En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Ford réinvente la production automobile avec l’impression 3D d’Ultimaker

Publication: 14 juin

Partagez sur
 
Pionnier de l’industrie automobile, Ford n’a cessé d’innover dans ce secteur, depuis sa création en 1914...
 

De l’invention de la première ligne d’assemblage donnant naissance au Fordisme jusqu’à l’adoption de la fabrication additive, l’entreprise mène une réflexion constante visant à optimiser la production de véhicules à travers l’amélioration de la productivité, de l’ergonomie et de la qualité au sein de ses usines.

Ford a pris une longueur d’avance dans l’implémentation de la fabrication additive avec la création d’une usine pilote à Cologne, en Allemagne. Un véritable laboratoire où sont imaginés et créés tous les nouveaux modèles de véhicule avant leur production en série. Le site dispose ainsi d’une ligne de production complète à échelle réduite capable de développer des voitures des années avant leur arrivée sur le marché.

Challenge

Au quotidien, les employés de Ford ont recours à de nombreux outils personnalisés en fonction du véhicule à produire. Faire fabriquer ces équipements via un prestataire externe est à la fois chronophage et coûteux, c’est pourquoi Ford a choisi d’explorer la fabrication additive comme une possible solution afin d’optimiser la fabrication de ces outils. L’entreprise a ainsi mis en place une équipe dédiée au sein de son usine de Cologne. Si les premières impressions réalisées avec la technologie SLS (impression par frittage laser sélectif) se sont avérées satisfaisantes, elles nécessitaient toutefois un post-traitement spécifique. Ford avait donc besoin d’un partenaire technologique capable de l’aider à dépasser ces limites et atteindre ses objectifs.

Solution

Pour ce faire, Ford a choisi Ultimaker, spécialiste de la fabrication additive desktop et ses imprimantes dotées de la technologie FDM (impression par dépôt de fil). Plus simple, rapide et abordable, cette méthode d’impression permet aux ingénieurs comme aux techniciens de Ford d’utiliser une imprimante 3D pour fabriquer les outils dont ils ont besoin au quotidien. Grâce à cet atelier dédié à la fabrication additive et aux imprimantes Ultimaker, les ingénieurs disposent, désormais, de plus de temps pour concevoir et tester les prototypes jusqu’à l’obtention du parfait design. Ford est ainsi en mesure de produire l’ensemble des outils nécessaires avant la fabrication des véhicules à grande échelle, ce qui permet d’optimiser les temps de fabrication ainsi que l’ergonomie des postes de travail des collaborateurs.

« Ford a choisi les imprimantes Ultimaker pour leur fiabilité et pour leur excellent rapport qualité-prix », déclare Lars Bognar, Ingénieur de recherche de l’équipe Recherche et ingénierie avancée de Ford à Aix-la-Chapelle. « La technologie FDM offre la possibilité d’utiliser des matériaux industriels et, ainsi, de fabriquer des outils et des fixations encore plus durables » conclut-il.

Ford a déployé les machines Ultimaker sur tous ses sites de production notamment en Espagne, en Italie et en Roumanie, ce qui permet aux équipes de Cologne d’envoyer les fichiers des outils à leurs collaborateurs européens afin qu’ils puissent les imprimer sur place et en faire usage dès le jour suivant.

En parallèle, Ford s’appuie sur la solution logicielle Paramate de Trinckle permettant à chaque collaborateur de créer des gabarits de composants tels que des poignées sans avoir jamais manipulé d’imprimante 3D. Il lui suffit de charger les paramètres du modèle de la voiture et du composant puis le logiciel génère automatiquement les gabarits. Ces derniers sont ensuite envoyés directement vers les imprimantes Ultimaker basées dans les usines via le logiciel Ultimaker Cura afin d’être imprimés sur place.

« Aujourd’hui, seuls les ingénieurs process qualifiés sont capables de concevoir des montages complexes, mais à l’avenir chaque collaborateur pourra utiliser ce logiciel pour créer ses propres outils, quel que soit son niveau de formation », ajoute Lars Bognar.

Résultats

Pour Ford, les résultats ont été immédiats et concluants avec, notamment, une économie d’environ 1000 euros par outil réalisée grâce à l’internalisation de la fabrication. Un gain significatif notamment quand on sait qu’un modèle comme celui de la Ford Focus, par exemple, nécessite plus de cinquante outils, gabarits et fixations.

Outre les bénéfices financiers, la fabrication additive présente d’importants avantages pour le bien-être au travail. En effet, l’utilisation répétée et prolongée d’outils métalliques lourds peut impacter la santé des collaborateurs. A cet égard, les matériaux d’Ultimaker offrent une alternative solide et qualitative au métal afin de limiter la pénibilité des tâches des employés des lignes d’assemblage.

Fort du succès de son projet pilote avec Ultimaker, Ford continue ainsi d’explorer les capacités de la fabrication additive. Des pièces de rechange destinées aux machines des lignes de production et imprimées en 3D sont également à l’étude par l’entreprise. En fabricant ces composants sur place, les lignes de production n’ont plus besoin d’être mises en pause durant de longues heures, les machines sont donc plus disponibles et la productivité s’améliore.

« Nous souhaitons aller beaucoup plus loin et démocratiser l’impression 3D au niveau de la production finale des véhicules en imprimant directement des pièces de rechange ou des composants du véhicule final », conclut Lars Bognar.

http://www.ultimaker.com/

http://www.ford.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: