En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Trois raisons d’arrêter de se partager les certificateurs de câblages

Publication: 21 septembre

Partagez sur
 
D’après les recherches menées par IDEAL Networks, de nombreux installateurs de câblages et réseaux se partagent les certificateurs entre les équipes afin de minimiser leurs dépenses en achats d’appareils...
 

Tim Widdershoven d’IDEAL Networks explique pourquoi cette solution n’est finalement pas forcément la meilleure pour une entreprise.

1. C’est une économie superficielle

Parmi les appareils nécessaires à l’installation et le test de câblages de données, les certificateurs font partie des testeurs les plus chers. Ainsi les entreprises voulant moins dépenser préfèrent que les techniciens se partagent quelques certificateurs plutôt que d’en acheter un par équipe. Mais en pratique, cette solution est rarement rentable car les certificateurs sont centralisés au siège de l’entreprise puis envoyés sur les différents chantiers entraînant alors des dépenses notables de gestions et de transport, ce qui est d’autant plus vrai quand la zone géographique couverte est vaste.

2. Cela occasionne des retards

Nous avons également découvert dans nos études que le partage des certificateurs entraîne un autre problème récurrent : un retard dans la réalisation et la finalisation des projets. Les installations qui requièrent une recette informatique et une garantie constructeur nécessitent l’utilisation absolue d’un certificateur. Mais parfois, tous les certificateurs sont utilisés ailleurs, ou il faut du temps pour qu’ils arrivent sur site et cela décale alors les facturations et paralyse la trésorerie.

Les tâches peuvent aussi prendre plus de temps que prévu et les techniciens ne seront donc pas en capacité d’intervenir sur d’autres chantiers.

3. Cette solution n’est parfois pas indispensable

De nombreuses entreprises estiment avoir besoin de plus de certificateurs. Pourtant, l’utilisation d’un certificateur (le LanTEK® III d’IDEAL Networks par exemple) n’est impérative que pour environ 25 % des chantiers quand une recette ou une garantie du constructeur de système de câblage sont imposées. Pour les 75 % restant, un testeur de transmission moins cher, comme le SignalTEK® CT ou le SignalTEK NT, conviendrait parfaitement en fournissant un rapport professionnel attestant la preuve de la performance qualifiante du réseau, aux clients finaux.

Ce type d’appareil étant moins cher, chaque équipe & véhicule pourra ainsi posséder son propre testeur. En mixant ainsi les types d’appareils les entreprises éviteraient tout retard et économiseraient de l’argent : jusqu’à 57 % dans certains cas expertisés.

Les retours des installateurs montrent aussi que choisir le bon type d’appareils et la bonne quantité est crucial pour leur profitabilité et la flexibilité des équipes terrain. Avec l’aide des constructeurs de testeurs, les entreprises doivent analyser finement les tâches qu’elles devront effectuer et choisir ainsi au mieux les certificateurs et autres testeurs dont elles ont réellement besoin tout en minimisant leurs investissements.

Avec les appareils d’DEAL Networks, ceci est tout à fait réalisable. Et pour aller plus loin dans l’aide aux installateurs dans le choix de leurs flottes de testeurs, IDEAL Networks a lancé sa solution innovante « Test4Less », une combinaison de solutions, contrats de services et méthodes de paiement.

Afin d’optimiser au mieux ces investissements, maximiser leur productivité et améliorer leur trésorerie, nous avons résumé les principaux résultats clés de nos études dans un livre blanc "Cinq frustrations ressenties et défis à relever par les installateurs de câblages en 2017".

http://www.idealnetworks.net/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: