En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

L’endométriose touche 1 femme sur 10 en âge d’avoir des enfants

Publication: 8 mars

Partagez sur
 
Dans le cadre de la campagne nationale de sensibilisation à l’endométriose, une Convention de Partenariat est signée aujourd’hui entre le Ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes et l’association Info Endométriose...
 

L’endométriose est une maladie gynécologique chronique, douloureuse, résultant du développement anarchique de la muqueuse utérine en dehors de la cavité. Elle provoque des douleurs et troubles des systèmes gynécologiques, urinaires et digestifs pour les cas les plus répandus. Souvent méconnue du grand public, cette maladie touche pourtant entre 2 et 4 millions de Françaises et 180 millions de femmes dans le monde.

Dans le cadre de la campagne nationale de sensibilisation à l’endométriose, une Convention de Partenariat est signée aujourd’hui, le 6 mars, entre le Ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes et l’association « Info Endométriose » représentée par le Dr. Chrysoula Zacharopoulou, Mme Julie Gayet et Imany. Le Dr Chrysoula Zacharopoulou, chirurgien gynécologue à l’Hôpital Trousseau, AP-HP, présidente d’Info Endométriose et Nathalie Clary, présidente d’ENDOmind France expliquent les conséquences de cette maladie sur le quotidien des femmes ainsi que son mode de prise en charge.

Des symptômes méconnus des femmes

« Le symptôme le plus fréquent qui doit alerter les femmes mais également les professionnels de santé est la dysménorrhée, à savoir les règles douloureuses. La dyspareunie - il s’agit de douleurs pendant les rapports intimes - est également un autre symptôme survenant dans 40% des cas d’endométriose », indique le Dr Chrysoula Zacharopoulou.

Une maladie hautement handicapante

Pour Nathalie Clary, « l’endométriose est une maladie handicapante, aux nombreuses répercussions sur la vie des femmes. En effet, une grande part d’entre elles souffrent quotidiennement de douleurs qui deviennent chroniques et qui ont directement un impact sur leur sexualité et leur couple.. Ces douleurs provoquent également des absences répétées au travail, voire des arrêts maladies et entrainent un isolement social. La famille ainsi que les amis ne comprennent pas toujours les difficultés auxquelles sont confrontées les femmes atteintes d’endométriose. ».

L’infertilité, une conséquence de l’endométriose dans 30% à 50% des cas « L’endométriose peut être une cause d’infertilité mais ce n’est pas systématique. Elle survient chez 30% à 50% des femmes », insiste le Dr C. Zacharopoulou. « Aujourd’hui, cette maladie ne se guérit pas » déplore-t-elle, « mais on peut en atténuer les symptômes. La prise en charge de la patiente va dépendre de plusieurs paramètres : l’âge, la gravité de la maladie, le désir ou non de grossesse… Nous traitons chaque femme avec son endométriose selon ses symptômes. Pour calmer les douleurs, nous prescrivons dans un premier temps des antalgiques et des anti-inflammatoires. Si la personne ne répond pas, un traiteme nt hormonal bloquant l’activité des ovaires et donc la survenue des règles est prescrit. L’intervention chirurgicale survient en dernier recours si la patiente ne montre aucune ou plus de réceptivité aux précédents traitements ou dans le cadre d’infertilité », ponctue le Dr Chrysoula Zacharopoulou.

http://info-endometriose.fr/

http://www.endomind.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: