En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Premiers résultats de l’appel à projets France Expérimentation lancé en mai 2018

Publication: 20 septembre

Partagez sur
 
Delphine Gény-Stephann, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, a présenté ce mercredi 19 septembre 2018, les premiers résultats de l’appel à projets France Expérimentation, lancé par le Premier ministre le 3 mai 2018...
 

L’appel à projets visait notamment des demandes d’expérimentations relevant de normes de nature réglementaire ou pour celles de niveau législatif, susceptibles de figurer dans la section « expérimentations » du projet de loi PACTE. Les projets déposés comme ceux sélectionnés reflètent la grande diversité des secteurs concernés, de l’immobilier à la production électrique, en passant par la recherche pharmaceutique ou les opérations de recensement.

Quatre projets concrets ont été présentés lors de l’événement de ce jour

4 projets ont été présentés ce matin, dont deux été retenus pour être une expérimentation intégrée par voie d’amendement au projet de loi pour la croissance et la transformation des entreprises (PACTE) actuellement discuté au parlement :

- A l’initiative du groupe La Poste, il est envisagé d’ouvrir l’activité de collecte du recensement en agissant sur la réglementation concernant le recrutement des agents recenseurs, dont la loi impose aujourd’hui qu’ils soient nécessairement recrutés par les communes. Cette nouvelle facilité pourrait soulager de nombreuses communes et accompagner la modernisation numérique du recensement. En partenariat avec l’INSEE, il est prévu de proposer cette expérimentation à un maximum de 24 territoires volontaires, pour les vagues de recensement de 2020 et de 2021. Cette expérimentation fait l’objet d’un amendement dans la loi PACTE.

- A l’initiative du projet Rezhome de l’association Entremoteurs, il est envisagé d’assouplir les conditions du dispositif de bail à réhabilitation, qui offre un cadre sécurisant propice à la réalisation des travaux et à la mise en location par des opérateurs tiers de logements laissés vacants par leurs propriétaires. Il s’agit de dynamiser la réhabilitation de logements vacants pour faciliter l’insertion de ménages modestes dans des villes où le secteur de l’immobilier est en tension. Si elle est retenue dans le cadre de la loi PACTE, cette facilitation serait expérimentée pour une durée de trois ans.

- A l’initiative de l’entreprise Cosmolys, spécialisée dans la collecte et le traitement des Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux (DASRI), il est prévu une expérimentation de nature réglementaire, afin de permettre via une solution innovante le tri et la valorisation d’une partie de ces déchets comme matière première secondaire. A l’heure actuelle, la réglementation prévoit que ces déchets soient traités soit par incinération, soit par des appareils de prétraitement par désinfection.

- La société Recrutop, entreprise d’intérim classique, souhaite obtenir le statut d’Entreprise de Travail Temporaire d’Insertion (ETTI). L’obtention de ce statut est aujourd’hui conditionnée à un appel à projets et à des subventions, alors même que l’entreprise développe un modèle économique autonome. Grâce à l’accompagnement du Ministère du Travail et de la Direction Générale pour l’Emploi et la Formation Professionnelle, sera envisagée une labellisation d’un genre nouveau, sans subvention, afin que l’entreprise puisse satisfaire aux clauses sociales de ses nombreux clients publics comme privés.

Plus largement, une administration mobilisée au service de projets innovants

Parmi les 125 projets soumis lors de l’appel à projets 2018, 67 demandes visaient une dérogation législative et 58 une dérogation réglementaire.

Sur les 67 projets déposés visant une dérogation législative, 40% donneront lieu à une expérimentation ou font l’objet d’un accompagnement pour leur permettre de développer leur projet à droit constant. S’agissant des dérogations de niveau réglementaire, pour lesquelles le dispositif est ouvert de manière permanente, le retour positif est significativement supérieur à 50%.

Au-delà de la stricte mise en expérimentation, France Expérimentation a donc permis d’apporter une réponse concrète à des porteurs de projets pour les aider à lever les incertitudes juridiques susceptibles d’entraver le développement de leurs projets.

4 expérimentations ont ainsi été retenues pour être intégrées au projet de loi pour la croissance et la transformation des entreprises (PACTE) dont l’examen vient de commencer au parlement. Outre l’ouverture du marché du recensement et l’assouplissement des conditions du bail à réhabilitation, les deux autres visent à faciliter la recherche sur les microorganismes en France métropolitaine et à favoriser les projets d’autoconsommation électrique collective à l’échelle locale, en élargissant le périmètre géographique de l’autoconsommation.

Les demandes d’expérimentations sélectionnées ont été portées par des acteurs économiques variés (grande entreprise publique, association, PME, etc.), et si elles sont votées par le Parlement, ouvriront des possibilités de dérogations à tout acteur souhaitant s’en saisir sur les territoires concernés.

Le dispositif France Expérimentation reste ouvert de façon permanente pour examiner des expérimentations de nature réglementaire. Il fonctionne également sur la base d’appels à projets thématiques alignés avec les projets de loi du gouvernement, pour des demandes de dérogations de nature législative.

http://www.economie.gouv.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: