En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Sanofi : Dupixent® (dupilumab) a montré des résultats de phase III positifs

Publication: 6 août

Partagez sur
 
Soumission pour l’enfant auprès de la FDA des États-Unis planifiée pour le quatrième trimestre de 2019...
 

Un essai pivot de phase III évaluant Dupixent® (dupilumab) dans le traitement de la dermatite atopique sévère de l’enfant âgé de 6 à 11 ans a atteint ses critères d’évaluation principaux et secondaires. Dupixent est le premier et le seul médicament biologique ayant permis d’observer des résultats positifs dans cette catégorie de patients pédiatriques atteints de dermatite atopique.

Les résultats montrent que chez les enfants atteints de dermatite atopique sévère (couvrant près de 60% de la surface de leur peau en moyenne), l’association de Dupixent avec un traitement standard par corticoïdes topiques a significativement atténué la sévérité globale de la maladie et amélioré la cicatrisation de la peau, les démangeaisons, ainsi que certaines mesures de la qualité de vie, comparativement aux corticoïdes topiques seulement. De plus, les données d’innocuité étaient cohérentes avec le profil de tolérance de Dupixent précédemment documenté chez les populations plus âgées, notamment un taux d’infections cutanées numériquement inférieur à celui du placebo.

« Les résultats de cet essai, le premier à évaluer un médicament biologique chez les enfants de moins de 12 ans atteints de dermatite atopique, sont cruciaux en raison des besoins importants non satisfaits de cette population de patients. Les enfants participant à l’essai avaient souffert de dermatite atopique grave pendant presque toute leur vie », a indiqué le docteur George D. Yancopoulos, M.D., Ph.D., Président et Directeur scientifique de Regeneron. « L’essai a montré que Dupixent améliorait considérablement les résultats et la qualité de vie, sans aucun nouveau signal de sécurité. ”

Dupixent est un anticorps monoclonal entièrement humain qui inhibe spécifiquement la signalisation de l’interleukine 4 (IL-4) et de l’interleukine 13 (IL-13). Les données issues des essais cliniques consacrés à Dupixent ont montré que les protéines IL-4 et IL-13 interviennent dans l’inflammation de type 2 qui joue un rôle central dans la dermatite atopique, l’asthme et la polypose nasosinusienne.

« Dans cet essai, les enfants atteints de dermatite atopique sévère avaient une maladie incontrôlée couvrant en moyenne près de 60% de leur peau. Les symptômes persistants de cette maladie, qui impacte aussi bien l’enfant que sa famille, incluent des éruptions cutanées généralisées, des démangeaisons intenses et persistantes ainsi que des lésions cutanées », a précisé le docteur John Reed, M.D., Ph.D., Responsable Monde de la Recherche et Développement de Sanofi. « Les symptômes de la dermatite atopique sévère peuvent avoir des conséquences néfastes tant sur le plan physique qu’émotionnel des enfants. Les résultats de cet essai sont très encourageants car ils montrent que Dupixent améliore les lésions cutanées, atténue les démangeaisons, cicatrise la peau et surtout améliore certaines mesures de la qualité de vie de ces jeunes patients. »

Les critères d’évaluation principaux évaluaient la proportion de patients ayant obtenu un score IGA de 0 ou de 1, soit une cicatrisation complète ou quasi-complète de la peau, et une amélioration de 75 % de leur score EASI (EASI-75, indice d’étendue et de gravité de l’eczéma ; co-critère d’évaluation pour les études menées ailleurs qu’aux États-Unis) après 16 semaines.

Les résultats à 16 semaines sont notamment les suivants :

- 33 % des patients traités par Dupixent toutes les quatre semaines (300 mg) et 30 % de ceux traités par Dupixent toutes les deux semaines (100 mg ou 200 mg selon le poids) ont atteint la cicatrisation complète ou quasi-complète de la peau (IGA ; score de 0 ou de 1), comparativement à 11 % des patients traités par placebo (p<0,0001 et p=0,0004, respectivement).

- 70 % des patients traités par Dupixent toutes les quatre semaines et 67 % de ceux traités par Dupixent toutes les deux semaines ont obtenu une amélioration de 75 % ou plus de leur score EASI (EASI-75, indice d’étendue et de gravité de l’eczéma), contre 27 % des patients traités par placebo (p<0 0001 pour les deux populations).

- L’amélioration moyenne du score EASI par rapport aux valeurs initiales était de 82% dans le groupe Dupixent toutes les quatre semaines et de 78% dans le groupe Dupixent toutes les deux semaines, contre 49% pour le placebo (p<0,0001 pour les deux).

- Dupixent a montré un soulagement significatif des démangeaisons et une amélioration des mesures des résultats rapportés par les patients, tels que l’anxiété, la dépression et la qualité de vie des parents et des membres de la famille.

Pour la période de traitement de 16 semaines, le taux global d’événements indésirables était de 65% pour Dupixent toutes les quatre semaines, 67% pour Dupixent toutes les deux semaines et 73% pour le placebo. Les événements indésirables plus fréquemment observés avec Dupixent comprenaient la conjonctivite (7% pour Dupixent toutes les quatre semaines, 15% pour Dupixent toutes les deux semaines et 4% pour le placebo), la rhinopharyngite (13% pour Dupixent toutes les quatre semaines, 7% pour deux semaines et 7% de placebo) et réactions au site d’injection (10% pour Dupixent toutes les quatre semaines, 11% pour Dupixent toutes les deux semaines et 6% pour le placebo). D’autres évènements indésirables préspécifiés comprenaient les infections cutanées (6% pour Dupixent toutes les quatre semaines, 8% pour Dupixent toutes les deux semaines et 13% pour le placebo) et les infections virales herpétiques (2% pour Dupixent toutes les quatre semaines, 3% pour Dupixent toutes les deux semaines et 5% pour le placebo).

Les résultats détaillés de cet essai seront présentés dans le cadre d’un prochain congrès médical et ces données seront soumises aux autorités règlementaires, débutant avec la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis au quatrième trimestre de 2019. En 2016, la FDA a accordé le statut de « Découverte capitale » (Breakthrough Therapy) à Dupixent dans le traitement de la dermatite atopique modérée à sévère de l’adolescent (de 12 à 17 ans) et sévère de l’enfant (de 6 mois à 11 ans). Aucun organisme de réglementation n’a encore évalué les profils d’efficacité et de sécurité de Dupixent chez l’enfant de moins de 12 ans.

À propos de l’essai pédiatrique consacré à Dupixent

Cet essai de phase III randomisé, en double aveugle, contrôlé par placebo a évalué l’efficacité et la sécurité de Dupixent en association avec des corticoïdes topiques chez des enfants souffrant de dermatite atopique sévère. 367 patients âgés de 6 à 11 ans, atteints de dermatite atopique sévère inadéquatement contrôlée par des traitements topiques, ont été recrutés dans cet essai. Au total, 92 % d’entre eux présentaient au moins une autre affection, comme une rhinite allergique, de l’asthme ou une allergie alimentaire.

Tous les patients ont reçu un traitement par corticoïdes topiques tout au long de l’essai. Les patients ont été randomisés dans l’un des trois groupes de traitement prévus dans le cadre de l’essai pour une période de traitement de 16 semaines : Dupixent 300 mg par injection sous-cutanée toutes les quatre semaines (avec une dose initiale de 600 mg), Dupixent 100 mg ou 200 mg par injection sous-cutanée toutes les deux semaines, en fonction du poids (100 mg pour <30 kg, 200 mg pour ³30 kg), après une dose initiale de respectivement 200 mg ou 400 mg ; et placebo toutes les deux ou quatre semaines.

Programme de développement du dupilumab

En plus des indications actuellement approuvées, Sanofi et Regeneron consacrent plusieurs programmes de développement clinique au dupilumab et l’étudient dans le traitement de maladies modulées par une inflammation allergique ou de type 2, comme l’asthme pédiatrique et la dermatite atopique de l’enfant (6 à 11 ans ; phase III), la dermatite atopique pédiatrique (6 mois à 5 ans, phase II/III), l’œsophagite à éosinophiles (phase II/III), la bronchopneumopathie chronique obstructive (phase III) et les allergies alimentaires et environnementales (phase II). Le dupilumab est également étudié en association avec l’agent REGN3500 (SAR440340), qui cible l’interleukine 33 (IL-33). Ces indications potentielles du dupilumab sont expérimentales et aucun organisme de réglementation n’a encore évalué leurs profils de sécurité et d’efficacité.

Le dupilumab est développé conjointement par Sanofi et Regeneron dans le cadre d’un accord de collaboration global.

http://www.sanofi.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: