En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Grenoble INP - Start-up : Dépolluer l’eau grâce aux déchets industriels

Publication: 14 février

Partagez sur
 
La start-up HYMAG’IN va produire de la magnétite à grande échelle...
 

Au 2ème trimestre 2020, la start-up HYMAG’IN augmentera fortement son rythme de production. HYMAG’IN, créée en 2018 par 2 diplômés de Grenoble INP - Phelma, Camille Crouzet et Céline Bonnaud, produit de la magnétite grâce à un procédé de recyclage des déchets industriels. Rappelons que la magnétite est un matériau qui permet notamment de dépolluer les eaux et les sols contaminés.

Dès l’été 2020, HYMAG’IN pourra produire plusieurs tonnes de magnétite par an et le matériau pourra donc être testé sur le terrain, à échelle pilote. Pour Céline Bonnaud, Directrice Recherche & Innovation de HYMAG’IN : « Pendant sa thèse au laboratoire ISTerre (UGA/CNRS/USMB/IRD/IFSTTAR), Camille Crouzet a breveté le procédé qu’il avait mis au point et il a intégré la SATT Linksium. Il m’a demandé d’intégrer le projet pour gérer la partie scientifique. Nous avions tous deux étudié à Grenoble INP - Phelma et nous sommes connus dans cette école. HYMAG’IN a connu un succès dès l’été 2019 en gagnant le grand prix du concours i-Lab, ce qui nous a permis de nous salarier et d’embaucher 1 assistant ingénieur. En testant dans quelques mois la magnétite à grande échelle, nous démontrerons à tous nos clients potentiels l’intérêt d’utiliser la magnétite. »

Économie circulaire : la magnétite « verte »

HYMAG’IN récupère les déchets sidérurgiques produits en France pour produire sous la forme d’une poudre très fine, la magnétite, qui est un oxyde de fer. Ce recyclage repose sur une transformation chimique brevetée par Camille Crouzet pendant sa thèse en laboratoire.

La magnétite est capable d’éliminer les métaux lourds (arsenic, chrome, plomb) et les polluants organiques (composés chlorés, résidus de médicaments, pesticides), de façon bien plus efficace que les procédés actuels. La start-up a jusqu’à maintenant mis à la disposition des acteurs du traitement de l’eau et des sols des échantillons de magnétite pour tester l’élimination de micropolluants organiques et métalliques. Par la suite, ce matériau aux multiples propriétés pourra également être utilisé pour des applications de blindage électromagnétique, de pigmentation, de catalyseur ou d’additif magnétique.

Grenoble INP - Phelma : valoriser les déchets et éco-procédés

Les fondateurs de la start-up HYMAG’IN, Camille Crouzet et Céline Bonnaud, avaient suivi la filière Electrochimie et Procédés pour l’Energie et l’Environnement de Grenoble INP - Phelma, une des 8 écoles de Grenoble INP, institut d’ingénierie et de management, Université Grenoble Alpes. Cette filière a une forte expertise dans la valorisation des déchets, les éco-procédés en amont d’une production industrielle (lors de la conception d’un produit) et en aval (valorisation des déchets issus de la production).

Notons que Céline Bonnaud avait suivi le parcours Création d’Entreprise et Création d’Activité (CECA) en 2ème année : « Grenoble INP - Phelma permet d’avoir une bonne approche de la création d’une entreprise : comment bâtir un business plan, gérer son temps, défendre son projet. Cela m’a énormément appris. Pour moi, Phelma donne toutes les clés pour atteindre son objectif professionnel. ».

Pour Camille Crouzet : « Grenoble INP - Phelma m’a permis de gagner en maturité et d’aller vers des sujets pas forcement scientifiques. J’ai acquis des compétences en gestion de projet et beaucoup apprécié la possibilité de découvrir d’autres milieux. ».

http://www.grenoble-inp.fr/

http://www.hymagin.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: