En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

AELIS FARMA lève 11 M€

Publication: Décembre 2019

Partagez sur
 
Objectif : accélérer le développement clinique aux Etats Unis de sa nouvelle classe de médicaments...
 

AELIS FARMA développe une nouvelle classe de médicaments ciblant le système cannabinoïde, fruit d’une innovation qui a valu le Grand Prix de l’Inserm et de Neurologie de l’Académie des Sciences au fondateur et président de la société.

Le premier médicament de cette classe, l’AEF0117, est en phase II dans le traitement de l’addiction et la psychose provoquées par le cannabis, deux pathologies en forte progression dans le monde entier.

La deuxième molécule, l’AEF0217, rentrera en phase I en 2020 dans le traitement des déficits cognitifs de la trisomie 21.

AELIS FARMA, société de biotechnologie spécialisée dans le traitement des maladies neurologiques, annonce aujourd’hui la finalisation d’une levée de fonds d’un montant total de 11 M€ auprès de la Région Nouvelle Aquitaine, Inserm Transfert Initiative, les fonds régionaux ACI, NACO et Aelis Innovation (un fonds d’IRDI Soridec Gestion), et Bpifrance. La société développe une nouvelle classe de médicaments (CB1-SSi : Signaling Specific inhibitors) qui, grâce à leur mécanisme d’action innovant de ciblage spécifique de certaines voies de signalisation en aval du récepteur aux cannabinoïdes (CB1), permettent d’adresser des maladies du cerveau aujourd’hui sans traitement.

Ce financement, conjugué à 9 M€ de financement non-dilutif obtenu de la part de ses partenaires scientifiques, dont l’Institut national de la santé des Etats-Unis (NIH, NIDA), permet à AELIS FARMA de finaliser à l’horizon 2020, ses premières études cliniques internationales de phase II, notamment dans le traitement de l’addiction au cannabis.

« La stratégie d’AELIS FARMA repose sur une découverte de rupture en neuropharmacologie qui peut transformer la façon de traiter des pathologies neurologiques graves sans thérapies disponibles. Cette levée de fonds nous procure les moyens nécessaires pour poursuivre le développement de nos deux médicaments « first in class ». L’AEF0117, est actuellement en phase II aux Etats-Unis dans le traitement des troubles liés à l’utilisation du cannabis, enjeu de santé publique majeur dans le contexte de la légalisation progressive de cette substance. L’AEF0217 rentrera en phase clinique en 2020, pour le traitement des déficits cognitifs et notamment ceux de la trisomie 21, aujourd’hui sans traitement. Nous envisageons une autorisation de mise sur le marché américain du médicament le plus avancé, l’AEF0117, à l’horizon 2025 », déclare le Dr. Pier Vincenzo Piazza, co-fondateur et Président d’AELIS FARMA.

Les inhibiteurs spécifiques de la signalisation : une nouvelle classe pharmacologique pour le traitement des maladies neurologiques

AELIS FARMA a été fondée en 2014 pour développer une nouvelle classe de médicaments, les inhibiteurs spécifiques de la signalisation (SSi). Une découverte effectuée par l’équipe du Dr. Pier Vincenzo Piazza, alors directeur du Neurocentre Magendie de l’INSERM à Bordeaux, et publiée dans la revue scientifique Science.

Les SSi, qui n’ont jamais été testés chez l’homme auparavant, permettent d’inhiber de façon sélective l’activation pathologique d’un récepteur mais non son activité normale. Par cette modulation unique, les SSi sont actifs dans des modèles précliniques d’addiction, psychose et déficits cognitifs sans induire d’effets indésirables. C’est une différence notable avec les inhibiteurs disponibles aujourd’hui, les antagonistes, qui bloquent toute l’activité de leur cible y compris l’activité normale et physiologique induisant ainsi des effets indésirables importants.

Les CB1-SSi développés aujourd’hui par AELIS FARMA ciblent le principal récepteur du système cannabinoïde, le CB1, qui est impliqué dans de nombreuses pathologies du système nerveux (addiction, psychose, déficits cognitifs) et de plusieurs organes périphériques (fibroses, myopathies, diabètes). Les CB1-SSi ont montré un excellent profil de sécurité dans les études de toxicologie chez l’animal et dans les phases I chez l’homme. Plusieurs médicaments ciblant ce récepteur ont dû être arrêtés dans le passé pour leurs effets indésirables.

Une levée de 11 M€ pour accélérer le développement clinique dans l’addiction au cannabis

La finalisation de son dernier tour de table permet à AELIS FARMA de porter à 12,5 M€ le montant total des capitaux levés depuis sa création, auprès de ses investisseurs historiques, la Région Nouvelle Aquitaine, Inserm Transfert Initiative, Bpifrance, les fonds régionaux ACI et NACO et Aelis Innovation, un fonds d’IRDI Soridec Gestion.

Ces financements, avec les soutiens non dilutifs obtenus par la société (9 M€), supportent les premières études cliniques dans l’addiction au cannabis, dont les données seront disponibles à l’horizon 2020. La première étude, une phase II conduite aux Etats-Unis en collaboration avec Columbia University (NY USA), analyse les effets de l’AEF0117 sur 64 patients dépendants au cannabis. La deuxième, évalue les effets pro-psychotiques du cannabis.

Le marché du traitement des troubles liés à la consommation du cannabis est aujourd’hui en forte progression en raison de son usage récréatif croissant dans les pays développés. En France, le taux d’expérimentation du cannabis est passé de 12,7 % en 1992 à 44,8% en 2017 et 3% de la population française (18-64 ans), soit plus de 1,5 million de personnes en font un usage problématique.

Un portefeuille clinique diversifié, ciblant des domaines thérapeutiques émergents

AELIS FARMA développe un deuxième candidat médicament, l’AEF0217 qui démarrera les essais cliniques de phase I en 2020. L’AEF0217 vise à améliorer les capacités cognitives et en particulier celles des patients souffrant de trisomie 21. Les déficits cognitifs de la trisomie, pour lesquels il n’existe à ce jour pas de traitement, ont des conséquences lourdes en termes sociaux et économiques pour les patients et leurs familles.

En développant et utilisant le premier modèle translationnel dédié à cette pathologie, AELIS FARMA a montré que l’AEF0217 corrige les déficits cognitifs de souris trisomiques.

AELIS FARMA dispose aussi d’une plateforme de screening qui identifie de nouveaux candidats médicaments. Compte tenu de l’implication du récepteur CB1 dans une multitude de pathologies, ces nouveaux CB1-SSi offrent à la société la possibilité de développer des traitements potentiels de certaines myopathies, fibroses et maladies métaboliques.

http://www.aelisfarma.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: