En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

IMT Lille Douai chef de file du projet Interreg BIOHARV

Publication: 10 février

Partagez sur
 
Le projet BIOHARV ambitionne de mettre au point des prototypes de récupérateurs d’énergie mécanique (REM) pour la production d’énergie électrique adaptée aux capteurs/objets connectés de faible puissance...
 

Ce projet pourrait à terme ouvrir des perspectives intéressantes aux PME du textile et de la plasturgie dans des marchés innovants à forte valeur ajoutée ouverts à de nouvelles collaborations.

Le Département de Recherche TPCIM (Technologie des Polymères et Composites & Ingénierie Mécanique) d’IMT Lille Douai et ARMINES pilote depuis octobre 2016 le projet BIOHARV (Textiles biosourcés piézoélectriques pour la production d’énergie électrique) regroupant 6 partenaires*, financé par l’Europe dans le cadre de l’appel à projet INTERREG V FWVL avec le cofinancement de la Région wallonne, de la Région Flandre Occidentale, l’Agence Flamande de l’Innovation.

La technologie développée dans le cadre de ce projet, repose sur l’utilisation de matériaux piézoélectriques (i.e. ayant la capacité à générer de l’électricité sous contrainte mécanique) et notamment des polymères biosourcés piézoélectriques pour leurs nets avantages en termes de souplesse, de facilité de mise en forme et de coût. Aussi, les techniques de la plasturgie et du textile sont au cœur du projet pour développer des dispositifs REM 100% en polymère via des fibres textiles piézoélectriques imprégnées multi-composants.

La finalité est également de développer une expertise locale sur l’ensemble de la chaîne de fabrication/caractérisation de prototypes REM 100% polymère. Pour ce faire, le projet BIOHARV réunit les compétences d’IMT Lille Douai, ARMINES, l’Université de Mons, Centexbel (Centre d’expertise et d’innovation pour l’industrie textile), l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambresis et l’Université de Lille 1 autour d’actions de R&D conduisant à développer rapidement des prototypes REM puis à améliorer leurs performances énergétiques et leur durabilité en cours de projet.

La contribution d’IMT Lille Douai à travers son département de recherche TPCIM tpcim.mines-douai.fr et d’Armines au projet BIOHARV porte principalement sur la mise au point de formulations avancées (nanocomposites, mélanges de polymères, plastification …) par des techniques d’extrusion (réactive) ainsi que leurs caractérisations morphologiques, structurales, physico-chimiques et thermomécaniques.

Ce projet représente un budget de 2 005 025 €

http://tpcim.mines-douai.fr/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: