En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Egide : Résultats semestriels 2019

Publication: 30 septembre

Partagez sur
 
Chiffre d’affaires du 1er semestre 2019 : 14,9 M€, -8,5 % YoY. Résultat net : - 1.85M€ impacté par une réserve de restructuration de 0,73 M€...
 

Le comité d’audit et le conseil d’administration se sont réunis à l’effet d’arrêter les comptes semestriels au 30 juin 2019. Les commissaires aux comptes ont procédé à une revue limitée de ces comptes et ont émis leur rapport conformément aux dispositions légales.

L’EBITDA * consolidé du Groupe Egide pour le semestre clos au 30 juin 2019 s’établit à 0,19 M€, en baisse de 0,65 M€, impacté par le ralentissement marqué du chiffre d’affaires du premier semestre (-8,5% sur un an).

* EBITDA : Excédent Brut d’Exploitation + variation de la dépréciation des stocks.

Résultats semestriels

La forte baisse des ventes de produits céramiques liée à la faiblesse des marchés de l’imagerie thermique et de l’hyperfréquence a entraîné une baisse de 29 % des ventes d’Egide SA et a contribué à l’essentiel du ralentissement de l’activité du Groupe sur ce 1er semestre.

La croissance d’Egide USA (Egide USA + Santier) est en hausse de + 10% (+ 2,5% à taux de change constant) par rapport au S1 2018. Toutefois, l’environnement marché de Santier reste encore difficile. Les ventes de produits céramiques HTCC aux Etats-Unis sont en très forte hausse, ayant plus que doublé (+ 119%), mais sur une base encore insuffisante pour compenser la baisse marquée des ventes chez Egide SA et le ralentissement de Santier au S1. Les ventes de produits Verre-Métal chez Egide USA enregistrent aussi une bonne performance et soutiennent les ventes du Groupe sur ce S1 2019.

Egide a enregistré un fort rebond de ses prises de commandes au 1er semestre, soit + 23% par rapport au premier semestre 2018, à 18,8 M€, grâce à la fois aux activités américaine et européenne et devrait avoir une incidence positive sur les revenus au 2nd semestre.

La première application de la norme IFRS 16 au 1er janvier 2019 (relative aux contrats de location) s’est traduite par une augmentation des amortissements pour 231 K€ et des intérêts financiers supplémentaire de 103 K€. Ceci est compensé presque entièrement par une baisse des loyers de 324 K€, conduisant à un impact positif sur le calcul de l’EBITDA suivant les nouvelles règles.

Le résultat avant impôt du premier semestre 2019 affiche une perte de 1 851 k€, contre un bénéfice de 217 k€ au cours du premier semestre 2018. Hors provision pour restructuration de 0,73M€, la perte avant impôt est de 1 121 k€.

Les gains liés à la conversion des états financiers des filiales libellés en dollars par rapport à fin 2018 ont eu un impact positif de 56 k€ sur le résultat global, portant la perte à 1 795 k€ au 30 juin 2019.

Bilan consolide au 30 juin 2019

L’application de la norme IFRS 16 a entraîné une augmentation des actifs non courants de 2,95 K€, ce qui correspond à un droit d’utilisation des actifs. Cela a également entraîné une augmentation du passif de 2,84 K€ à long terme et de 0,47 K€ à court terme, correspondant aux loyers actualisés à payer jusqu’à la fin des baux.

Les acquisitions d’immobilisations corporelles du semestre sont de 0,27 million d’euros, dont 0,01 million chez Egide SA, 0,01 million chez Egide USA et 0,01 million chez Santier. Le droit d’utilisation des actifs dont les contrats ont démarré au premier semestre 2019 s’élève 0,08 million d’euros. Le besoin en fonds de roulement (stocks + créances clients + autres actifs courants - dettes fournisseurs – autres passifs courants) est de 105 jours de chiffres d’affaires, contre 89 jours au 30 juin 2018. Les autres actifs non courants représentent principalement les impôts différés qui ont été activés en 2017 dans les filiales américaines.

Les capitaux propres s’élèvent à 11,28 millions d’euros, soit 38 % du total du bilan. Les provisions non courantes correspondent aux avantages alloués au personnel d’Egide SA (retraites, médailles du travail, ancienneté). Les dettes financières sont constituées principalement d’un emprunt obligataire, de l’emprunt de Santier, de l’emprunt et du crédit revolving d’Egide USA, du prêt Sofired et des dettes factor d’Egide SA.

Faits marquants du 1er semestre :

Augmentation de capital

Début juin, Egide a procédé avec succès une augmentation de capital par émission d’actions nouvelles de 2,6 M€. L’opération, réalisée avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires, a été sursouscrite à 103,2% et a permis de lever un total de 2,6 millions d’euros bruts. Les objectifs de cette opération étaient de permettre le financement d’investissements industriels et la réorganisation des opérations, afin d’améliorer les performances des équipes, notamment en France.

Réorganisation d’Egide SA

La réorganisation d’Egide SA consiste à transférer à Bollène l’activité d’usinage graphite qui restait à Trappes, ainsi que les services administratifs (achats, comptabilité et marketing).

Cette restructuration qui est en cours coûtera environ 730k€, qui sont provisionnés comptablement au 30 juin 2019. Les gains attendus sont de 580 K€ en 2020 et de 660 K€ sur une année complète par la suite.

La quasi-totalité des dépenses de restructuration correspond aux coûts de licenciement des membres du personnel qui n’ont pas accepté leur mutation de la région parisienne vers le Vaucluse.

Perspectives

Le groupe prévoit d’être en légère croissance sur l‘année 2019 en dépit d’un premier semestre difficile.

Le second semestre 2019 devrait montrer une progression continue, grâce à la poursuite de la croissance des ventes aux Etats-Unis et à un retour à la croissance chez Egide SA, malgré un environnement de marché difficile, en particulier en Europe.

Lancée au tout début du second semestre, la réorganisation d’Egide SA devrait être finalisée avant la fin de l’année, l’impact opérationnel sera principalement ressenti à partir du premier trimestre 2020.

De nouvelles offres de produits pour les applications de batteries thermiques, prospection pétrolière, hyperfréquence, amplification de lumière et autres utilisant des capteurs/MEMs offriront des opportunités de croissance des revenus dans les années à venir.

Certains développements technologiques sont en cours, tels que le brasage en titane ou les capacités d’impression 3D, afin de permettre au groupe de développer des produits pertinents sur des marchés de niche identifiés comme rentables à long terme.

Jim Collins, président-directeur général d’Egide, déclare : « Les résultats du premier semestre 2019, bien que décevants, étaient attendus alors que le ralentissement annoncé sur le marché européen de l’imagerie thermique se concrétisait. Ces variations de revenus rendent d’autant plus importante la décision de réduire les coûts fixes de notre site français. À ce titre, nous nous sommes engagés à mener à bien notre réorganisation au cours du second semestre. Néanmoins, les prises de commandes se sont améliorées, ce qui entraine une augmentation du carnet de commandes fermes. L’amélioration des revenus, associée à la diminution des coûts fixes, améliorera notre résultat. "

http://www.egide-group.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: