En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Traitement des eaux et Biogaz : ce Français part à la conquête du monde

Publication: 15 janvier

Partagez sur
 
Micr’Eau, leader sur le marché français du stockage et torchage de Biogaz, affiche une forte croissance en France et à l’international...
 

Alors que la pandémie de Covid-19 a entraîné une crise économique sans précédent, et que nombre d’entreprises françaises risquent de mettre la clé sous la porte (source), certaines sociétés affichent une croissance insolente, tant en France qu’à l’international.

A l’image de Micr’Eau, le leader sur le marché français du stockage et torchage de Biogaz, qui se développe dans le monde entier en se positionnant sur des secteurs très porteurs. Au-delà du Biogaz, cette société ambassadrice du savoir-faire français, excelle aussi dans les domaines du traitement des eaux potables, des eaux usées et de l’élimination de l’arsenic.

Autant de compétences qui sont indispensables aux collectivités, aux concessionnaires d’eau, mais aussi aux grands industriels (mines, agro-alimentaire, pétrole...), tous en demande de solutions opérationnelles et performantes pour faire face aux enjeux actuels (recherche d’efficacité et d’économies).

Micr’Eau : plus de 100 ans d’expérience technique cumulée dans l’eau et le biogaz

Depuis plus de 20 ans, le groupe Micr’Eau propose des solutions innovantes de traitement de l’eau potable (Arsenic) et des eaux usées (stations compactes), mais aussi de stockage et torchage du biogaz urbain et industriel.

Ce groupe dynamique est composé de deux PME : Micr’Eau (Paris) et Aguas y Energia Consultoria (Santiago du Chili). Grâce à ces deux implantations, Micr’Eau bénéficie des compétences d’une dizaine de collaborateurs multi-culturels, cumulant une expérience technique dans l’eau et le biogaz de plus de 100 ans.

En quelques mots, Micr’Eau c’est :

- Des références nombreuses sur tous les continents (Europe, Amérique, Afrique, Asie) auprès de grands groupes (Suez, Veolia, Eramet, Codelco, Siaap, Vinci, Aguas Andinas) ;

- Des fonds propres importants pour accompagner les projets les plus ambitieux (station de traitement, unités de biogaz)

- Des partenariats internationaux solides dans tous ses secteurs d’expertise : Corsa dans l’eau, Sattler et Hofstetter dans le biogaz ;

- Un portefeuille varié de produits innovants (arsenic, désodorisation, eaux potables et eaux usées) ;

- La propriété de marques reconnues (Arsepur®, Oxybatch®) et de technologies de pointe en désodorisation biologique et économie circulaire.

Une croissance continue grâce à une culture de l’innovation

Leader sur le marché français du stockage et torchage de Biogaz, Micr’Eau continue à se développer sur ce marché en très forte croissance : en France, la Programmation Pluriannuelle de l’Energie fixe un objectif de multiplier le volume de biogaz injecté par 15 entre 2017 et 2023 (pour passer la production de 0,4TWh à 6TWh), et de la multiplier par 35 d’ici 2035 (scénario bas permettant d’atteindre une production annuelle de 14TWh – le scénario haut fixant un objectif de 22TWh).

Dans ce domaine, Micr’Eau s’impose comme une référence, grâce à sa capacité à accompagner ses clients en Europe et à l’international. Le groupe français a également les compétences pour proposer un accompagnement de A à Z, allant de la réalisation des installations jusqu’aux services de maintenance.

En parallèle, dans le domaine du traitement de l’eau, en particulier celui de l’arsenic, Micr’Eau est à la pointe de la technologie grâce à des produits très sélectifs. Par exemple, le groupe propose des médias filtrants à base d’alumine activée et d’hydroxide de fer, pour arrêter les pollutions au fluor et à l’arsenic. Il a aussi des projets de développement de nouvelles technologies innovantes pour donner accès à des produits plus économiques dans une logique d’économie circulaire.

Pascal Guasp souligne : « Le chiffre d’affaires de la société est amené à être multiplié par 4 dans les 2 à 3 prochaines années grâce à tous les investissements réalisés. Nous sommes d’ailleurs actuellement en phase de levée de fonds via la plateforme financière de crowdfunding Ayomi, pour financer notre croissance à court terme. »

Le Biogaz : Valoriser énergétiquement les boues de station d’épuration ainsi que les déchets verts :

Stockage de biogaz

Depuis 18 ans, Micr’Eau commercialise et installe les stockeurs de biogaz Sattler, leader mondial de la technologie de membranes souples. La société française a ainsi équipé des capitales telles que Paris, Santiago du Chili, Bruxelles pour valoriser le biogaz de leurs stations d’épuration.

Avec plus de 50 installations, Micr’Eau est leader en France pour le secteur municipal.

Torchères

Depuis 3 ans, Hofstetter a rejoint Micr’Eau et son partenaire Sattler pour offrir une solution globale de gestion du biogaz : la torchère brûlant l’excès de biogaz stocké avant rejet à l’atmosphère. Parmi les clients, on compte notamment SIAAP, Suez, et Véolia.

.

.

Traiter l’arsenic dans l’eau potable, une spécialité du groupe Micr’Eau mondialement reconnue

L’arsenic, présent naturellement dans le sous-sol des massifs montagneux, tels que la Cordillère des Andes, l’Himalaya ou les Alpes, contamine les ressources en eau potable de plusieurs centaines de millions de personnes à travers le monde :

- Europe de l’ouest (France, Italie)

- Asie du sud-est (Vietnam, Inde, Bangladesh)

- Amérique du sud (Chili, Argentine, Pérou,...)

Micr’Eau, fort d’une expérience initiée dans les années 2000 avec la société anglo-saxonne Severn Trent, a réalisé plus de 80 installations de potabilisation par la technique de filtration adsorption sur tous les continents, de la plus petite à la plus grande, pour des villages, villes ou capitales comme Santiago du Chili.

La clé du succès : un choix sélectif de media filtrants qui captent la pollution arséniée

Micr’Eau est la seule société habilitée à distribuer le GEH et le Bayoxide E33, les deux hydroxides de fer agréés par les autorités sanitaires françaises et vendus en Europe comme en Amérique via ses sociétés.

Le suivi de sa clientèle depuis 15 ans donne au groupe Micr’Eau l’occasion de s’assurer fidélité et qualité de relation. Avec le temps (1 à 3 ans en général), le media captant l’arsenic se sature et doit être changé. C’est là qu’intervient de manière récurrente Micr’Eau avec sa filiale chilienne, en préparant la nouvelle commande de media pour ses clients grâce à son logiciel prédictif sur la « vie utile » du media filtrant. Ainsi la norme de potabilisation fixée par l’OMS à 10 microgrammes par litre est maintenue en permanence, sur toutes les installations suivies par Micr’Eau.

http://www.micreau.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: