En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Détecter la maladie de Parkinson dans les larmes

Publication: 8 janvier

Partagez sur
 
NeuroDrop médaille d’or au concours iGEM2019 du M.I.T...
 

Le projet NeuroDrop de l’équipe iGEM Grenoble 2019 a remporté la médaille d’or au Concours iGEM, qui est la plus importante compétition internationale étudiante en biologie synthétique organisée par le MIT (Boston).

NeuroDrop permet de détecter la maladie de Parkinson dans des échantillons de larmes ou de sueur. Ce dispositif a été conçu par une équipe de 13 étudiants (4 élèves-ingénieurs de Grenoble INP - Phelma, 1 élève en double diplôme Grenoble INP - Ensimag / GEM, 2 Sciences Po et 6 de l’Université Grenoble Alpes).

Pour Pierre BOUVET, étudiant à Grenoble INP - Phelma : « Nous sommes très fiers d’avoir remporté la médaille d’or d’une compétition aussi prestigieuse ! Pour notre équipe, il y avait 2 enjeux. D’abord, imaginer une solution inédite pour résoudre un grave problème de santé publique. En nous documentant, nous avons vu que la protéine alpha-synucléine est un biomarqueur de la maladie de Parkinson. Nous avons alors pensé à une solution qui permettrait de détecter ce biomarqueur dans des fluides humains, même en toute petite quantité. Le second enjeu était de parvenir à mobiliser nos compétences pluridisciplinaires ingénierie, programmation, biologie, électronique, bioinformatique pour élaborer un projet solide en un très court délai. »

Détecter Parkinson dans les larmes

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative parmi les plus répandues. Mais diagnostiquer cette maladie est très compliqué avant l’apparition des premiers symptômes. Jusqu’à maintenant, le plus souvent, on pratique une ponction lombaire qui est une intervention compliquée et douloureuse.

La protéine alpha-synucléine est un biomarqueur de la maladie, c’est-à-dire un signal biologique qui permet de diagnostiquer avec fiabilité la maladie. Cette protéine s’agglutine chez les personnes atteintes et on peut la détecter dans leurs larmes.

L’équipe a donc conçu NeuroDrop pour détecter cette pathologie à partir de fluides disponibles uniquement en faible volume, comme les larmes ou la sueur. Concrètement, le praticien recueille une larme qu’il insère dans une petite machine autonome. 3 à 4 heures plus tard, il a les résultats de cette analyse.

L’équipe iGEM 2019 compte aussi automatiser le procédé pour réduire drastiquement les coûts de fonctionnement et sécuriser totalement la manipulation.

40.000 € de fonds

L’équipe est soutenue par 15 partenaires : la Fondation UGA, la Fondation Grenoble INP, l’UFR de Pharmacie, le fond de financement IDEX, le fond de dotation Clinatec, le TIMC-Imag, la Communauté Grenoble Alpes, le Crous Culture, le Crédit Mutuel, Carl Roth, Geneious Prime, Thermo Fisher Scientific, Promega, Euromedex, Microsynth.

Ces partenaires ont apporté 40.000 €. D’autres établissements soutiennent le projet sans apporter de financement : l’Institut de Biologie Structurale (IBS), le Laboratoire des Matériaux et du Génie Physique (LMGP) et Grenoble Institut des Neurosciences (GIN).

http://www.grenoble-inp.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: