En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Nouveaux produits

NumWorks, faire aimer les maths avec la calculatrice graphique

Publication: 15 avril

Partagez sur
 
Un partenariat entre le lycée de la Plaine de Neauphle à Trappes et la start-up NumWorks démontre que les élèves « aiment les maths »...
 

Depuis décembre 2017, 40 lycéens de 1ère S collaborent ainsi avec NumWorks et sa calculatrice graphique française, dernière arrivée sur le marché. Avec cette calculatrice open source, qui s’inspire de la simplicité de l’iPhone et de la fluidité des consoles de jeu, les lycéens prennent part aujourd’hui à l’excellence française en mathématiques.

Lancée en septembre 2017, NumWorks a développé en France la première calculatrice open source, moderne, intuitive, évolutive, engagée… et la start-up a pour ambition de faire aimer les mathématiques aux lycéens !

C’est au cours d’une rencontre avec l’équipe d’inspection de mathématiques de l’Académie de Versailles à la rentrée de septembre 2017, que les inspecteurs ont proposé à NumWorks de mettre en place un partenariat avec un lycée de l’académie. NumWorks a saisi cette opportunité pour valider l’intérêt de sa calculatrice nouvelle génération auprès d’élèves et de professeurs et pouvoir tester de futures fonctionnalités. Et c’est le lycée de la Plaine de Neauphle à Trappes qui s’est porté volontaire pour cette expérience ! Classé en Réseau d’Education Prioritaire (REP), le lycée de Trappes met en œuvre de nombreuses actions et participe à de nombreux programmes pour élargir les horizons de ses élèves et augmenter leurs chances de réussite. Depuis le mois de décembre, les 40 élèves de première S du lycée sont donc équipés d’une calculatrice NumWorks.

On pourrait penser qu’il s’agit d’une démarche purement commerciale, mais la start-up et le lycée sont allés bien au-delà en mettant en place une expérience fédératrice de recherche et développement qui porte ses fruits pour les élèves comme pour l’entreprise ! La Proviseure, Anne-Laure Arino a notamment veillé à l’éthique du projet et a proposé un partage d’expériences qui met les élèves au cœur du projet plutôt que d’organiser un simple test de la calculatrice. « Faire découvrir aux élèves le monde de l’entreprise par la venue d’une start-up et de ses collaborateurs est une opportunité pour nos élèves. Ils peuvent ainsi développer des connaissances sur le monde de l’entreprise et acquérir des compétences liées à l’esprit d’engagement, d’équipe et d’entreprendre en travaillant autour d’un projet concret : le développement d’un produit nouveau ». Elle ajoute aussi « et si en plus on leur permet de développer le goût des mathématiques et bien ce sera parfait ! ».

Après quelques semaines d’utilisation, Luca Agostino le professeur de mathématiques des élèves de première S concernés, est très satisfait : « le projet est fédérateur, les élèves sont investis dans une démarche de recherche et développement. Ils se sentent valorisés et ils jouent le jeu en faisant remonter régulièrement leurs commentaires et suggestions. ».

Pour NumWorks, cette expérience est également très positive comme l’explique Romain Goyet, fondateur de NumWorks : « il est incroyable de voir comment un objet peut mobiliser et motiver des jeunes, et leur donner envie de se surpasser. D’autant que chez NumWorks, notre ambition a toujours été de démocratiser l’apprentissage des mathématiques ». A entendre le témoignage des élèves, la start-up semble en bonne voie : « avec cette calculatrice, on pourrait même aimer les maths ! ». Les élèves se sont mobilisés pour proposer de nouvelles idées qui seront bientôt intégrées dans de futures évolutions de la calculatrice. En effet, les équipes de NumWorks se rendent régulièrement dans le lycée pour échanger avec les élèves et leur professeur afin de faire de NumWorks une calculatrice sur mesure pour le lycée en France.

Cette expérience a également fait naître d’autres projets parallèles entre le lycée et la start-up avec notamment l’accompagnement d’un cas pratique avec une classe de BTS de management des unités commerciales ou encore la tenue d’un stand pour présenter les différents métiers de la start-up à l’occasion de la journée d’orientation du lycée. A travers ces projets, NumWorks montre que même une jeune start-up peut s’investir pour faire vivre ses valeurs et exercer ainsi sa responsabilité sociale d’entreprise.

http://www.numworks.com

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: