En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

7é edition du baromètre EcoVadis HEC sur les politiques RSE

Publication: 22 février

Partagez sur
 
Les politiques « d’achat responsable » des grandes entreprises s’intensifient en 2017...
 

Les programmes d’achat responsable sont plus denses et répandus que jamais au sein des entreprises. Selon le Baromètre EcoVadis/HEC Sustainable Procurement, 50 % des leaders, très avancés en matière d’achats durables, ont augmenté leurs revenus provenant de ces initiatives, une augmentation que l’on retrouve aussi chez les PME à hauteur de 33 %. Mais ils se heurtent à un nouveau palier de maturité au sein des grandes organisations.

L’édition 2017 du Baromètre Achats Responsables HEC/EcoVadis

Lancé en 2003, ce baromètre mesure depuis 15 ans l’évolution des priorités et pratiques d’Achats Responsables de multinationales occidentales. L’édition 2017 recense les réponses de 120 dirigeants achats ou supply chain européens de l’Ouest (75%) et américains du Nord (12%).

« Les pratiques d’achats responsables ne sont plus une plus simple commodité de bonne conscience. C’est devenu une fonction entièrement dédiée qui vise à protéger et à améliorer la réputation de marque, à doper le chiffre d’affaires et diminuer les risques business » commente Pierre-François Thaler, Co-CEO d’EcoVadis, la principale plateforme de notation RSE des chaînes d’approvisionnement mondiales. « Les entreprises qui parviennent à déployer efficacement leur stratégie RSE sont celles qui intègrent pleinement la notion de durabilité dans leur process d’approvisionnement. L’objectif de notre nouveau baromètre est d’informer, d’inspirer et de motiver toutes les organisations à adopter les meilleures pratiques et à en réaliser les bénéfices tant en terme de compétitivité que de ROI ».

97% des responsables interrogés en 2017 qualifient d’important” à “très important” l’intégration des critères de responsabilité sociétale des entreprises (RSE) et environnementaux dans leur métier. De plus, près de la moitié (45%) des organismes affirment qu’aujourd’hui leur programme d’achats durables couvre la majeure partie (75 % ou plus) de leur volume de dépenses, soit un bond significatif par rapport aux 27% qui s’étaient déjà déclarés en 2013 Ainsi les résultats 2017 confirment l’évolution en moins de 10 ans de l’importance d’une politique d’approvisionnement responsable des deux côtés de l’Altantique, qui se généralise avec de réelles intentions de développement..

Nouveauté 2017 : Focus fournisseurs

Pour la première fois, le baromètre Achats Responsables HEC/EcoVadis présence le point de vue de 360 fournisseurs de par le monde, engagés pour la grande majorité d’entre eux (78%) dans des volumes d’affaires à plus de 1 milliard d’euros par an.

Un peu moins de la moitié des fournisseurs interrogés (44%) perçoivent leurs donneurs d’ordres comme engagés à leurs côtés dans l’amélioration de la performance environnementale, sociale et éthique des chaînes d’approvisionnement. Mais seuls 21% des fournisseurs interrogés se sentent véritablement encouragés dans l’amélioration de leurs propres pratiques environnementales et sociétales.

Ce décalage souligne l’importance de la communication pour sensibiliser et entraîner la communauté de partenaires sur l’ensemble de la chaîne vers des pratiques managériales plus responsables.

Les défis évoluent, mais le chemin reste long à parcourir

Pourtant, même si la couverture des fournisseurs s’est accrue, la visibilité de la RSE sur la supply chain reste difficile à obtenir. En réalité, seulement 15% des organisations ont déclaré avoir une visibilité complète de leur supply chain sur la RSE et sur la performance de « durabilité » des fournisseurs de premier et deuxième plan. Et seuls 6% ont déclaré une visibilité complète sur les fournisseurs de troisième rang et au-delà.

Le principal défi pour les équipes d’achats durables est donc de savoir détecter dans les couches profondes de leur chaine d’approvisionnement où sont les risques les plus importants. Il est donc urgent d’étendre les programmes RSE à toutes les strates des organisations si l’on veut opérer un réel changement à l’échelle mondiale.

"En faisant des données RSE un facteur clé dans le processus d’approvisionnement, les organisations incitent les fournisseurs à être plus durables et à agir de manière plus responsables", déclare Pierre-François Thaler.«  Plus les équipes d’achats s’efforceront d’intégrer la durabilité dans leurs rôles et décisions au quotidien, plus l’effet boule de neige sera rapide à l’échelle mondiale. »

En 2017, les trois principaux obstacles aux programmes d’approvisionnement durables étaient le manque de ressources internes, l’absence de mesure pour évaluer la performance RSE des fournisseurs et le manque de soutien de la direction et du conseil.

« Avec les bons outils, le soutien de la direction et l’engagement des fournisseurs, une organisation peut lancer un programme d’approvisionnement durable et mettre en place un programme basique, mais ce n’est pas suffisant. Piloter le retour sur investissement et la création de valeur requiert un engagement bien plus profond. Pour faire bouger les lignes, l’ensemble de la supply chain doit adopter une politique RSE au quotidien. C’est un défi de gestion du changement et il faut du temps », déclare Pierre-François Thaler.

http://www.ecovadis.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: