En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Etude Deloitte : Gouvernance et gestion des risques des tiers

Publication: 23 novembre

Partagez sur
 
Poids des réglementations, cyber sécurité, protection des données, développement durable, complexification des relations sont autant de menaces auxquelles les organisations étendues sont confrontées...
 

Une gestion proactive des risques des tiers est donc essentielle pour leur assurer conformité et performance.

Deloitte publie la 3e édition annuelle de cette étude mondiale sur la gouvernance et la gestion des risques de tiers qui révèle un regain d’intérêt de la part des dirigeants sur ce sujet. Davantage incités à adopter une vision stratégique, ils sont prêts à exploiter de nouvelles opportunités via l’écosystème des tiers.

Parmi les principaux enseignements :

- Le niveau élevé d’incertitude est à l’origine d’une prise de conscience de la dépendance aux tiers, dont 42% des répondants reconnaissent qu’elle augmente et même de façon considérable pour 11% d’entre eux.

- Le degré de maturité progresse très lentement avec 20% des entreprises qui disposent d’une gestion des risques de tiers intégrée ou optimisée, soit un pourcentage identique à celui de 2017.

- Les organisations ont investi entre 0,5 et 1,5 million de dollars en moyenne par an, afin d’obtenir le niveau souhaité de maturité dans la gouvernance et la gestion des risques de tiers.

- La stratégie TPRM (Third-Party Risk Management) est désormais davantage axée sur les opportunités liées à ce risque plutôt que sur la gestion des inconvénients de ce dernier.

- Les organisations décentralisées adoptent une approche TPRM plus centralisée. Ainsi, 44% ont investi dans les CoE (Centres d’Excellence) et 30% dans les CSP (Centres de Services Partagés), qui émergent comme les 2 modèles dominants.

- Une digitalisation voit aujourd’hui le jour avec 46% des répondants qui ont l’intention d’utiliser le Cloud pour leur TPRM et 31% la RPA (Robotic Process Automation) pour les tâches courantes qui y sont liées.

- 57% des répondants considèrent ne pas connaître suffisamment bien les sous-traitants engagés par leurs tiers et 21% expriment des incertitudes quant au niveau de compréhension de leur organisation.

- Les préoccupations des personnes interrogées en matière de TPRM concernent principalement la coordination interne, les talents et les processus, les interrogations liées à la technologie étant désormais secondaires.

Marc Duchevet et Sonia Cabanis, Associés Risk Advisory chez Deloitte, se tiennent à votre disposition pour commenter ces résultats.

L’intégralité de l’étude est disponible sur demande auprès du service de presse.

Méthodologie

Les résultats de cette étude s’appuient sur un sondage réalisé auprès d’un millier de hauts dirigeants issus de diverses entreprises réparties dans 15 pays en Amérique, Europe, Moyen-Orient, Afrique (EMEA) et Asie Pacifique. Les répondants sont pour la plupart responsables de la gouvernance et du risk management dans leur entreprise et comportent des directeurs financiers (CFOs), des directeurs des achats et des ventes (CROs), des responsables de l’audit interne ainsi que des responsables cyber risques dans le domaine de la conformité et des services informatiques.

http://www.deloitte.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: