En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

ZF : Résultats 2018, un chiffre d’affaires en hausse

Publication: 5 avril

Partagez sur
 
En 2018, ZF a enregistré une croissance organique du chiffre d’affaires d’environ 6 % pour atteindre les 36,9 milliards d’euros contre 36,4 milliards d’euros l’année précédente...
 

ZF Friedrichshafen AG enregistre de nouveau une hausse de son chiffre d’affaires pour l’année fiscale 2018. Le chiffre d’affaires du groupe a progressé d’environ 6 %, corrigé des effets de change et des activités de fusions et d’acquisitions, pour atteindre 36,9 milliards d’euros contre 36,4 milliards d’euros en 2017. Le bénéfice d’exploitation (EBIT) ajusté s’est élevé à 2,1 milliards d’euros (2,3 milliards d’euros en 2017). La marge du bénéfice d’exploitation ajusté a atteint 5,6 % contre 6,4 % en 2017. A fin décembre, ZF comptait 148 969 collaborateurs contre 146 148 collaborateurs en 2017. Avec sa stratégie Mobilité Nouvelle Génération, ZF cherche à proposer une mobilité sûre, propre et abordable.

« Nous façonnons l’évolution rapide du secteur de la mobilité pour offrir à nos clients des solutions systèmes probantes pour la Mobilité Nouvelle Génération. Nos résultats montrent que nous sommes bien positionnés pour relever les défis de demain », a déclaré Wolf-Henning Scheider, PDG de ZF Friedrichshafen AG, lors de la présentation des résultats qui s’est déroulée à Friedrichshafen cette semaine. Pour maintenir son leadership en termes de technologies, ZF a augmenté ses dépenses en R&D d’environ 11 % en 2018. Corrigées des modifications comptables, les dépenses totales de ZF en R&D se sont élevées à 2,5 milliards d’euros (contre 2,2 milliards d’euros en 2017), soit un ratio de 6,7 %.

Les services de mobilité et de transport

Dans le secteur en plein essor des services de mobilité et de transport personnel (« Mobility/Transport as a Service »), ZF crée de nouvelles possibilités de mobilité telles que l’e.GO People Mover. Ce minibus électrique, qui sera à l’avenir équipé d’un système de conduite autonome, circulera dans les premiers centres d’essai d’Aix-la-Chapelle et Friedrichshafen cet automne. Il y a quelques semaines, ZF a également annoncé l’acquisition d’une participation majoritaire de 2getthere, un fournisseur hollandais de systèmes électriques automatisés de transport de voyageurs. « L’investissement a été une étape importante pour nous car 2getthere dispose de plus de 30 ans d’expérience dans le transport autonome de voyageurs ainsi que de compétences uniques de l’ingénierie et des logiciels », a souligné Wolf-Henning Scheider. Les véhicules automatisés de 2getthere ont permis de transporter jusqu’à présent plus de 14 millions de voyageurs dans un grand nombre de ports, d’aéroports et de grandes villes, dans des véhicules entièrement électriques, fiables et profitables. Grâce à sa longue expérience, 2getthere est en mesure de garantir un taux de disponibilité de plus de 99,7 % pour ses systèmes de mobilité.

Un succès à long terme grâce aux boîtes de vitesses hybrides

Outre les nouvelles solutions de mobilité, ZF poursuit le développement de ses produits phares tels que la boîte de vitesses automatique à 8 rapports pour voitures particulières, principalement par le biais d’une électrification. Cette semaine, ZF a conclu un contrat de fourniture avec BMW AG pour la boîte de vitesses automatique à 8 rapports incluant une variante hybride. Ce contrat à long terme représente la plus importante commande de boîtes de vitesses automatiques de l’histoire de ZF et confirme ainsi l’importance de la technologie hybride pour la mobilité personnelle du futur.

En matière d’électrification, la production de la motorisation électrique centrale de ZF pour les voitures particulières débutera également cette année pour un constructeur. Par ailleurs, il existe une forte demande du pont portique électrique pour autobus urbains, qui est déjà bien établi sur le marché. ZF a enregistré plusieurs nouvelles commandes de la part de constructeurs d’autobus. « ZF a rendu les bus électriques commercialisables sur le marché européen », a déclaré Wolf-Henning Scheider.

L’acquisition prévue de WABCO renforce la division « véhicules industriels »

L’acquisition prévue de WABCO est une autre étape cruciale pour ZF. « Le projet de rachat fait partie intégrante de notre stratégie et élargit pour la première fois les compétences de l’entreprise dans le domaine du freinage pour véhicules industriels », a ajouté Wolf-Henning Scheider. « Nous pouvons ainsi proposer à nos clients des solutions systèmes complètes pour transporter automatiquement et en toute sécurité des voyageurs et des marchandises. » La semaine dernière, ZF a annoncé le rachat, pour 136,50 dollars par action, de WABCO, un fournisseur mondial leader dans les systèmes de freinage, de technologies et de services visant à améliorer la sécurité, l’efficacité et la mise en réseau des poids lourds, bus et remorques. Le montant total de la transaction s’élève à environ 7 milliards de dollars US. Le rachat devrait être conclu en début d’année prochaine et contribuera, sur le long terme, à rendre ZF moins dépendante des cycles du marché des véhicules particuliers. WABCO emploie environ 16 000 collaborateurs dans le monde et a réalisé un chiffre d’affaires de 3,2 milliards d’euros l’année dernière.

Des évolutions structurelles qui permettent à ZF de passer à la vitesse supérieure

Pour pouvoir réagir plus rapidement et de manière plus ciblée aux différentes exigences du marché, ZF a mis en place un « Dual Operating System » qui permet de gérer différents modèles de vitesses et d’organisation. Dans ce contexte, l’ancienne division Technologies de sécurité active et passive sera divisée en trois divisions : Systèmes de sécurité active, Systèmes de sécurité passive et électronique et Systèmes d’aide à la conduite (ADAS). À celles-ci s’ajouteront des centres de systèmes et de projets liés à des thématiques transversales telles que la conduite automatisée ou l’électromobilité. « Avec ces nouveaux processus et nouvelles structures, nous avons simplifié les hiérarchies et réduit la complexité. Nous pouvons réagir encore plus rapidement et nous serons ainsi en mesure de satisfaire davantage nos clients », a déclaré Wolf-Henning Scheider.

Un développement économique solide

Avec 36,9 milliards d’euros (contre 36,4 milliards d’euros en 2017), ZF a dépassé ses prévisions de chiffre d’affaires, qui étaient d’environ 36,5 milliards d’euros pour 2018. Le chiffre d’affaires a augmenté nominalement de 1,3 % par rapport à 2017. ZF enregistre une hausse organique du chiffre d’affaires d’environ 6 %, corrigée des effets de change et des activités de fusions et d’acquisitions, surpassant ainsi l’évolution du marché. En particulier, les divisions Technologies pour Véhicules Industriels (+12 %) et Technologies pour l’Industrie (+13 %) ont enregistré une croissance organique supérieure à la moyenne.

L’EBIT ajusté de 2,1 milliards d’euros (contre 2,3 milliards d’euros en 2017) est essentiellement impacté par la hausse des dépenses en R&D, par la hausse des prix des matériaux, par les effets de change négatifs et par un marché affaibli. La marge d’exploitation ajustée s’élève à 5,6 % et le cash-flow disponible ajusté des rachats et des cessions d’entreprises atteint 0,9 milliards d’euros.

Entre-temps, ZF a poursuivi la réduction de son endettement suite à l’acquisition de TRW. « Au cours de l’année fiscale écoulée, nous avons réduit notre dette brute de 1,4 milliard d’euros pour atteindre 5,0 milliards d’euros, si bien que nous avons davantage renforcé l’indépendance financière de notre entreprise », a déclaré Konstantin Sauer, Directeur financier de ZF. « Avec un ratio de fonds propres de 28 %, ZF s’appuie sur des fondations économiques solides. ». Fin 2017, le ratio des fonds propres s’élevait à 24 %.

Légère augmentation des effectifs

Au 31 décembre 2018, ZF employait 148 969 collaborateurs dans le monde (146 148 personnes en 2017). Des postes supplémentaires ont été créés à la suite de l’expansion, notamment dans les domaines de la conduite automatisée et de l’électromobilité, essentiellement en Amérique du Nord et dans la zone Asie-Pacifique. Plus de 17 000 collaborateurs dans le monde sont impliqués dans des projets de R&D.

Un marché qui reste tendu

Les incertitudes persistantes concernant l’évolution politique et économique dans de nombreux pays, ainsi que les nouvelles contraintes réglementaires découlant de la législation sur les émissions, maintiennent un climat tendu sur le marché. Compte tenu des évolutions escomptées du marché, et en considérant l’hypothèse d’un taux de change constant, ZF prévoit un chiffre d’affaires du groupe compris entre 37 et 38 milliards d’euros en 2019. ZF vise une marge d’exploitation ajustée entre 5 % et 5,5 % ainsi qu’un cash-flow disponible ajusté des rachats et des cessions d’entreprises de près d’un milliard d’euros. « Avec notre large gamme de produits, nos concepts techniques novateurs et notre réseau, nous sommes un fournisseur de systèmes attractif pour nos clients, qui peuvent, à nos côtés, façonner la Mobilité Nouvelle Génération. », a déclaré Wolf-Henning Scheider.

Synthèse des chiffres clés

http://press.zf.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: