En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

La numérisation de la construction mécanique

Publication: 5 décembre

Partagez sur
 
La numérisation a le potentiel d’augmenter de 103,2 à 160,5 milliards de dollars le chiffre d’affaires des constructeurs de machines-outils...
 

La dernière recherche de Siemens Financial Services (SFS) évalue la valeur de la performance de productivité engendrée par la numérisation/automatisation (Industrie 4.0) au sein du secteur de la construction mécanique.

Le rapport, intitulé Prime de productivité de la numérisation : Construction mécanique, estime la valeur potentielle de la numérisation à 103,2-160,5 milliards de dollars pour le secteur mondial de la construction mécanique.

Pourtant, en l’absence d’outils de financement spécialisés, les fabricants auront des difficultés à effectuer l’investissement technologique nécessaire dans la transition numérique de l’Industrie 4.0.

À l’occasion du salon SPS IPC Drives 2017, Siemens Financial Services (SFS) a rendu public un nouveau rapport de recherche sur la valeur de la numérisation pour les constructeurs de machines-outils dans les pays suivants : Chine, France, Allemagne, Inde, Finlande, Norvège, Suède , Pologne, Russie, Espagne, Turquie, Royaume-Uni et États-Unis.

La valeur potentielle de la numérisation est comprise entre 103,2 et 160,5 milliards de dollars pour le secteur mondial de la construction mécanique.

Les technologies numériques de nouvelle génération (appelées Industrie 4.0) permettent aux fabricants d’optimiser leurs performances grâce à la hausse de la productivité, à l’amélioration de la planification et des prévisions, à l’augmentation de la compétitivité et de la viabilité financière.

Bien que la productivité fasse intervenir des éléments différents selon les secteurs et les pays, son accroissement (produire le même nombre de produits pour moins cher ou davantage de produits pour le même prix) a un effet positif clair et calculable sur les coûts et les marges. Cet effet positif porte le nom de prime de productivité de la numérisation.

Le rapport se sert d’un modèle statistique créé par SFS pour évaluer la prime de productivité de la numérisation engendrée par les gains financiers de la numérisation et de l’automatisation.

Dans le secteur de la construction mécanique, par exemple, la numérisation et la technologie des capteurs simplifient le contrôle à distance, la surveillance et l’ajustement de la ligne de production, ce qui permet ainsi d’affiner les processus et de programmer la maintenance de façon prédictive afin de maximiser le temps de fonctionnement.

Pour surmonter les obstacles à l’investissement dans les technologies de l’Industrie 4.0, des sociétés de financement spécialisées ont développé un ensemble d’outils de financement (« Financement 4.0 ») qui permettent la transition vers des technologies numériques de nouvelle génération d’une manière abordable, pérenne et conçue pour alléger les pressions sur les flux de trésorerie des fabricants.

Le rapport examine ces méthodes de financement spécialisées, parmi lesquelles les solutions de financement, de mise à jour et mise à niveau des technologies, de financement de logiciel, de financement « pay for outcomes », et de financement de transition.

« La capacité d’accroissement de la productivité manufacturière est le point de départ universel pour mesurer la valeur de la numérisation, et la raison pour laquelle les fabricants de machines-outils investissent dans la mise à niveau technologique de l’Industrie 4.0 », explique Thierry Fautré, Président chez Siemens Financial Services France. « Les fabricants ont besoin de montages financiers intelligents pour pouvoir faire cette transition de façon pérenne. »

http://www.siemens.com

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: