En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Euro-Tech, se voit accorder un prêt de 100 000 € par Total Développement Régional

Publication: 25 juillet

Partagez sur
 
Jean-Michel Diaz, délégué régional Méditerranée Paca, Gard, Hérault de Total, a officiellement remis le Trophée Total Développement Régional à Florence Dibon-Gallo, repreneuse d’Euro-Tech, symbolisant le prêt historique de 100 000 € accordé par TDR à l’entreprise...
 

« Dans le cadre de mon parcours de reprise avec l’IRCE (Institut Régional pour la Création et le développement des Entreprises), » explique Florence Dibon-Gallo, « j’ai suivi une formation pour structurer le dossier de reprise et de développement d’Euro-Tech, accompagnée de consultants tel Jean-Louis Piccollo, de Resolvys, partenaire de l’association, ou de Christophe Sivelle, son directeur général, qui m’a présenté le partenariat avec Total Développement Régional. Ça avait du sens, pour moi, d’obtenir ce prêt, non seulement parce que nous allons grandir et créer des emplois - nous étions 48 en fin d’année dernière, nous serons 60 cette année, puis 110 fin 2020 - mais aussi parce que ce Trophée va renforcer notre crédibilité auprès de nos autres clients ou prospects pétroliers. »

Un dossier exceptionnel : TDR accompagne des entreprises de tous les univers, en création, reprise ou développement, dans la France entière, et pas seulement autour de ses zones d’implantation. Le fait qu’Euro-Tech gravite dans l’industrie pétrolière ne constitue pas un critère de choix, comme l’explique Jean-Michel Diaz, porte-parole de TDR, mais un atout, comme il y en avait tant dans ce dossier : « Au-delà du projet de maintien-création d’emplois très ambitieux et inédit au niveau régional, Euro-Tech est un cas exceptionnel : tout d’abord, il s’agit d’une reprise-développement, dans le domaine industriel, sur une activité que nous connaissons bien, avec une antériorité longue, des compétences prouvées et appréciées sur le territoire, et, au-delà, une histoire familiale... Autant d’éléments de confiance qui contribuent à la grande fierté que nous éprouvons à soutenir la reprise de cette société et sa belle croissance affichée, pour passer de 48 emplois fin 2017 à 110 emplois fin 2020. » 100 000 €, un montant historique, qu’il faudra rembourser en 4 ans environ, à taux zéro, sans garantie et sans frais de dossier. « L’accompagnement de l’IRCE constitue également un gage de réussite du projet, ce qui est notre objectif, » conclut Jean-Michel Diaz.

La reprise d’une entreprise familiale, certes, mais dans les règles de l’art : « Florence Dibon-Gallo, lors de sa formation à l’IRCE, avait déjà en tête l’entreprise de ses parents, contrairement à la plupart des repreneurs que nous accompagnons, décrit Christophe Sivelle (à gauche sur la photo). Nous avons non seulement travaillé sur l’aspect technique de la reprise, mais aussi sur le côté psychologique, très prégnant, dans le cas d’une transmission familiale. » La dirigeante, confortée dans son choix et munie d’outils, a décidé de légitimer son rachat dans le cadre d’un processus classique de reprise, avec, même, garantie d’actif et de passif. « Il faut également savoir qu’en général, ce sont 80% d’hommes qui reprennent une entreprise, et encore plus dans le domaine industriel, et plus encore dans le cadre d’un processus classique de rachat d’une entreprise familiale. » Un dossier exceptionnel, donc, à plus d’un titre, doublé d’une réelle ambition et d’une vision stratégique : développement international, croissance externe et transformation digitale, avec, en projet, la création d’une appli, notamment, pour optimiser la relation client.

Le métier, les clients : Euro-Tech délègue à ses clients industriels en maîtrise d’ouvrage ou en maîtrise d’œuvre, ou à la société d’ingénierie qu’ils ont missionnée, des compétences pour superviser la construction, l’arrêt technique ou le revamping (rénovation) de leurs installations, assuré par des sociétés de construction ou des intégrateurs. Supervision tout corps d’Etat, mais aussi ingénierie process, direction de chantier, coordination de travaux, logistique, planning ou cost control, font partie des compétences proposées aux clients d’Euro-Tech que sont Total, Engie, Arkema, Technip, Forster Wheeler, GRT Gaz, Exxonmobil, Petroineos, etc.

Les marchés · 80% du CA d’Euro-Tech est constitué par ses clients "oil and gas", un marché très fluctuant, crises pétrolières obligent, mais porté en France, depuis 2010, par de nombreux projets qui nécessitent la modification des infrastructures. Côté nucléaire, la construction de nouveaux réacteurs ou le démantèlement d’anciennes installations alimentent le marché mondial ; plus près de nous, des projets innovants visant à réduire la production de déchets (biomasse, power-to-gas et fusion) ouvrent la voie à de nouveaux chantiers. La chimie de spécialité, elle, se porte bien, compte tenu d’une forte demande et du prix en baisse des matières premières.

Les équipes · Sur ce marché hyperconcurrentiel et très atomisé, l’entreprise tire son épingle du jeu. Ses clients historiques lui font confiance, et ses plus de 25 années d’expertise la rendent incontournable, lui ayant notamment permis de construire un solide réseau de compétences et de clients. L’équipe commerciale constitue un autre atout, composée de techniciens qui connaissent les sites et les métiers, capables de comprendre rapidement les problématiques des industriels et d’apporter une réponse ad hoc. Ces moyens permettent à Euro-Tech de répondre à 95% des demandes de ses clients, avec une réactivité de l’ordre de 5 jours. Les collaborateurs, fidélisés, sont également suivis, évalués, formés et équipés. Cette maîtrise des compétences, renforcée d’un rigoureux management de la qualité (certification Mase, notamment), permet à l’entreprise de s’engager sur des moyens ou des résultats.

La compétitivité, l’avenir · L’organisation, enfin, constitue également une force lorsqu’il s’agit d’être compétitif (faibles coûts de structures) et réactif (circuit de décision court et expertise à tous les niveaux). Pour booster la croissance d’Euro-Tech, ses équipes vont développer l’activité là où elles se sont installées, continuer à étudier l’implantation dans d’autres pays, et évaluer la reprise d’autres entreprises du domaine, pour répondre à la demande du marché.

http://www.euro-tech.fr/

http://www.developpement-regional.t...

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: