En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Les trésoriers d’entreprises d’EMEA ne se limitent pas à leurs banques pour innover

Publication: 8 juillet

Partagez sur
 
Une nouvelle étude met en évidence la nécessité pour les banques d’adopter des business models reposant sur l’Open Banking...
 

La suprématie des banques en matière de services de trésorerie d’entreprise est menacée par de nouveaux entrants non-bancaires, selon une nouvelle étude de Finastra : « Digital Disruption Comes to the Corporate Treasury », menée auprès de 380 trésoriers d’entreprises d’Europe, du Moyen-Orient et d’Afrique (EMEA). L’enquête révèle que 70 % des trésoriers pensent que le passage des services bancaires aux services non-bancaires se produira au sein de leurs sociétés dans les deux à cinq prochaines années – 16 % disent que ce changement a déjà eu lieu.

Par ailleurs, d’après l’enquête les trésoriers d’entreprise envisagent de recourir à des prestataires de services non bancaires pour une large gamme de services de base, notamment les paiements (71%) et le change (67%), des pools de liquidités (67%) et des réseaux d’échanges et de chaîne d’approvisionnement (56%).

La transition est bien engagée

76% des personnes interrogées affirment que leur entreprise s’est déjà intégrée aux réseaux d’échanges pour lier le financement de la chaîne d’approvisionnement aux paiements. Plus largement, seules 24% des personnes interrogées déclarent utiliser désormais exclusivement leur banque pour faciliter les paiements, tandis que d’autres choisissent des solutions de remplacement telles que SWIFT gpi (46%) et des services de paiement transfrontaliers alternatifs (43%).

La forte demande de services de trésorerie non-bancaires coïncide avec le besoin grandissant des trésoriers à trouver de la valeur ajoutée grâce aux nouvelles technologies qui leur permettent de faire des paiements en temps réel. Interrogés sur leurs principales priorités pour l’année à venir, les trésoriers interrogés citent des outils technologiques tels que le reporting des paiements en temps réel (74%), la technologie de cash management (66%) et la technologie de gestion des risques (58%). Une majorité des sondés note également les opportunités offertes par des technologies plus avancées telles que l’IA, le machine learning (40%) et le mobile (31%).

De manière significative, il semble y avoir une forte demande de services Open Banking de la part des trésoriers d’entreprise. Dans cette enquête, 29% déclarent qu’il s’agit d’une opportunité clé pour leur entreprise en 2019 ; et lorsqu’on leur demande quels sont les avantages des API standardisées dans le contexte de l’Open Banking et du DSP2, les sondés européens citent des facteurs tels que la réduction des coûts (58%), une visibilité sur les liquidités (55%) et la mise en œuvre de nouveaux services par des acteurs non-bancaires (53%). Parmi les répondants, 83% déclarent qu’ils aimeraient utiliser des API dédiées fournies par leur banque.

http://www.finastra.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: