En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Danfoss SER, Le goût de la destruction

Publication: 17 novembre

Partagez sur
 
Pour sauver la planète, nous devons lutter contre le gaspillage alimentaire...
 

Imaginez un instant : vous faites une halte au supermarché après une longue journée de travail et achetez trois sacs de provisions pour le dîner. Alors que vous regagnez votre voiture, vous vous dirigez vers la poubelle la plus proche et y jetez un demi-sac de courses. Une fois arrivé chez vous, vous jetez directement l’autre moitié du sac dans la poubelle de votre cuisine.Vous êtes certainement en train de vous dire : « Je ne ferais jamais une chose pareille. » Pourtant, ce scénario reflète la façon dont fonctionne notre système alimentaire actuel. Près d’un tiers des aliments produits dans le monde sont gaspillés, un terme qui englobe aussi bien les pertes que le gaspillage alimentaire. La différence entre pertes alimentaires et gaspillage alimentaire est assez simple. Par exemple, lorsque des pommes récoltées tombent d’un camion ou pourrissent pendant le transport, on considère que c’est une perte alimentaire. En revanche, lorsque des aliments destinés à la consommation humaine se détériorent ou ne sont pas consommés, comme des pommes qui pourrissent au supermarché ou sont jetées par un client parce qu’il en a acheté en trop grande quantité, on parle de gaspillage alimentaire. Je trouve socialement et éthiquement inacceptable que 30 % des aliments soient gaspillés dans un monde où une personne sur neuf souffre de malnutrition.

Prenez l’Inde, par exemple. Le deuxième producteur d’aliments du monde abrite également le quart des personnes souffrant de malnutrition à travers le monde. Les inefficacités et le manque de réfrigération dans la chaîne alimentaire engendrent actuellement jusqu’à 40 % de pertes alimentaires, ce qui est à l’origine d’une hausse du nombre de personnes souffrant de la faim. L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) dénonce et combat ce paradoxe à l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation, une initiative de sensibilisation annuelle dont l’objectif est de réduire le gaspillage alimentaire, de lutter contre la faim la pauvreté et le réchauffement climatique.

La mise en place de chaînes du froid efficaces peut réduire les pertes alimentaires de 40 %

Et l’Inde n’est pas le seul pays concerné ; une grande partie des pertes alimentaires mondiales sont dues à des chaînes d’approvisionnement inefficaces. Une bonne partie des aliments consommés aujourd’hui sont périssables, y compris les fruits, la viande et les produits laitiers. Le Birmingham Energy Institute (Royaume-Uni) estime que dans les pays en développement, 90 % du gaspillage alimentaire est dû à une perte alimentaire le long de la chaîne d’approvisionnement. Le conditionnement, le stockage et le transport des produits périssables à la bonne température permettent de prolonger leur durée de vie, de réduire les pertes alimentaires de 40 % dans les pays en développement (selon nos estimations) et de veiller à ce que davantage d’aliments se retrouvent sur les tables de la population actuelle, en croissance constante.

La limitation des pertes alimentaires aura d’importants avantages sociétaux

Chaque année, 940 milliards de dollars sont perdus et 4,4 milliards de tonnes de gaz à effet de serre sont émises lors de la production d’aliments qui ne seront jamais consommés. Pensez un peu à ce litre de lait qui pourrit sur l’étagère d’un supermarché. Ce lait ne rapporte pas d’argent au propriétaire du supermarché et il génère même des pertes en termes de coûts de stockage et de transport. Plus haut dans la chaîne d’approvisionnement, on retrouve la vache qui a servi à produire le lait, les aliments qui ont été nécessaires pour nourrir la vache, la parcelle de terre occupée pour produire ces aliments et bien d’autres facteurs. Si nous utilisons plus intelligemment les aliments que nous produisons déjà, il sera possible de distribuer des produits frais à un grand nombre de personnes tout en limitant l’impact d’une telle production sur l’environnement. L’amélioration de la chaîne du froid dans les pays en développement peut également permettre d’augmenter considérablement les revenus des petits exploitants, car davantage de leurs produits atteindraient alors le consommateur final.

La mise en place de chaînes du froid numériques et efficaces permet de réduire les pertes alimentaires C’est une erreur de penser que les pertes alimentaires concernent essentiellement les pays en développement alors que le gaspillage alimentaire est prédominant dans les pays développés. En réalité, malgré des installations frigorifiques modernes, des usines de conditionnement réfrigérées et un accès au transport réfrigéré, le taux de gaspillage alimentaire en Europe s’élève encore à 40 %. Le premier responsable de ces pertes, c’est le manque de systèmes de surveillance et de traçabilité permettant de connecter les différents éléments d’une chaîne du froid. Alors que les différentes parties de la chaîne du froid sont souvent gérées par plusieurs individus ou sociétés, il est difficile de garantir que les produits ont été stockés aux bonnes températures à chaque étape du processus.

Le suivi de la température des produits en temps réel via un système de traçabilité basé sur le cloud permet de s’assurer que les produits restent à la bonne température et au bon taux d’humidité, pour une hygiène et une sécurité alimentaires optimales. Si la température descend en dessous des niveaux acceptables, toutes les parties en charge de la surveillance reçoivent une alerte, et l’intervenant responsable peut agir rapidement pour résoudre le problème. Ces niveaux de transparence et de sécurité offrent d’énormes avantages à chaque personne impliquée dans le processus, du fermier au distributeur et de l’expéditeur à l’épicier. Tous peuvent être sûrs que le produit a été traité de manière appropriée. Par le passé, la surveillance des températures n’était pas considérée comme essentielle à la mise en place d’une chaîne du froid efficace, mais les récentes innovations en matière de technologies de suivi en font la solution idéale pour garantir la meilleure efficacité qui soit et réduire encore davantage les pertes alimentaires.

Gardez vos trois sacs de provisions

Je vous encourage à réfléchir à vos habitudes d’achat et de consommation la prochaine fois que vous irez au supermarché. Pensez un peu à combien d’aliments ont déjà été perdus avant d’arriver jusqu’ici. Chez Danfoss, nous continuerons à produire des innovations qui permettront la mise en place d’une chaîne du froid plus efficace. En travaillant ensemble, nous pouvons tous contribuer à réduire le gaspillage alimentaire, à améliorer la qualité et l’innocuité des aliments et à utiliser les ressources de notre planète de manière plus efficace.

http://www.danfoss.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: