En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Mobilité urbaine : La Chaire Anthropolis portée par SystemX et CentraleSupélec

Publication: 24 janvier

Partagez sur
 
La Chaire Anthropolis portée par l’IRT SystemX et CentraleSupélec, prolonge pour 4 ans ses travaux d’exploration sur les défis de la mobilité urbaine de demain...
 

Financée par EDF, Engie, Nokia Bell Labs, le Groupe Renault et la Communauté d’Agglomération Paris-Saclay, elle vise à étudier et mettre en œuvre des approches centrées sur l’humain pour la conception de produits et services innovants et durables visant à améliorer la mobilité urbaine.

SystemX, unique Institut de Recherche Technologique (IRT) dédié à la transformation numérique de l’industrie, des services et des territoires, et le Laboratoire Génie Industriel (LGI) de CentraleSupélec, centre ?? sur la modélisation et la conception de systèmes socio-techniques complexes, annoncent la poursuite des travaux de la Chaire « Anthropolis » pour une dure ??e de 4 ans. Avec le support financier et l’implication R&D de 4 partenaires industriels (EDF, Engie, Nokia Bell Labs et le Groupe Renault) ainsi que de la Communauté d’Agglomération Paris-Saclay, la Chaire va réunir une équipe pluridisciplinaire qui travaillera sur les défis actuels et futurs de la mobilité urbaine en plaçant l’humain et le voyageur au cœur de ses réflexions. Ces travaux s’inscrivent dans la continuité des précédentes recherches effectuées par la Chaire sur le développement d’éco-innovations pour l’aménagement urbain et péri-urbain durable, au service du citoyen et des collectivités.

Dans cette nouvelle phase, la Chaire construira une vision de la mobilité future intégrant les enjeux de la vie urbaine (ex : la logistique, l’alimentation, la gestion des déchets, etc.). Il s’agira d’identifier, tester et valider des méthodes et outils fondamentaux permettant la prise en compte des besoins du citoyen-usager, de la ville et de la collectivité dans les processus de conception de systèmes et de services de mobilité. La chaire explorera trois thématiques complémentaires : mobilité future et vie urbaine, Mobility-as-a-Service (MaaS), et infrastructures du futur. Les approches qui seront développées reposeront sur la nécessité de parvenir à zéro émission de carbone fossible en 2050 et d’améliorer la qualité de l’air dans les grandes villes, conformément à l’Accord de Paris. Ainsi, la chaire projettera sa vision à des horizons allant jusqu’à 2030, 2040 et 2050.

« Concevoir les produits et services pour la mobilité des personnes et des biens dans les 15 à 30 ans à venir est un enjeu majeur pour les acteurs des écosystèmes de mobilité aujourd’hui », explique Jakob Puchinger, Titulaire de la Chaire Anthropolis. « Les trois révolutions technologiques et comportementales que sont la mobilité électrique, la mobilité autonome et la mobilité partagée ont suscité de nombreuses études prospectives, notamment dans l’approche par scénarios initiée dans les précédents travaux de notre Chaire. Notre ambition est d’aborder les défis actuels et futurs de la mobilité urbaine en plaçant toujours l’humain au centre de nos réflexions pour que les produits et services de demain répondent à ses besoins et améliorent sa qualité de vie, tout en gardant à l’esprit l’urgence environnementale et de santé publique à laquelle nous devons faire face ».

Trois axes de recherche complémentaires

Mobilité future et vie urbaine : Ces travaux consisteront à développer une vision prospective de la mobilité du futur, avec pour objectif de développer des scénarios pour les horizons 2030, 2040 et 2050. La chaire s’intéressera en particulier à la mobilité et à la dé-mobilité dans la société de demain, pour répondre à des questions sur l’avenir de l’urbanité et la gestion du territoire. Une méthodologie de scénarisation réplicable sur plusieurs territoires sera développée, en intégrant l’approche prospective par personas proposée dans la première édition de la Chaire. Cette méthode devra articuler une vision microscopique (l’humain, le voyageur), mésoscopique (gouvernance) et macroscopique (ville-société). Sera mise en œuvre une exploration créative des possibles, à la fois systématique et imaginaire, collective et individuelle, au moyen d’ateliers avec les parties prenantes (partenaires, chercheurs et acteurs d’un territoire).

Une thèse sera menée dans ce cadre, sur le thème « Construire la mobilité du futur pour et avec les personnes d’un territoire : une approche de conception par scénarios centrée sur l’humain ». Elle aura pour objectif de développer des scénarios attachés à un territoire pour créer des services de mobilité et des modes de vie associés.

Le MaaS (Mobility-as-a-Service) : L’implémentation de systèmes MaaS territoriaux demande un engagement des décideurs politiques ainsi qu’une intention de collaborer de la part de toutes les parties prenantes de la mobilité urbaine et péri-urbaine. Les travaux porteront ainsi sur les volets gouvernance et organisation du MaaS et plus particulièrement sur les façons dont les nouvelles technologies (véhicules, information et communication) peuvent contribuer à proposer de nouvelles formes de MaaS, en fonction du degré de centralisation ou de décentralisation de ces services. La question des données de mobilité sera bien entendu examinée, notamment leur traitement dans un cadre de « privacy by design » et leur portabilité. Enfin, les impacts sur l’attractivité des territoires et sur les pratiques de mobilité seront modélisés et analysés pour différents concepts de MaaS.

Une thèse sera menée sur le thème « Développement d’un système Mobility as a Service territorial : enjeux, méthodes, impacts ».

Infrastructures du futur : La Chaire s’intéressera aux interactions entre les évolutions de la mobilité urbaine et les infrastructures du futur. Elles seront considérées d’un point de vue systémique et en même temps centrées sur l’humain, selon une approche socio-technique. Les capteurs, les bornes de recharge, les stations de mobilité partagée, la recharge intelligente, l’évolution des espaces urbains - notamment la voierie et les parkings - seront des points d’intérêt privilégiés pour ces travaux. Il s’agira également d’étudier le partage des infrastructures et la réversibilité des installations (notamment les espaces de stationnement urbains). Objectif : développer une méthodologie de conception / planification pour les différents réseaux infrastructurels de mobilité qui soit réplicable sur divers territoires et qui tienne compte des facteurs technologiques, organisationnels et sociaux.

Une thèse sera menée sur le thème « Simulation par agent et apprentissage par renforcement pour la conception et l’optimisation de services de mobilité. »

De nombreuses collaborations en France et à l’international

Le plateau de Saclay est un territoire privilégié d’observation et de recommandations pour ces travaux. D’autres villes françaises et européennes permettront également de tester les approches définies, du fait des partenariats noués entre les partenaires industriels de la Chaire et ces collectivités.

Au niveau international, une collaboration avec Centrale Casablanca est envisagée, au travers d’une thèse co-dirigée par Jakob Puchinger, sur la question de l’accessibilité pour apporter un éclairage à la dimension d’équité sociale, en examinant les disparités spatiales de cette accessibilité.

Une collaboration étroite sera également menée avec Centrale Pekin, dans le cadre du Future Cities Lab (co-financé par la région Ile-de-France et par des financements chinois) dont Jakob Puchinger est co-directeur.

Les villes de Casablanca et Pekin serviront donc de territoires d’observations et de tests, dans le cadre de la Chaire Anthropolis.

http://www.irt-systemx.fr/

http://www.centralesupelec.fr/

http://www.paris-saclay.com/

http://www.bell-labs.com/

http://www.engie.com/

http://www.edf.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: