En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Daniel Schulz et Ingmar Boos veulent révolutionner l’éclairage

Publication: 13 juin

Partagez sur
 
Des bureaux avec des luminaires à grilles traditionnels : une réalité pour maintes entreprises, considérée par Daniel Schulz et Ingmar Boos comme une horreur...
 

"Les luminaires de bureau ont souvent une allure technique et beaucoup d’entre eux n’offrent même pas une ambiance de travail agréable. C’est un non sens qui n’a pas lieu d’être", dit Boos. "Nous nous sommes posés la question : pourquoi n’est-il pas possible d’avoir au bureau un éclairage à la fois fonctionnel et décoratif ?"

Depuis sa création, de telles questions sont déterminantes pour l’agence de design Boos & Schulz Designagentur (BSD) : développer de nouvelles idées, sortir des sentiers battus, ouvrir de nouvelles voies : ce furent les objectifs des deux designers lors de la création de leur propre entreprise en 2011 et depuis, ils développent entre autres des concepts en matière d’éclairage, de design d’intérieur et de caravaning.

Oser le pas de plus

Au début les deux diplômés en design industriel avaient des idées pour des luminaires plutôt classiques : corps métalliques, ampoules, abat-jours. Le tout avait le mérite d’être bien pensé mais n’avait en soit rien d’extraordinaire. "Au début, nous étions bien trop fixés sur le mode de construction et la fonctionnalité, comme chaque fabricant de luminaires. Mais cela ne nous a pas menés bien loin. Nous nous sommes vite rendus compte qu’il fallait oser franchir une étape afin d’utiliser la lumière comme un élément esthétique", nous explique Boos. Leur idée : le luminaire ne doit en aucun cas voler la vedette à la lumière.

La technique DEL comme principal moteur

Lorsque Boos et Schulz développaient sur leurs ordinateurs les premières visions de luminaires sans corps, une révolution en matière de technique d’éclairage leur a servi de tremplin : les Light Emitting Diodes, à savoir les DELs, commençaient à prendre le pas sur les ampoules traditionnelles. "Les DELs ont non seulement un haut rendement énergétique par rapport aux ampoules classiques mais elles ouvrent également de nombreuses nouvelles possibilités en matière de design de par leur de mode de construction compact et leur lumière diffuse. Elles permettent par exemple d’avoir des éléments extrêmement fins", dit Schulz. En se basant sur cette technique, les créateurs de lumière développaient entre autres deux nouveaux types de luminaires pour le bureau, dont le corps est à peine perceptible et où la lumière devient un élément vivant.

De la vision au luminaire

"Nous avions les idées mais il nous fallait encore trouver des partenaires pour nous aider à les réaliser". Ce sont les mots de Schulz pour décrire les premiers pas vers la fabrication. Pour ce faire, Boos et Schulz se mirent en rapport avec des experts de l’éclairage : pour la transformation de matières plastiques la société axis GmbH & Co.KG et, en matière de DEL, l’entreprise OPTOLED LIGHTING GmbH. En un tour de main, les partenaires créaient en 2012 la marque OCARI® et développaient les premiers prototypes de leurs luminaires. Il fut très rapidement évident que le concept ne fonctionnait qu’avec un matériau doté de bonnes caractéristiques optiques. Au final, par exemple pour le luminaire Liviano, la lumière est émise par une série de DELs sises au centre du luminaire et n’est diffusée qu’à travers les lignes façonnées dans l’abat-jour.

Nous avons choisi PLEXIGLAS®. "II ne nous a pas seulement convaincu par sa photoconductivité, mais aussi par son apparence de haute qualité et parce que le matériau est facile à façonner," nous explique Schulz. Pour le modèle Cielo, le matériau ne doit pas seulement bien se laisser graver et découper, il doit pouvoir prendre une forme conique. Le résultat est impressionnant : allumé, le luminaire se dévoile par ses lignes flottantes. Éteint, le luminaire en PLEXIGLAS® transparent s’intègre discrètement dans le décor. Schulz : "Mes critères pour un luminaire parfait : je ne veux pas voir de corps métallique, je veux juste voir la lumière lorsque le luminaire est allumé."

http://www.world-of-plexiglas.com

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: