En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Etude exclusive : les acheteurs seraient perdus dans la terminologie employée

Publication: 12 septembre

Partagez sur
 
Panasonic Business et Opinion Matters révèlent une étude exclusive visant à mieux comprendre le comportement d’achats des profesionnels souhaitant acheter des terminaux mobiles durcis...
 

L’occasion pour le leader du marché d’inviter les professionnels à vérifier systématiquement les allégations des fabricants.

Les acheteurs de terminaux mobiles durcis semblent perdus dans la terminologie employée pour décrire la robustesse de leurs ordinateurs portables, tablettes et téléphones portables. En effet, d’après une récente étude menée par Opinion Matters, 85 % des acheteurs professionnels de terminaux mobiles pensent qu’il existe déjà des normes définissant la robustesse - or, il n’en existe aucune.

Cette étude indépendante, menée par Opinion Matters pour le compte de Panasonic auprès de 250 acheteurs de technologies mobiles au Royaume-Uni, montre que le langage utilisé par les fabricants de terminaux destinés aux professionnels et aux particuliers peut prêter à confusion.

88 % des acheteurs professionnels déclarent ainsi accorder « assez » ou « beaucoup d’importance » à la robustesse des ordinateurs portables, des tablettes ou des téléphones portables qu’ils prévoient d’acheter pour leur entreprise. Si un grand nombre d’acheteurs reconnaissent les termes les plus couramment utilisés en matière de robustesse, la majorité d’entre eux ne parvient cependant pas à en expliquer le sens.

Moins de la moitié des acheteurs connaissent les indices de protection IP et les deux tiers d’entre eux sont incapables d’identifier correctement le type de protection correspondant à cet indice (protection contre les particules et les liquides) et ne savent pas que plus l’indice est élevé, plus le niveau de protection est grand.

69 % des acheteurs pensent ou imaginent que les formules « classé mil-std » et « testé selon mil-std » correspondent à une mesure concrète, alors qu’il n’en est rien.

Les acheteurs semblent largement perdus en ce qui concerne la norme militaire américaine 810G souvent mentionnée. Plus de 35 % des participants à l’étude pensent, à tort, qu’elle s’applique à la durée de vie des batteries. En réalité, MIL-STD-810 correspond à une série de tests en laboratoire conçus par l’armée américaine pour tester les limites des équipements dans les différentes conditions environnementales dans lesquelles ils sont susceptibles d’être utilisés. Elle couvre une multitude de conditions d’utilisation, mais les tests les plus courants pour les applications commerciales sont les tests de résistance aux chocs ou aux chutes, à la poussière, à l’eau et aux températures extrêmes.

Pour ne rien arranger, 20 % des acheteurs confirment même ne pas réaliser leurs propres tests lorsqu’ils achètent un terminal et se fier tout simplement aux allégations des fabricants.

« Les acheteurs doivent être vigilants. De plus en plus de fabricants ajoutent toute une série de noms et de classifications à leurs produits qui sous-entendent une solidité renforcée. Dans ce contexte, il est extrêmement facile pour les entreprises d’acheter un produit inadapté pour leurs équipes mobiles. Cette erreur, qui peut leur coûter très cher, est une importante source de frustration et de démotivation pour les entreprises. Ce n’est pas parce qu’un terminal mobile a obtenu un indice de protection IP, porte un logo conforme aux normes militaires ou affiche des propriétés d’étanchéité et de résistance aux chutes, qu’il est forcément adapté aux besoins de l’utilisateur ! C’est pourquoi nous conseillons à tous les acheteurs de bien examiner ces allégations et de demander les détails des tests effectués et des certificats obtenus. Il est également recommandé de vérifier si les tests ont été menés de manière indépendante, voire en laboratoire, et de tester soi-même le produit, sur le terrain, en réalisant une évaluation pilote approfondie avant tout achat », explique Jan Kaempfer, Directeur Général Marketing de Panasonic Computer Product Solutions.

L’étude montre également une évolution au niveau des besoins des entreprises en matière de robustesse. La résistance aux chutes et à l’eau et la protection contre la poussière ne sont plus leurs préoccupations principales. C’est la sécurité des terminaux et des données qui arrive en tête des préoccupations des acheteurs. 94 % d’entre eux y accordent « de l’importance », voire « beaucoup d’importance ».

« Il ressort également que les priorités des acheteurs évoluent lorsqu’il s’agit de choisir un terminal durci Les appareils qui sont « simplement solides » ne permettent plus de répondre aux besoins. Les acheteurs ont besoin que les fabricants de terminaux durcis prennent également en compte des questions importantes telles que le type d’écran, la durée de vie de la batterie et la gestion de l’énergie, la sécurité des données et les fonctionnalités de communication de l’appareil », précise Jan Kaempfer.

Conseils pour les acheteurs de terminaux mobiles durcis

Pour aider les acheteurs dans leur quête de terminaux durcis, Panasonic a publié le livre blanc « Confusion autour des terminaux durcis » et donne les conseils suivants aux acheteurs :

Les questions à poser à son fournisseur :

- Accéder aux certificats MIL-STD810G et IP pour étayer les affirmations en matière de tests et de normes ;

- Demander comment les produits sont fabriqués pour être à la fois légers et robustes ou durables ;

- Préciser si les tests de conformité aux normes militaires ont été réalisés sur un seul exemplaire ou si plusieurs exemplaires ont été utilisés pour répondre aux critères des tests ;

- Demander les options d’affichage prises en charge par le terminal ;

- Fournir un terminal avec une batterie haute capacité et remplaçable pour améliorer le coût total de possession (TCO) et le retour sur investissement (ROI) ;

- Indiquer quels ports et interfaces sont intégrés à l’unité principale sans câble d’adaptateur ;

- Préciser le type de transfert de données pris en charge, ainsi que les dernières normes en matière de connectivité ;

- Indiquer de quelle façon la gestion de l’énergie est optimisée sur les terminaux.

http://www.panasonic.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: