En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Sanofi : La FDA approuve Dupixent® (dupilumab)

Publication: 27 juin

Partagez sur
 
Premier médicament biologique destiné à l’adulte souffrant de polypose nasosinusienne (PNS) inadéquatement contrôlée...
 

La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a approuvé Dupixent® (dupilumab) en association avec d’autres médicaments dans le traitement de la polypose nasosinusienne (PNS) non contrôlée de l’adulte. La PNS peut être une maladie invalidante obligeant de nombreux patients à opter pour une corticothérapie systémique ou une chirurgie des sinus, qui ne permettent pas bien souvent de contrôler leurs symptômes. De plus, elle est souvent associée à un asthme sévère.

« Dupixent est le premier médicament approuvé par la FDA pour le traitement de la polypose nasosinusienne de l’adulte et le seul traitement approuvé ayant permis d’observer une diminution de la taille des polypes nasaux et d’obtenir une amélioration des signes et symptômes associés à la sinusite chronique. De fait, près des trois-quarts des patients traités par Dupixent n’avaient plus besoin de corticoïdes ou d’une chirurgie, qui sont les deux traitements de référence de cette maladie », a indiqué le docteur George D. Yancopoulos, Ph.D., Président et Directeur scientifique de Regeneron. « De surcroît, de nombreux patients atteints de PNS souffrent également d’asthme et Dupixent a également permis d’améliorer la fonction respiratoire de ces patients. Cette approbation confirme que les interleukines 4 et 13 jouent bien un rôle central dans l’inflammation de type 2. Nous continuons par ailleurs d’étudier Dupixent dans le traitement d’autres maladies inflammatoires de type 2, notamment l’œsophagite à éosinophiles et les allergies alimentaires et environnementales. »

La FDA a accordé une évaluation prioritaire à la demande d’approbation de Dupixent dans le traitement de la PNS, une procédure réservée aux médicaments qui présentent une amélioration significative en termes d’efficacité et de sécurité dans le traitement de maladies graves.

Dupixent est un anticorps monoclonal entièrement humain qui inhibe spécifiquement la signalisation de l’interleukine 4 (IL-4) et de l’interleukine 13 (IL-13), deux protéines jouant un rôle central dans l’inflammation de type 2. Les données des essais cliniques consacrés à Dupixent ont montré que l’inhibition d’IL-4 et d’IL-13 permet de remédier à l’inflammation de type 2, qui joue un rôle majeur dans la PNS, l’asthme et la dermatite atopique.

« La polypose nasosinusienne peut être une maladie invalidante. Le traitement de référence actuel – qui consiste dans une corticothérapie intranasale, des cures de corticothérapie systémique et la chirurgie – ne permet pas le plus souvent d’empêcher la réapparition de ses symptômes », a précisé John Reed, M.D., Ph.D., Responsable Monde, Recherche et Développement de Sanofi. « Dans les essais de phase III, Dupixent a significativement réduit la congestion nasale et de nombreux patients ont obtenu rapidement une amélioration de leur odorat, parfois après seulement quatre semaines de traitement. Le traitement par Dupixent a aussi réduit le recours à une corticothérapie systémique et à la chirurgie et s’est soldé par une amélioration de la qualité de vie liée à la santé. Mais le plus important est que les patients présentant un asthme comorbide ont désormais accès à un traitement qui peut améliorer leur fonction respiratoire. »

La PNS est une maladie chronique des voies respiratoires supérieures caractérisée par la présence de polypes obstruant les sinus et les cavités nasales. Elle peut occasionner une obstruction nasale sévère accompagnée de difficultés respiratoires, des rhinorrhées, des troubles de l’odorat et du goût et des douleurs faciales à type de pesanteur. De nombreux patients souffrant de PNS présentent d’autres maladies inflammatoires de type 2 comme de l’asthme, tendent à présenter une forme plus sévère d’asthme et sont souvent plus difficiles à traiter. Dans les essais cliniques consacrés à Dupixent dans le traitement de la PNS, 59 % des patients souffraient également d’asthme. Ces comorbidités peuvent augmenter le risque de crises d’asthme, alourdir les symptômes et avoir un impact négatif important sur la qualité de vie liée à la santé.

Données d’efficacité et de sécurité des essais cliniques pivots

L’approbation de la FDA a pris appui sur les résultats de deux essais pivots (les essais SINUS-24 de 24 semaines et SINUS-52, de 52 semaines) faisant partie du programme clinique de phase III LIBERTY. Ces essais ont évalué Dupixent 300 mg toutes les deux semaines en association avec du furoate de mométasone par voie intranasale (traitement standard), comparativement à une injection de placebo associée à du furoate de mométasone par voie intranasale. Dans le cadre de ces essais, Dupixent a permis d’améliorer significativement l’ensemble des symptômes constituant les critères d’évaluation primaires et secondaires. À 24 semaines, Dupixent avait permis d’obtenir des améliorations statistiquement significatives de l’ensemble des paramètres retenus comme critères d’évaluation primaires et secondaires :

Critère d’évaluation principal composite :

- Une amélioration de 57 % et de 51 % du score de sévérité de la congestion/obstruction nasale, contre 19 % et 15 % pour les patients traités par placebo, respectivement dans les essais SINUS-24 et SINUS-52 (variation moyenne selon la méthode des moindres carrés par rapport au départ de -1,34 et -1,25 pour Dupixent contre -0,45 et -0,38 pour le placebo ; différence entre Dupixent et le placebo : -0,89 et -0,87).

- Une réduction de 33 % et 27 % du score de la polypose nasale, contre une augmentation de 7 % et de 4 % pour les patients traités par placebo, respectivement dans les essais SINUS-24 et SINUS-52 (variation moyenne selon la méthode des moindres carrés par rapport au départ de -1,89 et -1,71 pour Dupixent, contre 0,17 et 0,10 pour le placebo ; différence entre Dupixent et le placebo : -2,06 et -1,80). Critères d’évaluation secondaires :

- Une amélioration de 42 % et de 27 % du score d’opacification des sinus, comparativement à 4% et à 0 % pour les patients traités par placebo, respectivement dans les essais SINUS-24 et SINUS-52 (variation moyenne selon la méthode des moindres carrés par rapport au départ de -8,18 et -5,21 pour Dupixent, contre -0,74 et -0,09 pour le placebo).

- Une amélioration de 52 % et 45 % du score de déficit olfactif, comparativement à 12 % et 10 % pour le placebo, respectivement dans les essais SINUS-24 et SINUS-52 (différence moyenne selon la méthode des moindres carrés entre Dupixent et le placebo de -1,12 et -0,98, respectivement dans les essais SINUS-24 et SINUS-52).

Une analyse groupée pré-spécifiée des données des deux essais a montré que le traitement par Dupixent a permis d’obtenir une réduction statistiquement significative du recours à une corticothérapie systémique et à une chirurgie, jusqu’à la semaine 52, comparativement au placebo.

- La proportion de patients ayant nécessité une corticothérapie systémique a diminué de 74 % dans le groupe Dupixent, comparativement au groupe placebo.

- La proportion de patients ayant nécessité une chirurgie des sinus a diminué de 83 % dans le groupe Dupixent, comparativement au placebo.

- Chez les patients souffrant également d’asthme (59 %), les améliorations de la fonction respiratoire ont été similaires à celles observées dans le cadre du programme clinique consacré à Dupixent dans le traitement de l’asthme.

Les effets du traitement sur la congestion nasale et l’odorat ont été observés dès la première évaluation, soit quatre semaines après le début du traitement, et les scores correspondants ont continué de s’améliorer pendant toute la durée des essais. Dans l’essai SINUS-52, les patients ont continué d’obtenir de bons résultats jusqu’à la fin du traitement actif de 52 semaines.

Les événements indésirables observés chez au moins 2 % ou plus des patients du groupe Dupixent des essais consacrés au traitement de la PNS, comparativement au placebo, ont été les suivants : réactions au site d’injection (6 % pour Dupixent, 4 % pour le placebo), conjonctivite (2 % pour Dupixent, 1 % pour le placebo), arthralgie (3 % pour Dupixent, 2 % pour le placebo) et gastrite (2 % pour Dupixent, 1 % pour le placebo).

Une nouvelle indication pour Dupixent

Dupixent se présente dans une seringue préremplie de 300 mg pour les patients souffrant de polypose nasosinusienne. Il est administré par injection sous-cutanée toutes les deux semaines, en variant les sites d’injection, sous la surveillance d’un professionnel de santé. Il peut être administré à l’hôpital ou par le patient lui-même, à son domicile, après une formation dispensée par un professionnel de santé.

En plus de la PNS, Dupixent est approuvé aux États-Unis en association avec d’autres antiasthmatiques dans le traitement d’entretien de l’asthme modéré à sévère de l’adulte et de l’adolescent (à partir de 12 ans) inadéquatement contrôlés par les médicaments antiasthmatiques qui leur sont prescrits. Il est également approuvé dans le traitement de la dermatite atopique (eczéma) modérée à sévère de l’adulte et de l’adolescent (à partir de 12 ans), inadéquatement contrôlés par des traitements topiques soumis à prescription médicale ou auxquels ces traitements sont déconseillés.

Le prix de gros de Dupixent dans cette nouvelle indication est inchangé. Sanofi et Regeneron s’engagent à aider les patients des États-Unis auxquels Dupixent a été prescrit à avoir accès à ce médicament et à obtenir l’aide dont ils peuvent avoir besoin grâce au programme DUPIXENT MyWay®.

En dehors des États-Unis, Dupixent est approuvé dans un certain nombre de pays pour le traitement de la dermatite atopique modérée à sévère de certaines catégories d’adultes. Dupixent est également approuvé dans l’Union européenne (UE), au Japon et en Australie pour le traitement de l’asthme sévère à partir de 12 ans. Dupixent est actuellement évalué dans le traitement de la PNS par les autorités réglementaires européennes, ainsi que dans le traitement de la dermatite atopique modérée à sévère de l’adolescent dans plusieurs pays, dont le Japon et ceux de l’UE.

Programme de développement du dupilumab

En plus des indications actuellement approuvées, Sanofi et Regeneron consacrent plusieurs programmes de développement clinique au dupilumab et l’étudient dans le traitement de maladies modulées par une inflammation allergique ou de type 2, comme l’asthme pédiatrique et la dermatite atopique de l’enfant (6 à 11 ans ; phase III), la dermatite atopique pédiatrique (6 mois à 5 ans, phase II/III), l’œsophagite à éosinophiles (phase III), la bronchopneumopathie chronique obstructive (phase III) et les allergies alimentaires et environnementales (phase II). Le dupilumab est également étudié en association avec l’agent REGN3500 (SAR440340), qui cible l’interleukine 33 (IL-33). Ces indications potentielles du dupilumab sont expérimentales et aucun organisme de réglementation n’a encore évalué leurs profils de sécurité et d’efficacité. Le dupilumab est développé conjointement par Sanofi et Regeneron dans le cadre d’un accord de collaboration global.

http://www.regeneron.com/

http://www.sanofi.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: