En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Centrale Lille : 3 projets de recherche retenus

Publication: 11 juillet

Partagez sur
 
Suite à un appel à projets compétitif, l’I-SITE Université Lille Nord-Europe (ULNE) et l’Université KU Leuven (Belgique) ont accordé 9 thèses en co-tutelles pour l’année 2018...
 

3 projets sur les 9 retenus impliquent Centrale Lille :

- Laboratoire LaMCube - "Stimulation of muscle hypertrophy : exercising tissue engineered human skeletal muscle" (Pr. Mathias Brieu) Les premiers travaux d’ingénierie tissulaire liés à la création de muscles pour le système musculo-squelletal ont été élaborés dès les années 80 à partir de cellules musculaires de poulet. Depuis 2008, grâce à des travaux à KU Leuven, ces techniques ont évolué afin de permettre la fabrication de muscles à partir de cellules souches humaines. Ces muscles bio-artificiels (BAM) sont composés de myofibres alignés : ils permettent de construire des muscles de presque 2 cm de long et 1 mm d’épaisseur ; depuis peu, ils incluent des précurseurs de développement de vaisseau sanguins qui permettent la croissance de ces BAM à l’issue d’une implantation.

Pour assurer une véritable fonctionnarisation et donner des perspectives thérapeutiques à ces BAM, ceux-ci doivent pouvoir croître et se renforcer par l’intermédiaire de sollicitation et stimulation in-vitro. Ces développements requièrent un travail multi-disciplinaire entre ingénierie tissulaire et biomécanique.

Le projet « Stimulation of muscle hypertrophy : exercions tissue engineered human skeletal muscle » contribue au hub santé de l’I-SITE ULNE en développant la médecine personnalisée et le soin spécifique de régénérescence musculaire dans le but de modifier la pratique clinique.

- Laboratoire L2EP - "AC connection of wind farms on transmission system" (Pr. Xavier Guillaud).

Les énergies renouvelables sont amenées, de plus en plus, à jouer un rôle similaire aux centrales de production électrique traditionnelle sur le plan du contrôle de la tension et de la fréquence. La question du comportement dynamique des grands parcs éoliens se pose donc de manière assez fondamentale. Est-ce qu’un parc éolien comportant plusieurs dizaines d’éoliennes peut être modélisé simplement comme une grosse éolienne de puissance équivalente à la somme de toutes éoliennes unitaires ?

Cette approche, faite actuellement dans bon nombre d’études, mérite d’être affinée car elle n’a jamais été vérifiée réellement.

L’idée de la thèse consiste donc à partir de structures génériques de grands parcs éoliens, essentiellement offshore, et à construire un modèle équivalent au point de connexion en prenant en compte l’ensemble des câbles, transformateurs, les convertisseurs d’électronique de puissance ... pour être capable de proposer un modèle équivalent beaucoup plus précis. Ceci permettra de déterminer de manière beaucoup plus fine les services que peuvent réellement rendre les parcs éoliens sur le réseau.

- Laboratoire IEMN - "Interaction of ultrasonic waves with friction sensitive defects for nondestructive testing of materials" (Pr. Vladislav Aleshin, CNRS).

Une dizaine de techniques différentes existe actuellement pour contrôler et évaluer l’état de pièces, infrastructures et mécanismes industriels. Le sujet est particulièrement clé quand on connaît les incidences des pannes et accidents observés sur les équipes qui les utilisent.

La thèse de l’IEMN, qui porte sur le contrôle et l’imagerie non destructifs, va étudier en détail les méthodes par ultrasons et la thermographie afin de voir comment en tirer profit pour mener des diagnostics. L’objectif est de pouvoir traiter aussi bien des pièces industrielles que de grandes infrastructures telles que des moyens de transport (ex. avions) et des grands équipements (ex. centrales nucléaires et hydroélectriques, réservoirs de stockage, etc.).

Les travaux analyseront en détail le comportement des microfissures dans les pièces et infrastructures. Les mesures ainsi effectuées permettront par exemple d’estimer le degré d’endommagement d’une pièce et de déterminer l’évolution probable de la taille des fissures.

http://www.centralelille.fr

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: