En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Smartphones professionnels ou grand public ? Le secteur de la santé a fait son choix

Par Philippe Billet, Directeur Général France et Europe du Sud Ascom France SA

Publication: 24 septembre

Partagez sur
 
Aujourd’hui, l’augmentation des flux de données et le développement de la mobilité via les nouvelles technologies de communication mises en place dans le secteur de la santé et plus particulièrement au sein des hôpitaux, impliquent une utilisation quotidienne des smartphones...
 

Tout le monde en possède, mais sont-ils vraiment adaptés à une utilisation quotidienne par les professionnels de la santé dans leur activité ?

Selon le dernier livre blanc de Frost & Sullivan sur l’utilisation personnelle des smartphones dans chaque secteur spécialisé, la réponse est clairement non ! Un appareil spécifique destiné à un secteur spécifique reste la meilleure pratique. C’est un élément crucial que les décideurs et DSI du secteur de la santé doivent prendre en compte.

Une nécessité absolue : posséder des smartphones spécifiquement conçus pour certaines tâches

De par leur nature fragile, les smartphones grand public, souvent placés dans les poches, ne sont clairement pas à la hauteur des exigences quotidiennes des activités professionnelles dans le secteur de la santé. Les écrans sont cassables, fissurables et les boîtiers ne sont pas complètement étanches. A l’opposé, les appareils conçus spécifiquement à cet effet sont fabriqués en fonction des exigences du secteur médical, notamment à partir de matériaux spécialement dédiés à cette utilisation. Ils sont également certifiés résistants à la poussière et à l’eau. Ces dispositifs entrainent une réduction des coûts de maintenance sur le long terme, car les réparations et les remplacements sont beaucoup moins fréquents.

Par ailleurs, les procédures d’hygiène et les risques d’infection, qui peuvent parfois avoir des conséquences mortelles, sont pris très au sérieux dans les établissements de santé. Dans ce contexte, les smartphones grand public peuvent être endommagés par les solvants de nettoyage destinés à l’usage hospitalier et utilisés plusieurs fois par jour afin de respecter les réglementations de contrôles sanitaires. Alors que les terminaux mobiles professionnels résistent quant à eux parfaitement aux désinfectants des hôpitaux et autres liquides.

Bien que la durée de vie des batteries sur les smartphones grand public se soit améliorée, les appareils grand public sont conçus pour être petits, légers et fins et ils ne permettent pas une utilisation constante et prolongée pendant des quarts de travail de 8, 10 ou 12 heures. Les batteries des appareils professionnels sont plus volumineuses, et prennent également en charge des fonctionnalités telles que le chargement en rack pour recharger simultanément tous les équipements d’une unité ou d’un service. Leurs batteries sont également remplaçables à chaud, ce qui évite d’attendre le chargement d’un périphérique.

Par ailleurs, les appareils grand public ne prennent pas en charge la technologie DECT pour passer des appels vocaux. Cette fonction DECT donne au personnel mobile un canal dédié, sans interférence, pour des communications sécurisées. Les smartphones « de tous les jours » ne disposent pas d’une qualité de réception Wi-Fi critique, un périphérique spécialement conçu est fabriqué pour utiliser le Wi-Fi pour les appels vocaux au sein d’un environnement donné et comprend un support SIP intégré pour des communications vocales transparentes sur Wi-Fi, entraînant moins d’appels interrompus et d’instabilité du système, notamment dans les zones grises de l’établissement.

Des applications métiers facilement intégrables qui facilitent le quotidien du personnel soignant

Les smartphones professionnels permettent l’intégration de multiples applications métiers et facilitent l’utilisation de plateformes de santé, de plus en plus présentes au sein des hôpitaux, en raison de la progression de la transformation digitale de ces établissements. Ces appareils sont en capacité de concentrer un écosystème enrichit de logiciels dédiés au secteur du métier de la santé, notamment les gestions de flux cliniques, les appels infirmières, le transport des patients et la sécurité du personnel. La mise en place de scénarios d’escalade pouvant être personnalisés par les unités ou les services eux-mêmes est également possible. Les interruptions excessives du flux de travail sont ainsi réduites, ce qui augmente la productivité et la qualité des soins dispensées aux patients. Le personnel est donc en capacité de répondre partout et à tout moment.

Parmi les autres caractéristiques « pratiques » des appareils conçus spécialement pour le monde de la santé, nous pouvons également parler des pinces qui tiennent fermement sur les blouses des soignants. Les codes couleur LED pour une reconnaissance rapide et facile des différents types d’alertes, de simples boutons d’alarmes et des alarmes automatisées « immobilité et perte de verticalité » offrent aux utilisateurs une réactivité supplémentaire en cas d’urgence. Les scanners de codes-barres et de communication NFC intégrés évitent également les erreurs de saisie de données et le temps passé à dupliquer ces dernières dans les systèmes de dossiers médicaux informatisés.

Enfin, un autre risque à ne pas négliger est que les notifications mal configurées sur les appareils grand public sont sources d’erreur et peuvent provoquer une surcharge d’informations en inondant les soignants de messages qui ne les concernent pas. Une source de fatigue, de stress et de perte de temps.

Les programmes BOYD semblent à priori être une bonne idée, car le personnel croit pouvoir utiliser son propre appareil, avec lequel il est familier. Cependant, cela peut poser des problèmes en termes de coûts, de gestion des risques et de perte de productivité. Aujourd’hui, la plupart des établissements de santé comptent toujours sur les appareils grand public introduits dans l’organisation par le personnel. Il s’agit d’un geste risqué qui peut même mettre en danger les soins aux patients. Il vaut mieux privilégier les appareils professionnels car leur conception convient à un usage constant en milieu hospitalier ; pour prendre en charge les soins aux patients et faciliter l’intégration avec les dispositifs médicaux et les systèmes hospitaliers existants.

http://www.ascom.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: