En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Le nirsevimab a permis de réduire les infections par le virus respiratoire

Publication: 31 juillet

Partagez sur
 
Le nirsevimab a permis de réduire de 70 % les infections des voies respiratoires inférieures causées par le virus respiratoire syncytial (VRS) et de 78 % les hospitalisations pour une infection par le VRS1...
 

Les résultats détaillés d’un essai positif de phase IIb consacré au nirsevimab chez des nourrissons prématurés en bonne santé ont montré une réduction significative des infections des voies respiratoires inférieures nécessitant une prise en charge médicale, essentiellement sous la forme de bronchiolites et de pneumonies, ainsi qu’une réduction des hospitalisations causées par une infection par le virus respiratoire syncytial (VRS).

Publiés dans le New England Journal of Medicine, les résultats de cet essai montrent pour la première fois qu’une dose unique de cet anticorps monoclonal peut significativement réduire les infections des voies respiratoires inférieures causées par le VRS nécessitant une prise en charge médicale chez les nourrissons, pendant toute la durée de la saison virale1.

« Les données concernant le nirsevimab sont enthousiasmantes car elles illustrent le potentiel de cette approche innovante pour la protection des nourrissons contre le VRS à raison d’une injection unique pour toute la durée de la saison virale », a déclaré le Dr Joseph Domachowske, auteur de l’étude, Professeur de pédiatrie de microbiologie et d’immunologie et Directeur du programme global Santé materno-infantile et pédiatrique de la faculté de médecine de l’Université d’État de New York (SUNY). « Le nirsevimab a le potentiel non négligeable de réduire les hospitalisations et les consultations aux urgences et chez le médecin, dont on sait qu’elles représentent un fardeau significatif pour les systèmes de santé. »

Le nirsevimab est un anticorps monoclonal anti-VRS à demi-vie prolongée qui est développé en partenariat avec AstraZeneca pour l’immunisation passive des nourrissons. Autrement dit, il leur est administré directement pour la prévention des infections par le VRS. Le nirsevimab pourrait établir une nouvelle norme de soins en offrant une immunisation innovante pour la protection immédiate et soutenue de tous les nourrissons pendant leur première saison virale, lorsqu’ils sont le plus à risque de contracter une infection par le VRS ou de présenter des complications. Quatre-vingt-dix pour cent de tous les nourrissons contracteront une infection par le VRS avant l’âge de deux ans.

L’essai de phase IIb a atteint ses critères d’évaluation primaire et secondaire

S’agissant du critère d’évaluation primaire, le nirsevimab a permis d’obtenir une réduction statistiquement significative de 70,1 % (IC à 95 % : 52,3 %-81,2 %) des infections des voies respiratoires inférieures dues au VRS nécessitant une prise en charge médicale comparativement au placebo, pendant 150 jours après l’administration de la dose. En ce qui concerne le critère d’évaluation secondaire, le nirsevimab a permis d’observer une réduction relative de 78,4 % (IC à 95 % : 51,9 %-90,3 %) du nombre d’hospitalisations dues à des infections des voies respiratoires inférieures causées par le VRS comparativement au placebo, pendant 150 jours après l’administration de la dose. Le profil de sécurité du nirsevimab a été similaire à celui du placebo et aucune réaction significative d’hypersensibilité n’a été observée.

« Ces données sont encourageantes car elles permettent de voir que les complications graves causées par le VRS peuvent être réduites chez les nourrissons prématurés en bonne santé », a indiqué John Shiver, Senior Vice-Président, Recherche et Développement Monde, Sanofi Pasteur. « Jusqu’à 80 % des nourrissons hospitalisés pour une infection par le VRS sont par ailleurs en bonne santé, sans complications antérieures. Mais il n’existe actuellement aucune option préventive approuvée pour les protéger. »

Une session R&D consacrée au nirsevimab sera organisée aujourd’hui pour les investisseurs et se tiendra à 17 h 00 CET/11 h 00 ET, avec la participation des intervenants Sanofi siuvants :

- Thomas Triomphe, Responsable Monde, Sanofi Pasteur

- Su-Peing Ng, Responsable Monde, Affaires Médicales, Sanofi Pasteur

- Jon Heinrichs, Chef de projet global, Nirsevimab, Sanofi Pasteur

- John Shiver, Responsable Monde, Recherche et Développement, Sanofi Pasteur

Participeront à la séance de questions :

- Paul Hudson, Directeur Général de Sanofi

- John Reed, Responsable Monde, Recherche et Développement, Sanofi

- Jean-Baptiste de Chatillon, Directeur Financier

http://www.sanofi.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: