En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Nouveaux produits

Fluigent : microfluidique, la révolution industrielle au micron près

Publication: 5 avril

Partagez sur
 
Avec son véritable « laboratoire sur puce », le pionnier français dans les solutions microfluidiques permet à la recherche médicale et scientifique de progresser de manière spectaculaire...
 

Ses solutions de contrôle de flux permettant, par exemple, de simuler le comportement d’organes, s’exportent au niveau mondial et sont utilisées dans des domaines variés tels que la biologie, la médecine, la pharmacologie, la cosmétologie, l’agroalimentaire, la chimie, la physique, etc. Du traitement du cancer aux nouveaux combustibles ou aux déodorants de demain, Fluigent ouvre des perspectives complètement nouvelles.

Fluigent propose, entre autres, une plateforme support d’organe artificiel sur puce, capable de simuler le vivant. Cela permet aux industriels et laboratoires d’inventer plus rapidement et plus efficacement les médicaments de demain, tout en économisant de fastidieuses et coûteuses expérimentations et en réduisant les quantités de matière utilisées et les expérimentations animales.

Fluigent a mis au point une instrumentation ultra précise et stable qui permet, par l’utilisation de logiciels et l’ajout de vannes, aiguillages et capteurs, de contrôler des écoulements dans des circuits microfluidiques. Fluigent a été la première entreprise à remplacer les « pousse-seringues » mécaniques utilisées aux débuts de la microfluidique par des pompes à pression, d’une fiabilité sans précédent.

Née dans les années quatre-vingt-dix, la microfluidique permet de contrôler le comportement de fluides circulant dans des canaux gravés dans une plaque de matière plastique ou de verre. Par un arrangement judicieux de ces microcanaux, il est possible de créer des millions de minuscules échantillons chimiques, biologiques, etc. Contrôlés par logiciel, ces « laboratoires sur une puce » qui simulent le vivant ont la capacité de réaliser automatiquement, à un rythme très élevé et avec une quantité de matière infime, des manipulations de laboratoire effectuées hier encore à la main ou par des robots, avec un gain de temps se comptant en années et un coût divisé par un facteur de l’ordre de 10 millions. La microfluidique ouvre le champ à de nouvelles possibilités d’aider au diagnostic, d’examiner l’effet d’une substance thérapeutique sur une cible, de détecter un problème d’hygiène dans une chaîne de production, de sélectionner la bonne souche de levure, etc. Elle constitue un enjeu majeur : selon une étude de MarketsandMarkets publiée en 2015, on évalue son CA à 3, 1 milliards de dollars et à 7,5 milliards de dollars pour 2020.

Pour France Hamber, CEO de Fluigent « Le développement de La microfluidique aujourd’hui s’apparente à celui de l’électronique, il y a une cinquantaine d’années, avec l’avènement de la microélectronique. La plateforme Fluigent, véritable moteur de simulation du vivant, vient accélérer la recherche à un niveau sans précédent et rend possible des innovations majeures dans des délais et à des coûts proprement révolutionnaires ».

Fluigent, la génèse

Tout démarre en 2003, à l’institut Curie, où Jean-Louis Viovy dirige une équipe (MMBM, pour Macromolécules et Microsystèmes pour la Biologie et la Médecine) qui travaille sur un outil pour analyser le code génétique. Son équipe a réalisé un montage microfluidique qui manipule des brins d’ADN. Malgré une accélération exponentielle du processus, le système est ralenti par l’impossibilité de stabiliser les écoulements dans des microcanaux dans des temps de réponse très court. Pour relever ce défi, l’équipe a l’idée d’utiliser un dispositif de contrôle de pression à temps de réponse très court pour mettre les fluides en mouvement. Cette découverte conduira à un brevet déposé par l’institut Curie et l’Université Pierre et Marie Curie. Fluigent, qui bénéficie d’une licence mondiale de ce brevet, a développé les équipements et les logiciels permettant la mise en œuvre effective de cette invention. Fluigent a depuis inventé de nouvelles fonctions dont les dispositifs et procédés de mise en oeuvre ont également fait l’objet de dépôt de brevets dans de nombreux pays du monde.

La startup Fluigent, créée en 2006, s’est ainsi imposée progressivement comme spécialiste du contrôle des écoulements dans les dispositifs microfluidiques. Fluigent s’applique à fournir des solutions complètes, incluant matériel (FlowEZ), logiciel et service destinés à résoudre les problèmes d’écoulement à des laboratoires de recherche et des industriels du monde entier.

http://www.fluigent.com

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: