En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

FIT met en lumière les premières activités de l’accord inter-IRT

Publication: 21 juin

Partagez sur
 
L’accord inter-IRT, signé fin 2016 au sein de FIT, crée les conditions d’une optimisation des activités des IRT dans le domaine de la fabrication additive pour relever le défi stratégique du développement de ces technologies...
 

La fabrication additive est un sujet en plein développement et à des niveaux de maturité variables selon les matériaux et procédés. Différents rapports prédisent que le marché de la fabrication additive devrait avoisiner les 20 milliards d’euros d’ici 2020. De nombreuses initiatives et sollicitations se font jour apportant un risque de dispersion et redondance. Le spectre de compétences nécessaires est largement multidisciplinaire. Le volume de données expérimentales à traiter est gigantesque. Les coûts des équipements sont encore élevés : la simple acquisition d’une machine implique un investissement généralement supérieur à 1 million d’euros. L’industrie aéronautique doit relever le défi stratégique ouvert par ces technologies. Elle a donc des attentes très fortes concernant la fabrication additive comme la réduction des masses et du nombre de pièces, l’accès à de nouvelles géométries complexes de pièces, la réduction de cycle et de coût ou bien encore la qualification des matériaux et procédés. Et ceci pour garantir le niveau d’exigence de qualité inhérent à ces industries.

Une vision et une coordination sont donc nécessaires pour assurer que ces industries bénéficient des avancées de ces technologies. C’est sur ce constat que les IRT ont décidé de mettre en œuvre cet accord pour optimiser l’usage des compétences et moyens des IRT dans le cadre de leurs projets, pour mieux intégrer l’écosystème global de la fabrication additive, et pour anticiper et préparer l’avenir ensemble. C’est une recherche d’efficacité, de complémentarité et donc d’optimisation qui a guidé la construction de cet accord.

L’instrument de coordination ainsi créé a notamment déjà permis :

- La création d’une cartographie identifiant les domaines d’expertises des 4 IRT montrant ainsi la couverture globale de compétences offerte : de la maitrise des poudres (matière première de certains procédés) jusqu’aux traitements de surface, en passant, bien évidemment, par le développement des procédés, la simulation et la métallurgie physique et mécanique des matériaux transformés.

- L’identification d’IRT référents sur leurs propres domaines d’expertise clé ; ils portent alors la responsabilité de l’état de l’art sur ces domaines et conseillent les autres IRT.

- La rédaction d’une feuille de route technologique pluriannuelle commune mettant en œuvre leurs complémentarités et clarifiant l’offre des IRT. Cette feuille de route a été construite et évoluera en fonction des besoins des industriels.

- Le développement de méthodologies communes (définitions de plan d’essais, critères de caractérisation des poudres et des matériaux transformés, etc.).

- La structuration de bases de données nécessaire à la gestion des grandes quantités de données sur les matériaux, à leur comparaison et à des analyses globales partagées.

- La coordination des investissements et la mutualisation des moyens.

- Des échanges en temps réel sur les résultats des projets.

- Les conditions d’un accès croisé aux résultats pour les membres de différents IRT (dans le respect des accords de projets).

- Une action coordonnée vis-à-vis d’initiatives et acteurs nationaux (académiques, autres initiatives sur la fabrication additive, Alliance Industrie du Futur, etc.). Notons à titre d’exemple les travaux réalisés par les IRT sur la définition de standards permettant l’intégration de bases de données de propriétés des matériaux, travaux qui pourront être une contribution des IRT à l’initiative Alliance Industrie du Futur sur ce sujet. D’autre part, des analyses de complémentarité sont en cours avec différentes initiatives et projets structurants.

- Et, évidemment, au quotidien, la construction de projets, en bénéficiant d’un meilleur accès aux bonnes compétences et moyens utiles, entre les IRT à l’origine d’un projet et ceux disposant de compétences complémentaires.

Les IRT proposent ainsi une offre complète aux partenaires industriels (Grands Groupes, PME, TPE, Start-Up pour le développement de la fabrication additive).

« La révolution de la fabrication additive est en marche. Elle bouleverse à la fois les processus de conception, de fabrication et de distribution de pièces.. Les travaux de recherche menés au sein des IRT contribuent à faire avancer l’état de l’art scientifique et technologique sur le sujet. En favorisant les échanges entre leurs membres et leurs équipes, les IRT accroissent encore plus l’efficacité et la portée de leurs travaux et projets de recherche. En impulsant et en soutenant ces collaborations inter-IRT, l’association FIT, qui est un partenaire clé de l’Alliance Industrie du Futur, apporte une contribution active à l’initiative nationale présentée le 22 mars dernier », explique Gilbert Casamatta, Vice-Président, French Institutes of Technology, et Président, IRT Saint Exupéry.

« Safran a été impliqué dans la création des IRT. En cohérence, et sur la base des positionnements technologiques de chacun de ces IRT, Safran soutient cette initiative qui permet de renforcer l’action de recherche dans le domaine de la Fabrication Additive, » déclare Thierry Thomas, Directeur Safran Additive Manufacturing.

http://french-institutes-technology.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: