondial, qui s’appuie sur le déploiement technologique, doit par conséquent favoriser la flexibilité.

Une solution souple permet de garder le contrôle sur les liquidités et les capitaux engagés à court et à long terme, sur le stockage des données et sur les choix entre propriété et souscription. C’est la pierre angulaire qui permet de prendre des décisions rapides et de dépasser la compétition sur les marchés grâce à des produits innovants. Qu’il s’agisse d’achats personnalisés grâce à l’AI ou de l’application du machine learning aux véhicules autonomes, les entreprises devraient pouvoir se montrer compétitives et mettre rapidement au point des applications à la demande, quelle que soit leur taille. À terme, seuls les modèles de consommation flexibles offriront un tel niveau d’accessibilité tout en limitant la prise de risques.

http://www.purestorage.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: