En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Les métiers techniques c’est cool et c’est au comptoir Suisse !

Publication: 18 septembre

Partagez sur
 
Une récente enquête de Swissmem a démontré qu’au cours des cinq prochaines années, les professions techniques de la branche MEM auront besoin d’engager 17’000 professionnels compétents chaque année en Suisse...
 

Et chaque année de nombreuses places d’apprentissage dans ces mêmes métiers restent vacantes ! Le CPNV (Centre Professionnel du Nord Vaudois), en collaboration avec le projet #bepog de revalorisation des métiers techniques, sera présent au Comptoir suisse à Lausanne (Palais de Beaulieu) du 15 au 24 septembre dans la Halle n°7. Le but ? Démontrer aux jeunes et à leurs parents que les métiers techniques sont des métiers d’avenir.

L’importance de la technique en Suisse romande

Le tissu économique suisse repose largement sur le savoir-faire technique de près de 8’000 PME dont le 95% ont moins de 10 employés. Ce sont près de 400’000 emplois qualifiés qu’il faudra remplacer au fil des départs à la retraite. Yann Saison, doyen « relations et Innovations » au CPNV, organisateur du « village technique » explique : « Les métiers techniques sont des métiers d’avenir, nous sommes actifs dans des domaines où le niveau de chômage est bas ». Pierre-Yves Kohler responsable du projet #bepog continue : « La relève dans les métiers techniques n’est pas assurée et nous devons sensibiliser tous les publics, notamment les jeunes, leurs enseignants et leurs parents sur le fait que ce sont des métiers intéressants, ouverts et créateurs de valeur ».

Une action d’envergure

Depuis deux ans, l’action #bepog se déploie vers de nombreux publics et avec plusieurs types d’activités : des rencontres avec les écoles, des visites d’entreprises avec des enseignants, l’installation d’imprimantes 3D dans les écoles, des cours de robotique pour les enfants, une campagne de communication ou encore la collaboration avec les « villages techniques » lors des salons des métiers. Pierre-Yves Kohler explique : « Toutes les enquêtes le démontrent, nous risquons la pénurie de main-d’œuvre dans les métiers techniques et pourtant ce sont des métiers passionnants et ouverts à toutes les carrières ».

Emanant d’une volonté politique des quatre cantons de l’Arc jurassien dans le cadre de son programme de politique régionale, le projet #bepog est conduit sous l’égide d’arcjurassien.ch et a pour objectifs de donner envie aux jeunes de s’orienter vers les métiers techniques et de contribuer au maintien de l’industrie dans l’Arc jurassien. Au niveau suisse, ce programme est porté par la Fondation FocusTECH créée pour l’occasion par FAJI, Swissmem, GIM.ch et l’UIG (Union Industrielle Genevoise).

Des idées reçues à changer

« Un point de frustration est l’image des métiers techniques auprès des publics ne connaissant pas le domaine. Par exemple aujourd’hui un polymécanicien qui travaille dans un atelier passe probablement une bonne partie de son temps sur un ordinateur ou une commande numérique… et selon l’atelier dans lequel il travaille, le sol y est plus propre que celui d’un hôpital. Nous sommes très éloignés des images d’ateliers du début du siècle » explique Yann Saison. Autre idée reçue communément partagée, les apprentissages sont destinés aux mauvais élèves et sont de véritables voies de garage. Un bon élève risquerait ainsi de gaspiller sa vie à entrer dans le monde professionnel par un apprentissage. Le doyen s’insurge : « Un jeune qui commence un apprentissage peut bien entendu décider de rester un professionnel compétent dans son métier et y réussir sa vie. Il peut également continuer à se former pour devenir, technicien ou ingénieur. Et s’il veut ensuite étudier à l’école polytechnique fédérale ou à l’université, c’est également possible : toutes les portes sont ouvertes ».

Les métiers techniques c’est cool …et indispensable

Les jeunes (et les moins jeunes) sont aujourd’hui hyperconnectés et disposent d’objets technologiques inimaginables il y a seulement quelques années. Le point commun entre penser, créer, designer, industrialiser, produire, automatiser et contrôler tous ces objets technologiques ? Les métiers techniques ! Sans tous ces spécialistes qui inventent le futur en permanence, il n’y aurait pas d’industrialisation. Ce sont des métiers indispensables et encore trop souvent dévalorisés. L’image de l’atelier du siècle passé est bien loin…

Les métiers techniques c’est aussi pour les filles

Si les métiers techniques n’ont pas bonne presse, c’est encore pire lorsqu’ils sont envisagés pour les filles. Lors du dernier salon des métiers auquel #bepog a participé, un groupe de jeunes filles est passé très rapidement. Une heure plus tard, l’une d’entre elles est revenue pour se renseigner…. Et elle nous a avoué qu’elle n’avait pas osé manifester son intérêt devant ses copines. C’est très frustrant de voir comme faire un apprentissage technique peut être perçu négativement. En matière d’apprentissages, selon les statistiques des quatre cantons de l’Arc jurassien (VD, NE, BE et JU), la moitié des filles se répartissent dans quatre professions différentes, contre douze pour les garçons, mais en réalité le choix est bien plus vaste et tous les métiers sont ouverts aux femmes comme aux hommes… oui, les métiers techniques également !

Nombreuses activités ludiques sur le stand

Les organisateurs du village technique remercient les organisateurs du Comptoir suisse de l’opportunité qui leur a été donnée de se présenter à Lausanne. Les jeunes pourront ainsi découvrir la technique par le biais de nombreuses activités intéressantes et ludiques. Ne manquez pas de visiter le comptoir et de passer dans la halle 7 !

http://www.bepog.ch/

http://www.faji.ch/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: