En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Le mouliste vosgien ECOLOR et la FAO hyperMILL

Publication: 25 octobre

Partagez sur
 
On ne change pas une équipe qui gagne. « hyperMILL nous a permis de survivre et de renouer avec la croissance. »...
 

L’entreprise ECOLOR -Etudes et Constructions d’Outillages de Lorraine-, est située dans les Vosges à Raon l’Etape. Elle est spécialisée dans la conception et la fabrication de moules pour la transformation des matières plastiques, à 70 % pour le secteur automobile et aussi pour le bâtiment et le médical. L’entreprise exerce également, dans une moindre mesure, une activité en mécanique pour les machines spéciales et aussi dans le domaine du luminaire. Pour maintenir son activité, dans un environnement extrêmement concurrentiel, ECOLOR investit chaque année. En 2004, elle a fait le choix du logiciel de FAO hyperMILL d’OPEN MIND Technologies, reconnu pour ses performances, afin de gagner en compétitivité et renouer avec la croissance.

ECOLOR a été créée en 1993 par Philippe Munier, actuel gérant de l’entreprise. Celui-ci a appris son métier jeune, dans les années 80, chez un mouliste de la région parisienne. Son entreprise de 5 personnes à l’époque compte aujourd’hui 20 salariés et réalise un chiffre d’affaires de 2,6 millions d’euros. L’équipe est jeune, d’une moyenne d’âge de 35 ans. Les clients de l’entreprise sont des équipementiers automobiles (60 %) et des injecteurs pour l’activité mouliste, des fabricants de machines pour la partie mécanique.

Mais l’évolution de l’entreprise n’a pas été un long fleuve tranquille. Dès sa création, ECOLOR est confrontée à la concurrence portugaise, en raison des financements de l’Europe. Puis à la concurrence italienne, suivie de celle des pays de l’Est (à nouveau des financements européens). En 2004, les clients du secteur automobile sont partis en Chine. La concurrence provient à nouveau du Portugal depuis 2016.

Investir pour survivre et se développer

Pour faire face à ces différentes crises, ECOLOR a fait le choix de se diversifier avec le rachat d’une entreprise de mécanique en 2004. En 2006-2007, quand le travail est revenu en France, Philippe Munier a décidé d’investir dans le but de gagner en compétitivité, avec une moyenne de 2 à 3 machines-outils chaque année. En 2018, les investissements représentent 1 million d’euros comprenant un bâtiment de 600 m2 supplémentaire et l’achat de 5 nouvelles machines. A ce jour, ECOLOR compte 14 centres d’usinage, 2 centres de tournage 5 axes, 1 centre de tournage 2 axes, 2 machines pour l’enfonçage, 2 pour la découpe fil et 5 presses à injecter.

Pour la programmation FAO des machines-outils, ECOLOR était équipé d’un logiciel 2D 2D 1/2 mais, explique Philippe Munier : « Pour réaliser les moules de formes, il a fallu investir dans une solution FAO plus performante en 2004. L’objectif était de réaliser 100 % des pièces et ainsi donner de l’autonomie aux opérateurs-fraiseurs. La solution devait être facile d’utilisation et disposer d’une interface simple avec la CAO. Depuis que nous utilisons hyperMILL, nous n’avons jamais trouvé de limite au logiciel ».

hyperMILL est essentiellement exploité pour l’activité « Moules » avec des pièces unitaires complexes, des formes gauches, des dépouilles... L’activité « Mécanique » est plutôt centrée sur des usinages 2D, 2D et demi, rarement en 3D.

Les moules réalisés sont des pièces avec surmoulage, des moules de formes, des pièces d’aspect et des moules prototypes. L’entreprise est spécialisée dans les moules « transfert » bi-matières que l’on trouve beaucoup dans l’automobile pour les pièces d’étanchéité ou les absorbeurs de chocs. La taille des moules varie de 100 kg à 4 tonnes. Il faut de 6 à 20 semaines pour concevoir et réaliser un moule, selon sa taille et sa complexité.

Gagner en compétitivité et en autonomie avec hyperMILL

Particularité de l’entreprise, ce sont directement les opérateurs-fraiseurs qui utilisent hyperMILL. Chacun d’entre eux dispose d’une licence du logiciel, le poste FAO étant situé entre les 2 centres d’usinage qu’il pilote. Sur le premier, le fraiseur lance des cycles d’usinage longs qui tournent sans surveillance la nuit ou le week-end, et sur le second des cycles courts. Ce qui permet de travailler en temps masqué, de gagner en autonomie, en réactivité et en compétitivité dans un univers où les clients s’intéressent essentiellement à des prix et des délais.

ECOLOR dispose de 7 licences « expert » hyperMILL, 2 modules « électrodes », 1 module « fil » et une licence « tournage ». Aucune licence flottante dans l’entreprise, le logiciel doit être disponible, au service du fraiseur, et non l’inverse.

Le module « électrodes » d’hyperMILL permet de gagner beaucoup de temps. Philippe Munier ajoute : « Nous avons gagné 50 % de temps d’ajustage avec hyperMILL. Alors qu’il nous fallait environ 1 semaine pour les reprises manuelles après usinage, seulement 2 jours sont désormais nécessaires. » L’entreprise a, par ailleurs, défini des stratégies dans les cycles d’ébauche et de finition qui permettent de lancer 50 heures d’usinage d’affilée. Les ébauches sont lancées la journée, les finitions ou demi-finitions le soir ou le week-end, en enchaînant les outils.

Philippe Munier commente : « Le soir ou le week-end, nous lançons 30 à 60 heures d’usinage d’affilée, avec changements d’outils. hyperMILL est une solution fiable, nous sommes sûrs du résultat obtenu. Nous avons gagné en compétitivité en augmentant le travail en temps masqué et le temps machine par fraiseur. Cela nous a permis de survivre et d’être compétitifs, même envers les concurrents chinois les plus virulents. »

La formation pour gagner en temps et en qualité

On remarque des différences d’utilisation du logiciel par les différents fraiseurs, par exemple concernant les ébauches. Les fraiseurs formés récemment préfèrent les cycles automatiques d’hyperMILL alors que d’autres « à l’ancienne » continuent à utiliser les cycles par niveau en z. Comme chaque année, des sessions de formation sont prévues, toujours dans le but de gagner en temps et en qualité.

« Nous optons pour des formations hyperMILL en nos locaux, ce qui nous permet de travailler sur nos propres pièces. Les relations avec l’équipe d’OPEN MIND sont excellentes. Ils font preuve de flexibilité et sont toujours disponibles, même si nous ne faisons pas souvent appel à eux via la hot-line. Nous sommes également très satisfaits des post-processeurs qu’ils conçoivent pour chaque nouvelle machine. »

Et Philippe Munier de conclure : « Il faut sans arrêt se remettre en question. Grâce à nos investissements en machines et en licences FAO hyperMILL, ECOLOR a traversé les crises, gardé ses clients et se développe sous le signe de la croissance. Chaque année, nous investissons dans de nouvelles licences hyperMILL, dans les mises à jour et la formation. Nous travaillons avec ce logiciel depuis 15 ans et je suis prêt à signer pour les quinze prochaines années. On ne change pas une équipe qui gagne. »

http://www.outilleurs.com/

http://www.openmind-tech.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: