En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Cancers : vers des parcours de soins accessibles à tous

Publication: 17 avril

Partagez sur
 
Françoise Tenenbaum, Maire adjointe de la ville de Dijon déléguée à la solidarité, à la santé et aux personnes âgées, plaide pour une égalité d’accès de tous les citoyens à la santé et une continuité des soins entre l’hôpital et la ville...
 

« A l’AP-HP, le délai de prise en charge des patients atteints de cancer a considérablement diminué : 60 000 victimes de cette maladie ont ainsi été accueillis et soignés l’an dernier, soit une augmentation de 3,5 % par rapport à l’année précédente », indique Martin Hirsch, le directeur général de l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris. Tandis que le Pr Philippe Moreau, onco-hématologue au CHU de Nantes, souligne les progrès importants dans la prise en charge d es patients cinq nouvelles molécules ont ainsi été approuvées en un an pour les patients atteints de myélome multiple - mais regrette que ces molécules ne soient pas suffisamment rapidement accessibles pour les patients français.

Réduire les délais de prise en charge des patients atteints de cancers et permettre à davantage de patients de participer à la recherche clinique

« A l’AP-HP, le délai de prise en charge des patients atteints de cancer a considérablement diminué avec une première consultation en oncologie passée de 22 jours en 2014 à 15 jours en 2016 et un accès à la radiothérapie réduit de 23 jours à 15 jours. Nous ouvrons maintenant des centres qui s’engagent sur une prise en charge du patient en une semaine lors de la suspicion d’un cancer réalisé par un médecin en ville à sa prise en charge hospitalière », indique Martin Hirsch, directeur général de l’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris.« Nous avons également réalisé un gros effort afin de faire bénéficier d’essais cliniques davantage de patients. Le nombre d’essais a augmenté de 45% entre 2014 et 2015 ; 50% de patients supplémentaires sont inclus dans les essais et cet effort va se poursuivre. Le délai de démarrage d’un essai a lui aussi considérablement diminué et cela va continuer ».

Françoise Tenenbaum, Maire adjointe de la ville de Dijon déléguée à la solidarité, à la santé et aux personnes âgées, plaide pour une égalité d’accès de tous les citoyens à la santé et une continuité des soins entre l’hôpital et la ville. « A l’AP-HP, le délai de prise en charge des patients atteints de cancer a considérablement diminué : 60 000 victimes de cette maladie ont ainsi été accueillis et soignés l’an dernier, soit une augmentation de 3,5 % par rapport à l’année précédente », indique Martin Hirsch, le directeur général de l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris. Tandis que le Pr Philippe Moreau, onco-hématologue au CHU de Nantes, souligne les progrès importants dans la prise en charge d es patients cinq nouvelles molécules ont ainsi été approuvées en un an pour les patients atteints de myélome multiple mais regrette que ces molécules ne soient pas suffisamment rapidement accessibles pour les patients français.

Réduire les délais de prise en charge des patients atteints de cancers et permettre à davantage de patients de participer à la recherche clinique

« A l’AP-HP, le délai de prise en charge des patients atteints de cancer a considérablement diminué avec une première consultation en oncologie passée de 22 jours en 2014 à 15 jours en 2016 et un accès à la radiothérapie réduit de 23 jours à 15 jours. Nous ouvrons maintenant des centres qui s’engagent sur une prise en charge du patient en une semaine lors de la suspicion d’un cancer réalisé par un médecin en ville à sa prise en charge hospitalière », indique Martin Hirsch, directeur général de l’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris.« Nous avons également réalisé un gros effort afin de faire bénéficier d’essais cliniques davantage de patients. Le nombre d’essais a augmenté de 45% entre 2014 et 2015 ; 50% de patients supplémentaires sont inclus dans les essais et cet effort va se poursuivre. Le délai de démarrage d’un essai a lui aussi considérablement diminué et cela va continuer ».

Former les différents acteurs de santé en transversalité pour une meilleure collaboration

« Pour une égalité d’accès à la santé, quel que soit le territoire et la catégorie socioprofessionnelle du citoyen, il faut imaginer des territoires permettant des parcours de santé allant des soins de première urgence ou même de la prévention jusqu’au retour à domicile, incluant le médicosocial et le social. Dans les maisons de santé pluriprofessionnelles, les équipes de santé sur les territoires se parlent, sont coordonnées et partagent les mêmes fichiers de malades. Il y a donc une continuité et une permanence des soins », explique Françoise Tenenbaum, Maire-adjointe de Dijon déléguée à la solidarité, à la santé et aux personnes âgées. « Les différents acteurs de santé doivent davantage travaill er ensemble et savoir quel professionnel contacter. Il faut une coordinatrice de santé sur ce parcours de santé. De nombreux patients souvent âgées rentrent tous les jours à domicile et ont des besoins spécifiques. Pour bien les accompagner, tous les professionnels doivent se parler ».

Rendre les molécules innovantes rapidement accessibles à tous les patients

« En un an, cinq nouveaux médicaments concernant le myélome multiple ont été approuvés aux Etats-Unis et en Europe avec des nouvelles classes thérapeutiques. Ces produits innovants ont été élaborés suite à des essais cliniques randomisés de phase III qui ont tous montré un bénéfice en termes de survie sans progression, de durée de réponse, de taux de réponse. Les progrès sont donc significatifs dans la prise en charge du myélome multiple mais les molécules doivent être rapidement accessibles. Elles ont été approuvées mais un blocage réside actuellement entre le niveau européen et le niveau d’utilisation en France dû au passage dans plusieurs commissions d’évaluation. Pourtant, plusieurs patients français ont participé à ces essa is cliniques et contribué à la mise sur le marché de ces molécules », témoigne le Pr Philippe Moreau, onco-hématologue au CHU de Nantes.

http://www.aphp.fr/

http://www.rcfr.eu/

http://www.chu-nantes.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: