En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Etude Wrike, un salarié sur quatre perd encore toute motivation dans son travail

Publication: 16 avril

Partagez sur
 
48% des salariés français déclarent travailler en mode collaboratif, 47% d’entre eux indiquent que leur entreprise utilise déjà des méthodes de management agiles...
 

Toutefois, 40% d’entre eux s’estiment encore sous évalués par leur management en raison d’un manque de visibilité sur leur travail quotidien. Confrontés à la révolution numérique, les entreprises françaises transforment leurs processus en conséquence pour optimiser leur efficacité opérationnelle dans un environnement toujours plus concurrentiel.

Confirmant que cette transformation digitale est en marche, 75% des salariés français estiment que l’efficacité opérationnelle de leur entreprise est dans la bonne moyenne voire excellente. 48% d’entre eux déclarent travailler d’ores et déjà en mode collaboratif, et 47% indiquent que leur entreprise a adopté des méthodes de gestion agiles.

Toutefois, toutes les entreprises n’avancent pas au même rythme, et nombre d’entre elles montrent encore des insuffisances en termes d’excellence opérationnelle.

C’est ce que révèle l’étude Digital Work Report 2018 menée par Atomik Research au quatrième trimestre 2017 à l’initiative de Wrike, éditeur d’une solution de gestion des tâches et des projets en mode collaboratif, conjointement auprès d’un échantillon représentatif de 1000 professionnels – employés, responsables d’équipe et cadres – dans des entreprises de toutes tailles dans chacune des trois premières économies européennes : l’Allemagne, la France et le Royaume Uni.

A noter que dans cette course à l’efficacité opérationnelle via la transformation digitale, les conclusions de l’enquête sont globalement proches les unes des autres dans les trois pays concernés, ce qui semble montrer une uniformisation des processus opérationnels dans les principaux pays européens.

Encore trop de systèmes disparates pour gérer les tâches quotidiennes

Le manque d’uniformisation des outils et des procédures, joint à une visibilité et une communication insuffisantes sur le statut des tâches restent les principaux domaines où d’importants progrès restent à faire dans les entreprises françaises.

40% des salariés français interrogés s’estiment encore sous évalués par leur manager en raison d’un manque de visibilité sur la qualité de leur travail quotidien.

De même, 40% des salariés interrogés déclarent ne pas toujours connaître le niveau de priorité des différentes tâches qui leur sont confiées.

Interrogés sur les principaux freins qui entravent encore le bon fonctionnement de leur équipe de travail, ils citent en premier lieu l’utilisation de trop de systèmes différents pour gérer leurs tâches quotidiennes (26,2%), et en second lieu un manque clarté et de compréhension des objectifs clés au sein des équipes (21,4%). Le podium est complété par une incapacité à s’adapter à l’évolution des demandes en raison d’une rigidité trop forte des processus (18,8%). Suivent l’absence d’un ensemble unique d’outils de travail (17,7%) et de processus de travail (17,2%).

Un puissant facteur de démotivation

Les blocages et dysfonctionnements au sein des équipes, et plus généralement le manque d’efficacité opérationnelle, sont un puissant facteur de démotivation des employés. Confrontés à ce type de situation, un quart des salariés interrogés (25,3%) déclarent avoir perdu toute motivation dans leur travail. Beaucoup d’entre eux ont certes recommandé des améliorations dans la gestion des opérations à leur management, ou même activement défendu des améliorations dans leur équipe, mais ç un degré moindre (22,5% et 18% respectivement).

A noter que seuls 16,8% des salariés français se sont résolus à chercher un nouvel emploi dans ces circonstances, à comparer avec 32,8% des salariés britannique, et 21,8% des salariés allemands.

Les français en pointe sur beaucoup de critères d’efficacité opérationnelle

Cependant, malgré ces dysfonctionnements, les salariés français sont plutôt bien placés par rapport à leurs homologues allemands et britanniques dans leur marche vers l’excellence opérationnelle.

Interrogés sur les principaux critères définissant l’efficacité opérationnelle déjà mis en œuvre dans leur équipe de travail, ils sont en pointe dans les domaines de la capacité d’anticipation face aux demandes des clients (46,4% contre 45% pour le Royaume Uni et 35,4% pour l’Allemagne), de la réactivité face aux changements via des méthodes agiles (47,1% contre 44,7% pour le Royaume Uni et 46% pour l’Allemagne), et de l’utilisation d’indicateurs de performance sur l’exécution des tâches (46,3% contre 40,7% pour le Royaume Uni et 36,5% pour l’Allemagne).

Ils sont également en bonne position pour leur capacité à travailler en mode collaboratif (48% alors que les allemands leaders sont à 50%) et pour la mise en œuvre d’une démarche d’amélioration continue de la qualité (45,9% quand les anglais, en pointe, sont à 46,9%).

http://try.wrike.com

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: