En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

La formation continue, un axe stratégique du développement territorial

Publication: 2 décembre

Partagez sur
 
Par son service de formation continue, l’Université de Corse propose des parcours spécifiques pour des professionnels, préprofessionnels, personnes en reconversion ou demandeurs d’emploi...
 

Son ambition : décliner territorialement la mission de formation continue des universités en apportant des réponses aux besoins, attentes et demandes de formation issues du territoire.

Depuis une vingtaine d’années, l’Université de Corse assure le déploiement de parcours de formation auprès d’un public de préprofessionnels, professionnels, personnes en reconversion ou demandeurs d’emploi. Son service commun de la formation continue travaille avec un réseau de partenaires afin de bâtir des contenus pédagogiques répondant à des attentes bien spécifiques. « Notre service a vocation à servir et à anticiper les besoins des acteurs du territoire, » explique Cécile Riolacci, directrice du service commun de la formation continue de l’Université de Corse. « Il effectue, en ce sens, un travail d’innovation permanente en adaptant notre carte de formations pour permettre la construction de nouvelles compétences et proposer des perspectives d’enrichissement aux professionnels ».

Depuis 2001, 4750 parcours de formation continue ont été réalisés au service commun de la formation continue et ont débouché sur l’obtention de diplômes nationaux, diplômes d’université (D.U.), en donnant une place identifiée aux procédures de validation des acquis. Les équipes pédagogiques de l’Université de Corse ont ainsi permis d’accompagner des centaines de projets, de valoriser des expériences, d’élargir des domaines de compétences et de certifier par des diplômes de l’enseignement supérieur. Leur coeur de cible : des femmes et des hommes, salariés, ou en recherche d’emploi, qui souhaitent reprendre des études pour accéder à de nouvelles opportunités dans leur secteur d’activité, se reconvertir, affirmer leur identité professionnelle ou adosser un projet sur les apports d’une formation labellisée. De ce point de vue, l’engagement du service commun de la formation continue est fondé sur l’écoute, l’analyse des demandes et des situations, la recherche de solutions : conseil et accompagnement en amont et pendant les parcours de formation auprès de ces différents profils.

Partie prenante de l’ancrage de l’Université de Corse dans son territoire, l’offre variée portée et gérée par le service commun de la formation continue couvre différents champs et s’adapte aux besoins exprimés dans une visée de professionnalisation et d’enrichissement collectif territorial. Bon nombre de parcours sont d’ailleurs directement issus de ce lien étroit entre les campus et les acteurs économiques et institutionnels du territoire. À titre d’exemple, l’Université de Corse a ouvert en 2017 un D.U. « Gestion des ports de plaisance et environnement » dans le cadre de la formation continue. Issu d’une réflexion menée entre un gestionnaire de port insulaire et l’Office de l’Environnement de la Corse (OEC), le projet validé par l’Université a bénéficié d’un partenariat financier et technique avec ce même office. Le parcours de formation, inédit, vise à proposer des compétences nouvelles afin de répondre aux évolutions des activités et métiers des ports de plaisance. Désormais conçus comme des équipements structurants sur le littoral, ceux-ci représentent en effet de nouveaux enjeux tant au plan environnemental que sécuritaire, qui ne se limitent plus à des considérations nautiques et économiques. « La gestion d’un port de plaisance implique des compétences très larges et jusqu’alors aucune formation ne s’adressait à l’ensemble de ces fonctions, » précisent les responsables pédagogiques du D.U. « C’est pourquoi nous avons bâti ce parcours, enrichi de la participation d’experts et de professionnels afin d’avoir des enseignements au plus proche de la réalité du terrain ».

Autre exemple, celui du D.U. « Des vignes aux verres ». Axé sur les valorisations techniques, culturelles et territoriales, ce parcours dédié au monde du vin s’adresse à un public très varié, allant des professionnels des métiers du vin à la gastronomie, en passant par le commerce et les acteurs du tourisme. Son objectif : favoriser l’émergence de projets reliant les activités viticoles à d’autres activités en prise directe avec les identités du territoire. Laurence Marion en a fait l’expérience. Responsable de caveau depuis 2013 au domaine Alzipratu, en Balagne, cette mère de famille en reconversion a suivi ce parcours en 2016 après plusieurs années passées dans la restauration. La formation lui a permis de certifier des compétences et d’acquérir de nouvelles connaissances pour parfaire son expérience professionnelle. « La formation a été bénéfique pour étendre mon savoir-faire à des domaines comme la sommellerie, l’œnologie et la valorisation touristique, » considère Laurence Marion. « Le D.U. m’a, par exemple, permis de bâtir un projet oenotouristique afin de diversifier les activités du domaine ».

Dans le même esprit, bon nombre de parcours ont été pensés « sur-mesure » par le service commun de la formation continue de l’Université de Corse, afin d’être toujours plus en phase avec les besoins des acteurs locaux. En 2016, un nouveau D.U. intitulé « Crises et catastrophes ; management des secours et des soins » a ainsi fait suite à des actions de formation antérieures portant sur les risques, soins et secours. Ce parcours a été réalisé avec un ensemble de partenaires labellisés, dont notamment l’Unité d’instruction et d’intervention de la sécurité civile N°5 (UIISC 5) située à Corte. Son ambition : développer une culture du risque en Corse afin de travailler sur les moyens de prévention et d’action à mobiliser pour répondre aux enjeux de sécurité liés à l’insularité, en intégrant plusieurs domaines de risques, tels que les risques naturels, sur lesquels travaillent des équipes d’enseignants chercheurs de l’Université.

Cette logique d’une offre de formation ancrée dans le territoire comprend également la recherche de parcours de formation diplômants conduisant à la construction de compétences multisectorielles. L’exemple récent de la création d’un D.U. consacré à l’intelligence économique en témoigne : financé par la Collectivité de Corse, ce parcours diplômant proposé depuis 2016 s’inscrit dans une logique de soutien au développement économique de l’île par le biais d’un transfert de savoir envers tous les acteurs de ce développement, étudiants comme chefs d’entreprises et référents de services institutionnels. Sa vocation : fournir de nouveaux outils de gouvernance pour les décideurs locaux, aussi bien politiques qu’économiques, ce qui est le fondement du partenariat démarré en 2018 avec l’Agence de Développement Économique de la Corse (ADEC) pour le rayonnement du D.U. « Intelligence économique ». « Le fil directeur de cette formation est de proposer des méthodes et des techniques d’expertise nécessaires aux mises en valeur du territoire, » rappelle Cécile Riolacci. « L’intérêt de l’intelligence économique est de s’inscrire parfaitement dans nos objectifs : aider les actuels et futurs acteurs à imaginer collectivement et concrètement l’avenir, et anticiper le développement de demain ».

http://www.universita.corsica/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: