En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

ZF annonce les résultats financiers 2019

Publication: 28 mars

Partagez sur
 
En 2019, la société a réalisé un chiffre d’affaires de 36,5 milliards d’euros vs 36,9 milliards d’euros en 2018...
 

Malgré un contexte difficile, ZF Friedrichshafen AG a atteint ses objectifs financiers pour l’année fiscale 2019, ces derniers ayant été révisés durant l’été 2019. Corrigé des effets de change et des activités de fusions et d’acquisitions, le groupe enregistre un chiffre d’affaires de 36,5 milliards d’euros contre 36,9 milliards d’euros en 2018 soit une légère baisse de 1,9 %. Le bénéfice d’exploitation (EBIT) ajusté s’est chiffré à 1,5 milliard d’euros vs 2,1 milliards d’euros en 2018. La marge du bénéfice d’exploitation ajustée s’élève à 4,1 % contre 5,6 % l’année précédente. Fin décembre, ZF comptait 147 797 collaborateurs dans le monde vs 148 969 en 2018. Outre ses priorités immédiates qui consistent à gérer les conséquences du coronavirus, ZF poursuit ses engagements envers sa stratégie « Mobilité Nouvelle Génération » afin de façonner les besoins futurs en matière de mobilité.

« Nous assistons actuellement à l’effondrement des marchés », a déclaré Wolf-Henning Scheider, PDG de ZF. « Chez ZF, nous avons rapidement réagi à la propagation du coronavirus en priorisant la santé et les intérêts de nos employés ainsi que ceux du groupe et ce, de la meilleure manière possible. Notre objectif est de préserver notre approche ZF en garantissant un emploi et un revenu lorsque les conditions le permettent. Ce faisant, nous agissons de manière socialement responsable tout en contribuant à protéger la santé de nos employés. En outre, nous contribuons également à stabiliser la situation économique, actuellement incertaine pour l’ensemble des entreprises. »

Malgré la gravité de la situation, Wolf-Henning Scheider souligne que le groupe reste confiant et se prépare à augmenter la capacité de ses usines à travers l’Europe et aux États-Unis une fois que les clients reprendront la production. En Asie par exemple, la production a déjà repris. « En tant que partenaire de confiance, nous allons continuer à soutenir nos clients et fournisseurs et à les aider quand ils ont besoin de nous, » a déclaré Wolf-Henning Scheider.

Une année 2019 caractérisée par des dépenses plus élevées et des faiblesses du marché

En 2019, le chiffre d’affaires du groupe a été inférieur à celui de l’année précédente, soit 36,5 milliards d’euros contre 36,9 milliards d’euros en 2018. Corrigé des effets de change et des fusions et acquisitions, le chiffre d’affaires organique a diminué de 1,9 %. « Le climat économique général ainsi que les défis particuliers liés à la transformation globale de notre industrie ont eu un impact tangible sur nos activités l’année dernière », a expliqué Wolf-Henning Scheider. « Néanmoins, nous avons reçu plusieurs commandes à fort volume, notamment pour la prochaine génération de notre transmission automatique hybride à 8 vitesses et pour des transmissions électriques pour les véhicules légers et les bus ».

Le bénéfice d’exploitation ajusté s’est élevé à 1,5 milliard d’euros contre 2,1 milliards d’euros en 2018, tandis que la marge de bénéfice d’exploitation ajustée se situe à 4,1% vs 5,6 % en 2018. Les bénéfices ont été affectés à l’augmentation des dépenses en recherche et développement (R&D) et à la création de nouveaux sites pour les technologies futures, comme des sites de production de transmissions électriques en Allemagne, en Serbie ou encore en Chine. En outre, le résultat reflète le ralentissement économique dans l’industrie automobile. Le flux de trésorerie disponible, ajusté des fusions et acquisitions, s’est élevé à 803 millions d’euros en 2019 contre 891 millions d’euros en 2018.

ZF a réagi de manière cohérente à la fragilité des marchés, notamment en examinant et en reportant des investissements, ainsi qu’en convenant de jours de fermeture sur plusieurs sites, faisant appel uniquement à des leviers de flexibilité opérationnelle. « Nous avons pu ajuster notre structure de coûts à l’évolution de la situation du marché », a déclaré le Dr Konstantin Sauer, Directeur financier ZF. « Cela a permis aux résultats de ZF de rester dans la fourchette prévue qui a été révisée à la mi-2019. Toutefois, ces chiffres ne correspondent pas nos objectifs stratégiques à long terme. Nous continuerons à travailler sur notre structure de coûts pour obtenir de nouvelles améliorations ». La digitalisation accrue des processus opérationnels devrait également y contribuer.

Les investissements en immobilisations corporelles se sont élevés à 1,9 milliard d’euros contre 1,6 milliard d’euros en 2018. De 5,2 % en 2019, le taux d’investissement est nettement plus élevé qu’en 2018 (4,3 %).

Comme l’a expliqué le Dr Konstantin Sauer, le financement de l’acquisition prévue du fabricant de systèmes de freinage pour poids lourds, Wabco, a été un succès. À cette fin, ZF a placé des obligations et des emprunts obligataires d’un montant total de 4,8 milliards d’euros sur le marché des capitaux en octobre dernier. « Bien plus d’investisseurs auraient voulu souscrire à ce financement », a déclaré le Directeur financier. « Cela montre que le marché financier voit et soutient le potentiel de cette acquisition ».

Plus de fonds consacrés à la recherche et développement, et de nouveaux partenariat

Malgré un environnement difficile, ZF a une nouvelle fois augmenté ses dépenses de R&D, qui s’élèvent à 2,7 milliards d’euros contre 2,5 milliards d’euros en 2018. Le ratio de R&D est passé de 6,7 à 7,3 %. « Lorsque nous aurons surmonté la crise actuelle, nous voulons continuer à investir dans les technologies futures de manière ciblée », a déclaré le PDG de ZF, Wolf-Henning Scheider. « Cela nous permettra d’élargir encore nos compétences en tant que fournisseur de systèmes de premier plan ».

Outre les ressources propres de ZF, les prises de participation et les partenariats jouent un rôle décisif dans la R&D de l’entreprise, notamment en matière de conduite automatisée. Citons, par exemple, l’acquisition d’une participation majoritaire de 60 % dans la société néerlandaise 2getthere, un fournisseur établi de systèmes de transport de passagers électriques autonomes, et la coopération récemment convenue avec Microsoft pour améliorer les processus de développement et accroître considérablement les capacités logicielles de ZF. « Ces partenariats sont importants pour nos clients qui ont besoin d’une coopération flexible et de mises à jour logicielles rapides », a expliqué Wolf-Henning Scheider. « En outre, nous serons en mesure de développer des logiciels même si les produits ne sont pas encore disponibles. Ces solutions logicielles développées par ZF seront disponibles pour le marché automobile ».

Nombre d’employés légèrement inférieur à l’année précédente

Fin 2019, ZF employait 147 797 personnes dans le monde contre 148 969 à fin 2018. Cette baisse des effectifs de 0,8 % reflète le climat économique moins favorable, le plan initial prévoyait d’augmenter la main-d’œuvre de plusieurs milliers de salariés. ZF a ajusté ses capacités en Chine (13 289 employés, soit une baisse de 9,7 %) et aux États-Unis (11 069 employés, soit une baisse de 7,5 %) en raison du contexte marché. En Allemagne, le nombre d’employés est resté stable avec environ 50 900 collaborateurs. Des emplois supplémentaires ont été créés dans les domaines de la mobilité électrique, de la conduite autonome et du développement de logiciels. Cela signifie qu’il y a actuellement environ 19 400 salariés dans le monde qui travaillent dans la recherche et développement contre 17 100 en 2018.

La neutralité climatique pour 2040

En tant que fournisseur de solutions de mobilité tournées vers l’avenir, ZF s’est engagé à respecter l’accord de Paris sur le climat, à la fois en proposant des technologies propres et efficaces et en réduisant l’empreinte CO2 de ses sites. Pour cela, le groupe a élaboré l’année dernière une stratégie de protection du climat, qui repose sur l’empreinte carbone de l’entreprise (Corporate Carbon Footprint, CCF). Dans cette stratégie, ZF s’est engagé à réduire significativement les émissions de gaz à effet de serre (en particulier le CO2) de ses sites de production. « Notre objectif est d’atteindre la neutralité climatique d’ici 2040, conformément aux spécifications des Nations Unies », a déclaré Wolf-Henning Scheider. « Pour y parvenir, nous développons nos propres programmes d’efficacité énergétique et nous privilégions la production d’énergie verte issue de nos propres installations ». En produisant de l’énergie durable grâce à ses éoliennes, ZF apporte également une contribution importante à la protection du climat au-delà de ses sites de production.

Perspectives 2020

Depuis la propagation du coronavirus et la certification des états financiers annuels de ZF, la situation économique mondiale a fondamentalement changé. « Face à l’immobilisation totale sur le plan économique et sociale, nous sommes confrontés à une situation sans précédent », a souligné M. Scheider. « Les effets de la crise sanitaire sont incertains, c’est pourquoi nous ne sommes pas actuellement en mesure de faire des prévisions fiables pour 2020. Nous continuerons à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger nos employés, stopper la propagation du virus et assurer la stabilité de notre entreprise. Avec notre stratégie de « Mobilité Nouvelle Génération », nous sommes bien préparés pour le long terme afin de faire de la mobilité du futur une réalité ». Avec de nouvelles commandes d’un milliard d’euros pour la transmission automatique hybride à 8 vitesses, de nouveaux contrats dans le domaine de la technologie de sécurité active (système de freinage intégré/IBC), la demande toujours croissante pour les transmissions électriques des autobus ainsi que les commandes de R&D pour les fonctions de conduite automatisée, ZF a de solides perspectives sur le long terme.

Synthèse des chiffres clés

http://www.zf.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: