En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

E-mobilité : 2017 sera-t-elle l’année du scooter électrique ?

Publication: 10 mai

Partagez sur
 
NIU, startup chinoise de scooters électriques et connectés, fait le point sur l’arrivée des e-scooters en France et en Europe...
 

Les problématiques environnementales conduisent les constructeurs, les villes et donc les usagers à adopter de nouveaux modes de déplacement et réduire ainsi leur empreinte carbone. Ainsi, les scooters électriques investissent les rues des villes européennes. Nouveaux produits, prix en baisse, subventions ou encore les services de libre-service mis en place par les villes, autant de facteurs qui boostent les ventes des scooters électriques. D’ailleurs, le marché des e-scooters devrait peser plus de 38 millions de dollars en 2024. Les ventes de ces deux roues sont en forte croissance et augmenteront de manière continue au cours des dix prochaines années. C’est dans ce contexte que, NIU, qui vient de lancer en France son premier scooter électrique et connecté, le N1S Civic, fait le point sur les tendances et les innovations à venir.

Le marché des scooters et motos électriques en pleine croissance

Le nombre de scooters et des motos électriques en France croît de manière significative. En 2016, pas moins de 5 451 motos et scooters électriques ont été immatriculés, soit 2,7 fois de plus qu’en 2015. Les ventes ont ainsi augmenté de 178% en un an.

Les scooters équivalents aux 50cm3, essentiellement de marques asiatiques, boostent le marché. Le segment du 125 cm3 connaît aussi une belle croissance, portée par le modèle BMW, le C-Evolution. Et le phénomène devrait s’accélérer en 2017, grâce aux subventions, à l’arrivée de nouveaux acteurs proposant une gamme de produits plus élargie, et aux dispositifs libre-service mis en place par les villes.

Coup de pouce financier de l’Etat et de la Ville de Paris

La Ville de Paris promeut l’usage des deux roues électriques en proposant une aide financière de 400 euros maximum, pour l’achat d’un véhicule. Le scooter de NIU, le N1S Civic est d’ailleurs éligible à cette subvention.

Egalement, depuis le 1er janvier 2017, les véhicules de catégorie L (deux roues, trois roues et véhicules légers) sont éligibles au bonus écologique, mis en place par le gouvernement français. Cette subvention est plafonnée à 27% du prix du véhicule, dans une limite de 1000 euros. Pour prétendre à cette aide de l’Etat, les véhiculent doivent être 100% électriques, supérieur à 3kw et ne pas être alimentés par des batteries au plomb, jugées trop polluantes.

Les e-scooters en libre-service déployés à travers l’Europe

Depuis plusieurs mois, les scooters électriques en libre-service de déploient en Europe. Ainsi, de nombreuses villes européennes ont opté pour ce dispositif : Paris (Cityscoot), Bruxelles (Scooty), Barcelone (Govecs), Berlin (Gogoro), etc. Disponible depuis quelques semaines à Paris, les 1000 scooters déployés par Cityscoot ont déjà séduit plus de 20 000 utilisateurs. D’ailleurs, les villes de Neuilly, Boulogne, Issy et Levallois-Perret devraient adopter les scooters blancs dans les prochains mois.

Les scooters électriques en libre-service permettent aux habitants des villes d’avoir accès à une nouvelle alternative de transport, écologique et très abordable. En effet, le service est facturé une vingtaine de centimes par minute en moyenne. Ce dispositif devrait donner goût à ce mode de transport et étendre ainsi son usage au plus grand nombre. Le marché des scooters électriques n’a pas fini de grandir. Dans ce contexte, NIU travaille sur un logiciel unique, basé sur le cloud, permettant à toutes les villes de gérer des scooters en self-service avec un seul logiciel.

http://www.niu.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: