En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Pourquoi les PME et TPE sont à la traîne

Par Emmanuelle Cornet-Ricquebourg, Présidente de DATAE

Publication: Décembre 2018

Partagez sur
 
Depuis le 25 mai 2018, tous les organismes et entreprises privés et publics basés en Europe ou en dehors de l’Europe ainsi que leurs sous-traitants doivent être en conformité avec le RGPD, le règlement européen sur la protection des données...
 

Cela concerne en réalité toutes les entreprises, car toutes sont amenées à gérer une base clients, une base fournisseurs et/ou au moins une base employés.

Cependant, le défi est plus rude pour les petites entreprises. Le RGPD est entré en vigueur il y a plus de 6 mois et force est de constater qu’un très grand nombre d’entreprises (tous secteur confondus), même si elles ont été sensibilisées au RGPD, n’ont encore entrepris aucune démarche de mise en conformité. C’est le cas en particulier des TPE et PME qui n’ont pas pu anticiper le RGPD.

Ceci est dû à plusieurs facteurs : manque de moyens humains, absence de budget, mais surtout une grande incompréhension du sujet qu’est la mise en conformité. Les entreprises ne savent pas par où commencer, ni qui contacter : un avocat ? Une société de service ? Un éditeur de logiciel ? Et quel budget engager ? Combien cela va-t-il prendre de temps ?

C’est pour les artisans et les petits commerçants que la démarche est la plus ardue, car ce règlement représente pour eux une charge supplémentaire importante. Beaucoup de chefs d’entreprises n’ont pas anticipé ou budgétisé cette mise en conformité et ont tendance à la remettre à plus tard, même s’ils sont bien conscients de l’importance de la démarche. Le budget ne peut être estimé qu’après une étude de cadrage très individualisée. Pour des TPE/PME, le processus de mise en conformité peut s’étendre de deux semaines à plusieurs mois selon les cas.

Il faut ajouter à cela que certaines entreprises ne sont pas encore aux normes de la loi précédente, la loi informatique et liberté de 1978, confortée par la loi pour une République numérique de 2016. Il s’agit donc pour eux d’accomplir plusieurs étapes en même temps.

http://www.datae-consulting.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: