En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

L’impression 3D a conquis l’industrie : zoom sur les 4 tendances clés

Publication: 7 juin

Partagez sur
 
Le marché de l’impression 3D est en pleine expansion et la tendance devrait s’accentuer dans les années à venir, avec une croissance annuelle de plus de 10% prévue en 2019 et en 2020, selon un rapport de Deloitte...
 

Dans l’industrie, la construction, la découpe ou le préformatage de prototypes se faisaient autrefois au prix d’un processus long et coûteux, mais aujourd’hui, l’impression 3D a permis des gains d’efficacité considérables. Avantage majeur de l’utilisation d’imprimantes 3D pour la production de prototypes : sa grande flexibilité, qui permet aux développeurs et aux ingénieurs de produire des modèles complexes et personnalisés beaucoup plus rapidement et pour un coût nettement inférieur. Grâce à l’impression 3D, c’est également le volume de pièces produites qui a augmenté de manière considé rable. C ’est le cas notamment dans les secteurs de l’aéronautique et de l’automobile, où l’impression 3D permet de produire de grandes pièces détachées, comme des éléments de fuselage ou de carrosserie. Mais comme chaque secteur, l’industrie a ses tendances, et l’impression 3D n’y échappe pas.

Tendance n°1 : l’impression de métal

Le plastique est un matériau de choix pour l’impression 3D. Particulièrement adapté à la fabrication de prototypes, il est plus rentable que d’autres matériaux. Toutefois, la popularité croissante du métal, matière première plus résistante que le plastique, utilisée pour la fabrication de pièces préfabriquées et de modèles, semble faire de l’ombre au plastique. Ce matériau est par exemple utilisé pour la fabrication de moules d’injection. Les imprimantes 3D capables d’imprimer du métal restent toutefois moins répandues dans le secteur privé.

Tendance n°2 : les filaments flexibles

L’utilisation de filaments flexibles a également fait son chemin dans l’univers de l’impression 3D, permettant de produire des objets variés et de les répliquer en grande quantité. Les filaments flexibles sont des matières plastiques élastiques qui peuvent se déformer sous l’effet de l’étirement ou de la compression par exemple, tout en étant capable de reprendre leur forme d’origine. L’impression 3D à l’aide de filaments flexibles se révèle particulièrement intéressante pour la fabrication de produits nécessitant une certaine souplesse, comme les chaussures de sport.

Tendance n°3 : Le mélange de matériaux

Une nouvelle génération d’imprimantes 3D permet de manipuler deux matériaux différents dans le cadre d’un processus d’impression 3D unique et représente une option particulièrement appréciée des développeurs puisqu’elle permet de réduire considérablement le temps d’impression nécessaire et apporte plus de flexibilité au processus global. C’est un élément clé pour l’industrie aéronautique : grâce à cette technique, la fabrication d’ailes d’avion, constituées de fibres de carbone et de résine synthétique, ne nécessite par exemple qu’un seul processus d’impression. Enfin, bénéfice principal du mélange de matériaux pour le secteur industriel est la possibilité de produire des objets plus complexes et aux géométries plus singulières.

Tendance n°4 : L’impression 3D devient durable

Le thème du développement durable est au cœur de nombreux débats. En ayant recours à la technologie d’impression 3D, les entreprises du secteur industriel peuvent elles aussi apporter une contribution positive. En effet, une impression 3D soignée des prototypes réduit le gaspillage, car les imprimantes 3D sont programmées pour n’utiliser que la quantité de matériel dont elles ont besoin, entraînant une réduction des déchets.

Et l’argument écologique en faveur de l’impression 3D peut aller encore plus loin grâce à des initiatives globales, telles que le recyclage des déchets plastiques existants. Il est par exemple possible de compresser les bouteilles plastiques et les déchets d’emballage en petits granules, avant de les fondre pour les transformer en filaments plastiques utilisés par l’imprimante 3D.

http://www.reichelt.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: