En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Energie hydroélectrique : vers des solutions innovantes

Publication: 29 août

Partagez sur
 
Cetim, Institut technologique labellisé Carnot, participe au projet Sidcof qui vise à développer plusieurs technologies permettant de suivre à distance l’état de santé des conduites forcées des barrages hydroélectriques...
 

La demande en dispositifs de monitoring s’est en effet accrue avec la multiplication et le vieillissement de ces ouvrages 2400 en France, construits pour la plupart entre 1945 et 1970 soumis à des normes strictes de sécurité et de sûreté. Le projet Sidcof (ou Système innovant de diagnostic de conduites forcées), labellisé par les pôles de compétitivité Pôle Eau et Tennerdis, rassemble aux côtés du Cetim l’ingénieriste Setec, l’intégrateur robotique Sub C Marine, le chaudronnier ETE et l’exploitant de parc hydroélectrique Soréa. Le projet entre à présent dans une phase de test grandeur nature de 6 mois, pendant laquelle les partenaires vont utiliser en conditions réelles à la centrale hydroélectrique des Moulins, en Savoie, deux dispositifs inédits développés pour assurer la surveillance des conduites forcées sans intervention humaine.

Mesurer à distance

Assurer le maintien en conditions opérationnelles des conduites forcées des centrales hydroélectriques devient souvent complexe lorsque celles-ci sont inaccessibles et susceptibles d’être endommagées par des glissements de terrain (impacts de pierres et déformations excessives). Envoyer des personnels sur place pour effectuer des campagnes de mesures est alors une opération lourde, voire impossible en saison hivernale. Le projet Sidcof compte pallier ces difficultés avec le développement de plusieurs systèmes innovants de surveillance des conduites.

Le premier consiste à assurer un monitoring des conduites à l’aide de capteurs placés à demeure sur les conduites soit en permanence, soit périodiquement pour détecter l’apparition de défauts. En charge de cette partie du projet, le Cetim a sélectionné deux méthodes : la mesure de déformation locale par des extensomètres autonomes et communicants, basés sur la technologie de capteurs « couches épaisses » mise au point par le Centre de ressources en mécatronique du Cetim à Annecy (Haute-Savoie), et la détection de défauts par émission acoustique (EA). Placés tous les 30 à 50 mètres environ, ces capteurs EA « écoutent » les bruits et les vibrations à des fréquences ultrasonores dans les conduites. Un prétraitement local des données permet de détecter la présence de chocs et de fuites dans la tuyauterie et de localiser ces défauts à un mètre près. Pour les deux types de capteurs, les informations sont envoyées sans fil directement à un système de supervision qui peut prévenir le personnel de la centrale hydroélectrique en cas d’urgence.

Le deuxième dispositif, développé par Sub C Marine, est un robot immergeable de nouvelle génération portant un système de contrôle d’épaisseur par ultrason conçu et intégré par le Cetim dans le cadre du projet et capable d’évoluer dans des canalisations de diamètres restreints.

Une période de tests intensifs

Installés prochainement sur un tronçon de plus de 300 mètres des conduites forcées (diamètre nominal : 500 mm) de la centrale hydroélectrique exploitée par Sorea, les dispositifs de monitoring à distance mis au point doivent être utilisés pour la surveillance de l’installation pendant plusieurs mois. Cette phase de validation des prototypes ouvrira ensuite la voie à leur industrialisation.

http://www.cetim.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: