En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

L’intelligence artificielle au service des directions financières

Publication: 20 octobre

Partagez sur
 
Les Rendez-vous de la finance digitale ont inauguré leur nouveau cycle de rencontres organisé par l’APDC et BearingPoint, le 12 septembre dernier autour de projets innovants...
 

Le but est de découvrir et d’échanger les pratiques les plus avancées en matière de digitalisation de la fonction finance.

Cette première conférence traitait du thème de l’intelligence artificielle et notamment dans le domaine des processus transactionnels. Animée par Sébastien Canonne, directeur associé chez BearingPoint, cette conférence a mis en lumière plusieurs cas d’application, organisés en quatre temps forts :

- Phil Rice, Head of Credit chez LafargeHolcim UK a fait part de son expérience dans la mise en place de la solution Alloc8 de l’éditeur Rimilia, lui ayant permis de réduire drastiquement les encaissements non alloués et de gagner 6 ETP sur une équipe de 11 personnes. Cette solution repose sur l’intervention d’un robot pour lire et reconnaître les informations nécessaires (avis de virement, chèques, virements…) et réaliser directement le lettrage dans le système d’information de la société. Ainsi, c’est l’ensemble de la chaîne Order-to-Cash qui s’en trouve fluidifié.

- En avant-première française, les équipes d’IPSoft ont dévoilé, l’intelligence artificielle la plus humaine du marché, Amélia. Deux cas d’usage dans les centres de services partagés sur le processus Purchase-to-Pay ont été illustrés sous forme de démonstration : l’interaction avec un fournisseur s’interrogeant sur le statut de sa facture, puis avec un employé à propos de sa note de frais. Ces exemples ont démontré les capacités d’Amélia à s’adapter progressivement afin de répondre à plus de 70% des questions posées en quelques semaines.

- Nofel Goulli, associé en charge des projets de robotisation et d’intelligence artificielle chez BearingPoint, a présenté un décryptage des tendances en la matière.

- Pour conclure, Elina Badetz, Directrice du CSP comptable d’EDF et Philippe Cabanis, Directeur adjoint du processus achats fournisseurs ont apporté leur retour d’expérience sur la mise en place d’Owee pour gérer automatiquement les quelques 250 mails reçus chaque jour de la part de leurs près de 4 000 fournisseurs. Grâce à l’analyse sémantique, le projet doit permettre d’automatiser le routage, la priorisation et le prétraitement des mails, en visant un gain de 60% du temps de traitement.

4 points clés à retenir

- Robotisation ou intelligence artificielle ?

La robotisation prend en charge des tâches simples et répétitives, selon un script préalablement défini. L’intelligence artificielle ouvre d’autres possibilités, grâce à l’apprentissage autonome (machine learning) et l’exploration de données structurées ou non (deep learning). BearingPoint souligne l’intérêt de l’« Intelligent Automation », combinant robotisation et intelligence artificielle, pour atteindre les objectifs de productivité et d’efficacité des processus.

- Solution générique ou solution verticale ?

Au cours de la conférence, deux types d’outils ont été présentés : des solutions « verticales » comme Alloc8 et des solutions génériques comme Amélia. Les premières permettent d’adresser parfaitement un processus donné car elles s’appuient sur une connaissance profonde du métier. A contrario, cela entraîne une certaine multiplication des solutions pour chaque cas d’usage. Au contraire, les solutions génériques, plus onéreuses à mettre en place, permettent d’embrasser des thématiques diverses.

- Quels cas d’usage ?

Tous les processus financiers sont naturellement éligibles à l’intelligence artificielle, pourvu que l’on adresse un nombre significatif de cas d’usage. Au-delà des processus transactionnels vus en conférence, déjà largement automatisés, le processus Record-to-Report est également un terreau fertile : réconciliation, traitement des provisions, analyse des états financiers… sont autant de cas d’usages potentiels. De manière transverse, toute l’administration des référentiels est particulièrement pertinente pour l’intelligence artificielle.

- Comment se lancer ?

Contrairement aux grands projets ERP, la mise en place de ces nouvelles solutions, disponibles dans le Cloud, s’opère en quelques semaines ! La façon de conduire les projets est radicalement différente puisqu’on se retrouve quasiment en préproduction dès la phase de prototypage en travaillant sur des données réelles.

http://www.bearingpoint.com/

http://www.apdc-france.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: