En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Les nouveautés de la rentrée 2019 dans les lycées franciliens

Publication: 30 août

Partagez sur
 
Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France, et Marie-Carole Ciuntu, Vice-présidente chargée des Lycées et de l’Administration générale, ont présenté ce jour les nouveautés de la rentrée 2019 dans les lycées franciliens, et notamment les points suivants...
 

I. Gratuité pour tous, virage numérique pour 50% des lycées et mise à disposition de tablettes pour les enseignants

Elles ont annoncé les mesures de soutien au pouvoir d’achat des familles impactées par le coût du changement des programmes, dû à la réforme du Bac 2021 : gratuité des manuels et des ressources pédagogiques (papier ou numérique) pour tous les lycéens du public et du privé sous contrat. Plus de 260 000 élèves sont concernés par ce changement dans 670 lycées publics et privés en Île-de-France. La Région investira environ 340€ par élève pour accompagner cette réforme (soit 150 M€ sur 3 ans), soit trois fois plus qu’en 2010-2013 lors de la précédente réforme.

50% des lycées franciliens vont passer au numérique (manuels et ressources pédagogiques)

140 000 tablettes seront distribuées aux lycéens, dont les établissements ont opté pour le numérique

Ainsi que 20 000 tablettes pour les enseignants, afin de les accompagner dans la transition numérique

37 000 ordinateurs commandés par la Région vont être distribués aux lycées ayant opté pour le numérique et prêtés aux lycéens.

II. Renforcer la sécurité des lycées

Pour répondre à des situations d’urgence ou de crise (violences, intrusions, etc.) dans les établissements franciliens, la Région a mis en place au mois d’avril 2019, trois brigades régionales de sécurité.

15 agents ont ainsi été recrutés. Ils sont répartis en trois groupes de cinq agents, basés dans un lycée référent dans chacune des trois académies, pour pouvoir intervenir sur tout le territoire francilien (8 départements).

Une première brigade peut intervenir en Seine-Saint-Denis et à Paris. La deuxième brigade d’agents couvre le Val-de-Marne, l’Essonne et la Seine-et-Marne. Une troisième brigade peut intervenir dans le Val-d’Oise, les Hauts-de-Seine et les Yvelines.

Les brigades régionales de sécurité interviennent à la demande des chefs d’établissement qui en font la demande auprès de la Région. Intervenant à l’intérieur et aux abords de l’établissement, ces agents régionaux sont placés sous l’autorité fonctionnelle du chef d’établissement. Leurs missions : assurer la sécurité des biens et des personnes dans les lycées d’’Île-de-France ainsi qu’aux abords immédiats des établissements, contribuer à l’analyse de la situation de l’établissement pour mettre en place une politique de prévention en matière de sécurité et traiter des situations en cas de crise grave compromettant la sécurité des personnes et des biens en accompagnant les équipes de direction.

III. Favoriser les produits locaux et bio

La Région souhaite généraliser la consommation de produits bio et locaux dans tous les restaurants scolaires des lycées franciliens, avec un objectif : d’ici 2024, 100% des lycées franciliens seront approvisionnés avec des produits locaux, dont 50% de produits bio.

Dès la rentrée, la Région financera un supplément de 21 centimes pour chaque repas, afin d’inciter les établissements à utiliser en priorité des produits biologiques régionaux (selon les disponibilités du marché, dans le respect des marchés publics et des engagements contractuels aves les fournisseurs) et de mettre en place une démarche éducative de sensibilisation à ces enjeux.

IV. Lutter contre le décrochage scolaire

La lutte contre le décrochage scolaire a mobilisé plus de 2 M€ en 2018 et s’est traduite par des actions de prévention et de remédiation. Jusqu’alors, seuls 7% des jeunes décrocheurs étaient contactés par les plateformes de suivi et d’appui aux décrocheurs de l’Éducation nationale. La Région a enfin obtenu le fichier des 20 000 décrocheurs et mis en place une plateforme téléphonique pour raccrocher les jeunes qui ont quitté le système éducatif.

La Région a confié à un prestataire la responsabilité de la première prise de contact téléphonique avec les jeunes en situation de décrochage (16-25 ans) identifiés dans la plateforme de l’Éducation nationale RIO. Elle réalise des appels « diagnostics » et propose aux jeunes d’être mis en relation avec les Missions locales ou le CIO, qui peuvent ainsi mieux se concentrer sur leur mission d’accompagnement des jeunes.

13 346 décrocheurs ont été contactés durant la campagne d’appel 2018-2019 par une société prestataire de la Région : 51% sont déjà en solution (formation ou scolarisation), 11% ont accepté la mise en relation avec une mission locale ou un CIO, 8% ont refusé le suivi, 30% sont injoignables. La Région s’est engagée à amplifier son action en direction des 5000 décrocheurs identifiés, qui échappent encore à l’action publique.

V. Expérimentation des horaires décalés

La Région lance une expérimentation avec le ministère de l’Éducation nationale : faire commencer les cours à 9 heures afin de permettre aux lycéens de dormir une heure de plus et ainsi favoriser les apprentissages en journée.

5 lycées sont volontaires et participeront à l’expérimentation des horaires décalés : lycée Eugène-Hénaff de Bagnolet (93), lycée Aristide-Briand du Blanc-Mesnil (93), lycée horticole de Montreuil (93), lycée Jean-Macé de Choisy-le-Roi (94), lycée Gourdou-Leuseure de Saint-Maur-des-Fossés (94). Les élèves scolarisés dans ces établissements commenceront les cours à 9 heures, au moins une fois par semaine.

http://www.iledefrance.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: