En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Baromètre du Symop : l’activité des industriels reprend doucement

Publication: 6 juin

Partagez sur
 
Le Symop publie les résultats d’un baromètre tenu ces derniers mois auprès de ses adhérents sur l’impact qu’a eu la crise sur leur activité, ainsi qu’un point de conjoncture sur l’activité des fournisseurs des biens d’équipements de production au 1er trimestre 2020...
 

Déployé dès la mi-mars et mis à jour chaque quinzaine, le baromètre du Symop montre qu’après une forte chute d’activité, le niveau remonte depuis début mai chez les fournisseurs de biens d’équipements.

Une activité fortement impactée, mais qui reprend

Le baromètre du Symop montre qu’à la fin mars, le niveau d’activité des entreprises adhérentes a chuté de 55 % avec la fermeture des services au sein des entreprises. Fort heureusement, ce niveau remonte depuis début mai chez les fournisseurs de biens d’équipements (58 % mi-mai).

Parmi les effectifs des adhérents du Symop :

- Les services étant restés les plus actifs sont les directions générales, administratives et financières avec 75 % des personnels tout au long de la crise.

- Suite à la fermeture de nombreux sites de production, empêchant ainsi la livraison des machines et matériels, seuls 34 % des personnels des ateliers de production ont maintenu une production en début de confinement, pour remonter à 45 % jusqu’à fin avril. Aujourd’hui on constate une reprise lente avec 50 % du personnel occupé en fabrication.

- Les services commerciaux ont connu une évolution similaire passant de 38 % de commerciaux en activité en début de confinement contre 60 % aujourd’hui. Pendant toute la période, les relations commerciales étaient difficiles à mettre en œuvre du fait des déplacements interdits, de l’absence de l’hôtellerie et de la restauration pour les grands déplacements.

- De même les services de SAV sur site, ou de maintenance de machines n’ont pu fonctionner normalement. Fermetures des sites, interdiction de pénétrer dans les ateliers par mesures sanitaires, manques de structures hôtellières ont rendus les déplacements impossibles. Seuls ­26 % des effectifs travaillaient en début de crise contre 56 % aujourd’hui.

Pallier la crise : 1/3 des effectifs en chômage partiel, et jusqu’à 75 % en télétravail pendant le confinement

Pour faire face à cette contraction d’activité, les mesures de chômage partiel ont été utilisées pour 36 % des effectifs en début de crise, complétées par des demandes de prise de congés ou RTT. Ce recours aux aides gouvernementales diminue avec la reprise et n’est plus que de 14 % fin mai. A noter qu’aucun licenciement n’a été préparé sur la période, les industriels connaissant la difficulté à recruter.

Le télétravail a été plébiscité par toutes les entreprises : au plus fort de la crise il a atteint 75 % du personnel. Bien sûr, la présence sur site augmente au fur et à mesure que le tissu industriel se remobilise.

Une demande en baisse... et qui ne remonte pas

L’impact de la crise sur la demande et les facturations n’en finit pas de s’accentuer, même avec la reprise de l’industrie manufacturière. Les commandes se sont fortement contractées, passant de -53 % du niveau habituel début avril à -58 % et même -67 % fin avril. Elles sont toujours inférieures de 50 % début mai.

De même pour les facturations qui enregistrent des baisses importantes passant de -46 % fin mars à -58 % aujourd’hui car l’appauvrissement du carnet de commandes ne fait que réduire les futures facturations.

Sur l’ensemble de l’année les industriels envisagent à ce jour une chute de 26 % de leur chiffre d’affaires budgété sur l’année.

1

La crise a frappé en plein redressement des commandes : conjoncture du 1er trimestre

L’enquête INSEE de janvier sur les anticipations d’investissements annonçait une légère croissance des investissements sur 2020. C’est bien ce qui a été constaté sur les deux premiers mois de l’année avec une demande tout à fait correcte sur les accessoires, les outils coupants, ou les produits pour le soudage. Le climat des affaires est devenu plus incertain face au développement de la crise sanitaire au-delà des frontières chinoises et à son impact attendu sur le commerce international. D’ailleurs, les commandes en provenance de Chine, mais également des États-Unis ou des pays européens eux-mêmes touchés par les répercussions de la crise sanitaire, ont baissé dès le mois de février.

Les ventes sur le trimestre se sont contractées de -1.4 % au global, mais de -2.3 % sur le marché domestique. Cette baisse est somme toute légère et imputable aux quinze jours de confinement durant lesquels le niveau d’activité a chuté de 60 %. Les ventes à l’export ont baissé de 3.4 % impactées par la crise sanitaire qui a empêché les livraisons de machines.

Le Symop, organisation professionnelle des créateurs de solutions industrielles, propose chaque trimestre un point de conjoncture des fournisseurs des biens d’équipements de production.

http://www.symop.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: