En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Nicole BRICQ et Arnaud MONTEBOURG nomment Jean-Louis LEVET haut responsable à la coopération industrielle et technologique franco-algérienne

Publication: Mai 2013

Partagez sur
 
La co-localisation au service de l’industrie et du commerce extérieur de la France...
 

L’Algérie et la France souhaitent renforcer et faire fructifier leurs relations. Tel est le sens de la déclaration d’Alger signée le 19 décembre 2012 par le Président de la République française et le Président de la République algérienne, et de la Déclaration conjointe franco-algérienne pour un partenariat industriel et productif signée par Nicole BRICQ et Arnaud MONTEBOURG avec Chérif RAHMANI, ministre algérien de l’Industrie, de la PME et de la promotion de l’Investissement. La France et l’Algérie doivent mettre le développement technologique et industriel au coeur de leurs stratégies économiques de long terme. L’Algérie, qui a entamé une politique volontariste de diversification de ses exportations et de relance de son industrie. La France, parce qu’elle doit améliorer sa compétitivité et redresser son appareil productif, afin de relancer sa croissance, l’emploi et la cohésion sociale.

Afin que cette coopération prenne corps, les ministres ont choisi de nommer Jean-Louis LEVET, Conseiller auprès du Commissaire général à l’investissement, haut responsable à la coopération industrielle et technologique franco-algérienne. Sa mission, d’une durée initiale d’un an, consistera à identifier- en relation étroite avec les correspondants désignés côté algérien - les possibilités de coopération technique, les partenariats en matière de recherche et développement et de filières industrielles, les coproductions envisageables entre entreprises, les circuits de commercialisation communs ainsi que les outils de financement des entreprises susceptibles d’être mobilisés.

Pour les ministres, « La France et l’Algérie abordent un tournant décisif pour leur avenir. Leurs relations privilégiées ne peuvent que contribuer à la construction d’un espace méditerranéen de prospérité partagée. Nous sommes persuadés que cette stratégie de développement technologique et industriel partagé peut avoir des effets positifs sur la compétitivité et l’emploi des deux pays ».

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email:


 

Dans la même rubrique