En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Sanofi : Des données de phase III concernant Dupixent® (dupilumab)

Publication: 4 avril

Partagez sur
 
Des données montrent une amélioration significative de la dermatite atopique sévère chez les enfants âgés de 6 à 11 ans...
 

Les données détaillées qui seront présentées à la conférence Revolutionizing Atopic Dermatitis montrent que l’ajout de Dupixent à des corticoïdes topiques a amélioré la cicatrisation de la peau ; les symptômes globaux de la maladie se sont améliorés en moyenne d’environ 80 %.

Les données confortent le profil de sécurité et de tolérance observé dans le cadre des essais menés chez des adultes et des adolescents atteints de dermatite atopique, notamment le taux numériquement inférieur d’infections cutanées comparativement au placebo.

L’extension des indications de Dupixent à l’enfant âgé de 6 à 11 ans fait actuellement l’objet d’un examen prioritaire de la FDA, dont la décision est attendue le 26 mai 2020.

Les résultats de l’essai pivot de phase III annoncés aujourd’hui montrent que Dupixent® (dupilumab), en association avec un traitement standard par corticoïdes topiques chez des enfants âgés de 6 à 11 ans souffrant de dermatite atopique sévère non contrôlée, a permis d’atténuer significativement les signes et symptômes de la maladie et d’améliorer la qualité de vie liée à la santé. Sanofi et Regeneron avaient annoncé les premiers résultats de cet essai en août 2019.

Les résultats détaillés seront présentés le 5 avril dans le cadre d’une session de la conférence virtuelle 2020 Revolutionizing Atopic Dermatitis (RAD).

« Dans le cadre de ma pratique médicale, je vois des enfants atteints de dermatite atopique sévère qui présentent des démangeaisons intenses et persistantes et des lésions sur pratiquement tout le corps, et dont les soignants attendent désespérément de nouvelles options thérapeutiques pour contrôler cette maladie », a indiqué le docteur Amy S. Paller, titulaire de la Chaire Walter J. Hamlin, Directrice du Département de dermatologie, professeur de pédiatrie à la faculté de médecine Feinberg de la Northwestern University et investigateur principal de l’essai. « Les données de l’essai de phase III mené chez des enfants âgés de 6 à 11 ans s’ajoutent aux données d’efficacité et de sécurité obtenues chez l’adulte et l’adolescent et donnent aux médecins et aux familles des raisons d’espérer avoir accès à une nouvelle option thérapeutique potentielle pour les enfants atteints de cette maladie chronique. »

Les données qui seront présentées à la conférence RAD montrent qu’après 16 semaines de traitement, près de trois fois plus d’enfants traités par Dupixent et corticoïdes topiques ont obtenu une cicatrisation complète ou quasi-complète de la peau et plus des deux-tiers d’entre eux une amélioration de 75 % ou plus de la maladie, comparativement à ceux traités par corticoïdes topiques seulement. De plus, les démangeaisons ont significativement diminué chez plus de trois fois plus d’enfants traités par Dupixent que par corticoïdes topiques seulement. Les démangeaisons sont souvent décrites comme le symptôme le plus pénible de la dermatite atopique. Le soulagement des démangeaisons et la diminution de la sévérité des symptômes de la maladie ont été observés chez les patients traités par Dupixent dès la deuxième semaine suivant l’administration de la première dose de ce médicament et se sont maintenus pendant toute la durée du traitement actif.

Dupixent est un anticorps monoclonal entièrement humain qui inhibe spécifiquement la signalisation de l’interleukine 4 (IL-4) et de l’interleukine 13 (IL-13). Les données issues des essais cliniques consacrés à Dupixent ont montré que les protéines IL-4 et IL-13 interviennent dans l’inflammation de type 2 qui joue un rôle central dans la dermatite atopique, l’asthme et la polypose nasosinusienne. Toutes indications approuvées confondues aux États-Unis, plus de 100 000 patients ont commencé un traitement par Dupixent.

Plusieurs organismes de réglementation examinent actuellement les résultats de phase III de cet essai pédiatrique, en particulier aux États-Unis, dans l’Union européenne et au Canada. Aux États-Unis, la demande de licence de produit biologique supplémentaire (sBLA, supplemental Biologics License Application) pour les enfants de 6 à 11 ans fait actuellement l’objet d’un examen prioritaire et une décision est attendue le 26 mai 2020. Aucun médicament biologique n’est encore approuvé pour le traitement de la dermatite atopique sévère de l’enfant. En 2016, la Food and Drug Administration (FDA) a accordé le statut de « Découverte capitale » (Breakthrough Therapy) à Dupixent dans le traitement de la dermatite atopique sévère de l’enfant (de 6 mois à 11 ans) non contrôlée par des médicaments topiques soumis à prescription médicale. Dupixent fait également l’objet d’une étude de phase III dans le traitement de l’asthme persistant non contrôlé de l’enfant, dont les résultats sont attendus dans le courant de l’année. Aucun organisme de réglementation n’a encore évalué les profils d’efficacité et de sécurité de Dupixent chez les enfants de cette tranche d’âge.

Les données suivantes ont été présentées à la conférence virtuelle RAD :

L’essai de phase III randomisé, en double aveugle, contrôlé par placebo a évalué l’efficacité et la sécurité de Dupixent en association avec des corticoïdes topiques chez 367 enfants souffrant de dermatite atopique sévère couvrant en moyenne 60 % de leur surface corporelle. Plus de 90 % des enfants recrutés dans l’essai présentaient au moins une comorbidité atopique et en particulier de l’asthme (près de 50 %).

Les résultats à 16 semaines ont montré ce qui suit :

- 33 % des patients traités par Dupixent toutes les quatre semaines (300 mg, indépendamment du poids) et 30 % de ceux traités par Dupixent toutes les deux semaines (100 mg ou 200 mg, en fonction du poids) ont atteint le critère d’évaluation principal aux États-Unis c’est-à-dire une cicatrisation complète ou quasi-complète de la peau (score IGA ou évaluation globale de l’investigateur), comparativement à 11 % des patients traités par corticoïdes topiques seulement (p<0,0001 et p=0,0004, respectivement).

- 70 % des patients traités par Dupixent toutes les quatre semaines et 67 % de ceux traités par Dupixent toutes les deux semaines ont obtenu une amélioration de 75 % de leur score EASI (EASI-75, indice d’étendue et de gravité de l’eczéma), contre 27 % des patients traités par corticoïdes topiques seulement (p<0,0001 pour les deux populations). Le score EASI-75 constituait le co-critère d’évaluation pour les études menées ailleurs qu’aux États-Unis.

- L’amélioration moyenne du score EASI par rapport aux valeurs initiales s’est établie à 82 % dans le groupe Dupixent toutes les quatre semaines et à 78 % dans le groupe Dupixent toutes les deux semaines, contre 49 % dans le groupe corticoïdes topiques seulement (p<0,0001 pour les deux populations).

- 60 % des patients traités par Dupixent toutes les quatre semaines et 68 % de ceux traités par Dupixent toutes les deux semaines ont obtenu une réduction d’au moins 3 points sur l’échelle de 11 points mesurant l’intensité des démangeaisons (moyenne hebdomadaire du score journalier de l’intensité du prurit), contre 21 % des patients traités par corticoïdes topiques seulement (p<0,0001 pour les deux populations).

Les données de sécurité obtenues pendant la période de traitement de 16 semaines ont montré ce qui suit :

- Les taux globaux d’événements indésirables se sont établis à 65 % pour Dupixent toutes les quatre semaines, 67 % pour Dupixent toutes les deux semaines et 73 % pour les corticoïdes topiques seulement.

- Les événements indésirables qui ont été observés plus fréquemment chez les patients traités par Dupixent ont été la conjonctivite (7 % pour Dupixent toutes les quatre semaines, 15 % pour Dupixent toutes les deux semaines et 4 % pour le placebo), les rhinopharyngites (13 % pour Dupixent toutes les quatre semaines, 7 % pour Dupixent toutes les deux semaines et 7 % pour le placebo) et les réactions au site d’injection (10 % Dupixent toutes les quatre semaines, 11 % pour Dupixent toutes les deux semaines et 6 % pour le placebo).

- Les autres événements indésirables pré-spécifiés incluaient les infections cutanées (6 % Dupixent toutes les quatre semaines, 8 % pour Dupixent toutes les deux semaines et 13 % pour le placebo) et les infections à virus herpétiques (2 % pour Dupixent toutes les quatre semaines, 3 % pour Dupixent toutes les deux semaines et 5 % pour le placebo).

Programme de développement du dupilumab

À ce jour, Dupixent a été étudié chez plus de 8 000 patients dans le cadre de 40 essais cliniques consacrés au traitement de diverses maladies chroniques modulées par une inflammation de type 2. En plus des indications actuellement approuvées, Sanofi et Regeneron consacrent plusieurs programmes de développement clinique au dupilumab et l’étudient dans le traitement de maladies modulées par une inflammation allergique ou de type 2, comme l’asthme pédiatrique (6 à 11 ans, phase III), la dermatite atopique pédiatrique (6 mois à 5 ans, phase II/III), l’œsophagite à éosinophiles (phase III), la bronchopneumopathie chronique obstructive (phase III), la pemphigoïde bulleuse (phase III), le prurigo nodulaire (phase III), l’urticaire chronique spontanée (phase III) et les allergies alimentaires et environnementales (phase II). Le dupilumab est également étudié en association avec l’agent REGN3500 (SAR440340), qui cible l’interleukine 33 (IL-33). Ces indications potentielles du dupilumab sont expérimentales et aucun organisme de réglementation n’a encore évalué leurs profils de sécurité et d’efficacité. Le dupilumab est développé conjointement par Sanofi et Regeneron dans le cadre d’un accord de collaboration global.

http://www.sanofi.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: