En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Nouveaux produits

KHIMOD, prépare l’après crise du COVID 19 pour le secteur du transport aérien

Publication: 8 mai

Partagez sur
 
La crise sanitaire que le monde entier traverse met le transport aérien en grande difficulté...
 

A l’appel de la société civile, les plans d’aide publicsaux compagnies aériennes sont d’ores et déjà conditionnés à un effort sans précédent pour réduire leur impact environnemental. Il est temps aujourd’hui d’accélérer sur la recherche d’alternatives durables au kérozène fossile, principal contributeur aux émissions de gaz à effet de serre de l’aéronautique.

KHIMOD annonce ses premiers résultats décisifs dans la production de kérosène de synthèse obtenu par recyclage de CO2. Lors d’une campagne de tests in situ, les réacteurs échangeurs KHIMOD ont permis la production d’un premier brut d’hydrocarbures à forte teneur en composés carbonés C10-C12 caractéristique du kérosène.

Le kérosène neutre en carbone, un enjeu majeur pour la réduction des émissions du transport aérien

Engagé dans la course à la réduction de son impact sur le climat, l’aviation civile, qui représente 12% des émissions de gaz à effet de serre du transport, investit dans la production de kérosène bas carbone. Dans cette course à l’innovation technologique, différentes pistes sont actuellement étudiées à travers le monde comme la production de biocarburants de première et deuxième génération qui doivent faire face à la quantité limitée de biomasse disponible pour des usages non alimentaires. La piste la plus prometteuse consiste à synthétiser du kérosène à partir d’une « matière première » largement disponible, le CO2, et d’énergie renouvelable. Cette production peut être réalisée grâce à une réaction chimique bien connue appelée procédé de Fischer-Tropsch.

En recyclant le CO2 émis par des sites industriels, ou par des installations de méthanisation (déchets de biomasse) ou même par le CO2 présent dans l’atmosphère et en utilisant des sources d’énergies renouvelables, il est alors possible de produire un kérosène sans impact environnemental.

Le saviez-vous ?

- S’il était un pays, le transport aérien serait le 8e pays le plus émetteur de gaz à effet de serre.

- En 2050, le transport aérien pourrait représenter 10% des émissions de CO2 mondiales.

La technologie KHIMOD rend la production de kérosène neutre en carbone économiquement viable

Pour que le procédé de production d’hydrocarbure Fischer-Tropsch soit économiquement viable, il est impératif de concilier deux objectifs : un haut rendement et une très faible production d’hydrocarbures « non spécifiques ». Dans le cadre du projet Heat-to-Fuel soutenu par la Commission européenne au travers des programmes Horizon 2020, la première production d’hydrocarbure de synthèse a été réalisée avec succès avec un taux de conversion du CO de l’ordre de 45% proche du maximum théorique, pour un seul passage, et avec une sélectivité suffisante, centrée sur les composants majoritaires du kérosène, dans la production d’hydrocarbures. Cette production ouvre la voie à la production massive d’additif du kérosène par voie synthétique.

Le design du réacteur KHIMOD, avec ses canaux réactifs milli-structurés très compact et sa capacité de refroidissement hors norme par rapport aux réacteurs classiques permet un parfait contrôle de la température dans le lit catalytique avec une montée en température observée de 3°C maximum. Une performance unique pour un process totalement maîtrisé et optimisé. Pour KHIMOD, ce projet est l’occasion de démontrer la fiabilité de la technologie de réacteur-échangeur pour la gestion de la réaction de Fisher-Tropsch déjà mis en œuvre au niveau préindustriel pour la gestion de la réaction de Sabatier (production de méthane de synthèse).

Dans le cadre du projet Heat-to-Fuel (sur la thématique du Waste to Liquid), KHIMOD fournit deux réacteurs-échangeurs dits « réacteur intermédiaire » et « réacteur grande échelle ». « Le réacteur intermédiaire » a été fourni au CEA Liten en vue d’optimiser les échanges thermiques et les conditions opératoires. « Le réacteur grande échelle » sera fourni fin 2020 à un site de gazéification en Autriche pour une campagne d’essais de minimum 12 mois.

http://www.khimod-alcen.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: