En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

OSE Immunotherapeutics présente OSE-230

Publication: 30 octobre

Partagez sur
 
Une thérapie innovante par anticorps monoclonal agoniste qui déclenche la résolution de l’inflammation chronique...
 

OSE Immunotherapeutics SA, a présenté des données précliniques d’efficacité d’OSE-230, une thérapie innovante par anticorps monoclonal agoniste, au congrès annuel FOCIS 2020 (« Federation of Clinical Immunology Societies ») qui se tient en virtuel du 28 au 31 octobre. OSE-230 est un anticorps agoniste de ChemR23, ou « chemerin chemokine-like receptor 1 » (CMKLR1), un récepteur couplé aux protéines G (GPCR) exprimé sur les cellules immunitaires myéloïdes modulatrices de l’inflammation.

L’inflammation persistante est une caractéristique de toutes les maladies inflammatoires chroniques et auto-immunes. Si elle n’est pas contrôlée ou résolue, elle peut conduire à l’aggravation des lésions des tissus et provoquer une fibrose tissulaire, éventuellement associée à la perte de fonction d’un organe. Alors que la plupart des agents anti-inflammatoires agissent par un mécanisme de blocage des voies pro-inflammatoires, OSE Immunotherapeutics développe un agent thérapeutique first-in-class, OSE-230, qui a le potentiel d’activer les voies de résolution physiologiques de l’inflammation chronique et de restaurer l’intégrité du tissu pathologique.

Nicolas Poirier, Directeur scientifique d’OSE Immunotherapeutics, commente : « Avec OSE-230, nous développons un concept de rupture dans la résolution de l’inflammation, un processus déficient dans pratiquement toutes les maladies inflammatoires chroniques. Les données présentées montrent qu’OSE-230 est le premier anticorps monoclonal activateur de récepteurs spécialisés de la résolution qui restaure l’hémostasie du tissu pathologique, son intégrité et ses fonctions. Les maladies inflammatoires chroniques représentent la principale cause de décès dans le monde* et leur incidence est en progression, ce qui confirme le besoin des patients en innovations de rupture pour répondre à des maladies très complexes. Ces résultats illustrent le fort potentiel thérapeutique d’OSE-230 dans de nombreuses pathologies chroniques et renforcent le positionnement d’OSE sur l’axe de l’immunothérapie ciblant les cellules myéloïdes dans les maladies inflammatoires chroniques et auto-immunes et en immuno-oncologie ».

La présentation orale, intitulée : Agonist anti-ChemR23 mAb blunts tissue neutrophil accumulation and triggers chronic colitis inflammation resolution, porte sur des données d’efficacité d’OSE-230 dans des modèles précliniques d’inflammation chronique et ex vivo chez l’homme. Les principaux résultats montrent que :

- OSE-230 induit in vivo l’accélération de la résolution de l’inflammation dans des modèles précliniques d’inflammation aiguë en activant les programmes pro-résolutifs des macrophages et des neutrophiles au site même de l’inflammation.

- OSE-230 déclenche une résolution efficace de l’inflammation non résolue spontanément dans des modèles de colites chroniques, avec une diminution significative des infiltrats leucocytaires, des lésions tissulaires, de la fibrose et du nombre de tumeurs induites par l’inflammation.

- Les études précliniques ont également démontré une résolution de l’inflammation dans plusieurs modèles de diabète de type 1 et de sclérose en plaque.

Ces résultats sont issus de données clés établies par OSE :

- La résolution de l’inflammation est naturellement provoquée par des lipides pro-résolutifs qui activent des GPCRs pour induire une apoptose des neutrophiles, réduire le recrutement de neutrophiles dans les tissus et favoriser l’efférocytose (phagocytose non-inflammatoire) des macrophages.

- A partir d’analyses transcriptomiques réalisées sur des biopsies de rectocolite chronique de plus de 300 patients, l’équipe de R&D d’OSE a identifié ChemR23 comme un récepteur GPCR du programme de la résolution surexprimé dans les tissus inflammatoires de patients non répondeurs aux traitements par anticorps anti-TNF ? ou anti- ?4 ?7. Chez ces patients, la résistance aux traitements est fortement associée à une accumulation de neutrophiles dans la muqueuse intestinale.

- Le récepteur ChemR23 est surtout exprimé par les macrophages et les neutrophiles résidents des tissus dans des situations inflammatoires (en présence de TNF, IL-6, LPS).

http://www.ose-immuno.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: